Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

T comme: Le démon des glaces de . Tardi

. Tardi
  T comme: Le démon des glaces
  T comme: Adèle Blanc-sec t9 : Le labyrinthe infernal
  T comme: Adèle Blanc-sec t 1 : Adèle et la bête
  T comme: Putain de guerre 1914-1915-1916
  T comme: Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B

Tardi a aussi dessiné la BD "Le serrurier volant" de Tonino Benacquista.

T comme: Le démon des glaces - . Tardi

Il vous fera fondre
Note :

   A nouveau un Librio pour cette excellente bande dessinée, oeuvre de jeunesse de Tardi.
   
   Jules Verne et Gustave Doré étant chers au coeur de l'auteur, on retrouve ici un véritable clin d'oeil à ces maîtres. Ce clin d'oeil tourne même au pastiche. Ce qui donne un spectacle hyper rétro. Nous nous trouvons là, en pleine banquise, auprès de personnages qui ne peuvent pas ne pas faire penser au Capitaine Némo. Le sous-marin est remplacé par autre chose (je ne vous dirai pas quoi), mais le souvenir est là. Le scénario est simple, limite simpliste (et pourtant surprenant), hautement invraisemblable et par là même poétique. De morale, il n'y en a pas. L'on garde cette impression de pastiche. Comme si Tardi avait voulu nous raconter une histoire digne des feuilletons 1900 et nous la raconter à la façon à la fois grandiloquente et naïve dont on le faisait à cette époque. L'abus du passé simple dans les dialogues produit un effet étrange. On dirait ce que l'on retrouve quand des enfants essaient de rédiger un récit, en pire puisque là, ce passé simple abusif est dans le langage des personnages. Encore une forme de clin d'?il. L'humour est partout. Un humour à froid, pince sans rire et acéré. Cette fois, le clin d'?il est vers nous.
   Un petit reproche, le découpage à la hache du scénario. Les chapitres coupés net se suivent sans fluidité. Si cela ne gêne pas la compréhension du récit linéaire, cela casse un peu le rythme de lecture.
   
   Le graphisme (clin d'oeil à Doré) est celui des débuts de Tardi et j'ai énormément apprécié les énormes décors fouillés, les ambiances Modern-style et le dessin rétro. J'aime ici le noir et blanc.
   
   Par contre, le problème, c'est la taille de ce Librio qui, par définition même ne mesure que 20 cm et franchement, la taille + le dessin noir et blanc foisonnant + texte copieux = on n'y voit rien. Je n'ai plus qu'à racheter le grand format. Il y a des exemples où la formule Librio ne pose pas problème, mais là, je la déconseille. Si bien que si je mets 4 étoiles, c'est à l'oeuvre elle-même, pas à cette édition de l'oeuvre.

critique par Sibylline




* * *