Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un homme presque parfait de Richard Russo

Richard Russo
  Un rôle qui me convient
  Le déclin de l'empire Whiting
  Le phare de Monhegan et autres nouvelles
  Quatre saisons à Mohawk
  Le pont des soupirs
  Un homme presque parfait
  Les sortilèges du cap cod
  Ailleurs
  A malin, malin et demi

Richard Russo est un écrivain américain né en 1949. Il a obtenu le prix Pulitzer en 2002 pour "Le Déclin de l'empire Whiting".

Un homme presque parfait - Richard Russo

Drôle et savoureux
Note :

   "Tout comme le basket-ball, l'adultère était un sport de jeune homme".
   
   Après avoir découvert Russo avec "Le Pont des soupirs", je n'ai pu résister au plaisir de lire un autre roman de lui et mon choix s'est porté sur "Un homme presque parfait".
   
   D'emblée, j'ai beaucoup ri des magnifiques portraits pleins d'humour que nous propose l'auteur. Le roman commence par la description de Miss Beryl, la logeuse de Sully, ce sexagénaire presque parfait. Elle est veuve mais continue de parler au portrait de son mari tout en soupçonnant son fils de vouloir se débarrasser d'elle. Quant à sa voisine, avec qui elle va de temps en temps au restaurant, elle se rend compte que celle ci l'espionne et fournit plein d'indications à ce fils, plus intéressé par son porte-monnaie et sa future succession que par le bien-être de sa mère. Par contre, elle adore son locataire Sully, alors que son fils aimerait qu'elle le mette à la porte.
   
   Ce roman nous raconte la vie de Sully, qui a mal au genou et essaie de gagner un procès pour invalidité suite à un accident de travail après lequel il s'est retrouvé au chômage. Il est l'amant de Ruth depuis plus de 20 ans. Mais il ne peut s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour Zach, son mari. Le repas de Thanksgiving auquel il se retrouve avec son fils, avec lequel il n'est pas en très bon terme, tourne au fiasco en raison de la présence de son ex-femme, et des difficultés conjugales de son fils, qui est train de se séparer de sa femme Charlotte.
   
   Imbroglio familial, quiproquos, bassesses humaines, toutes les petites mesquineries de la vie sont là! Et on s'amuse bien à la lecture de la vie de cet homme. Les personnages qui l'entourent sont tous plus savoureux les uns que les autres dans ce huit clos d'un petit village américain. J'ai beaucoup aimé ce livre, tout aussi passionnant que "Le pont des soupirs", même s'il est très différent. Il tourne en dérision la vie de province, les commérages, et croque finement la nature humaine. On sourit beaucoup, tout en se demandant comment tout cela va finir. Bref c'est un régal et la lecture de ces 700 pages m'a fait passer un excellent moment.

critique par Clochette




* * *