Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Marie-Claire - suivi de L'atelier de Marie-Claire de Marguerite Audoux

Marguerite Audoux
  Marie-Claire - suivi de L'atelier de Marie-Claire

Marie-Claire - suivi de L'atelier de Marie-Claire - Marguerite Audoux

Itinéraire d'une enfant (pas du tout) gâtée
Note :

   Marie-Claire vient de perdre sa maman, elle ne comprend pas tout ce qui se déroule autour d'elle, les signes de croix, les airs attristés, les gens qui vont et viennent dans la maison. Elle comprend encore moins lorsque son père les laisse dans un couvent, sa soeur et elle, aux bons soins des soeurs. Nous sommes dans le Berry puis en Sologne, au début de la IIIè République, Marie-Claire s'avère être une petite fille aux facilités d'apprentissage étonnantes: elle est bonne élève, elle aime apprendre et lire mais elle est aussi un peu réfractaire à la discipline du couvent. Aussi devient-elle très rapidement la bête noire de la mère supérieure qui dès qu'elle le peut, l'envoie, méprisante, comme bergère chez une famille paysanne, à Villevieille. Une nouvelle vie s'offre à Marie-Claire loin du doux regard de soeur Marie-Aimée, une vie qui va lui apprendre à grandir et à souffrir... Ainsi commence l'autobiographie d'une jeune bergère qui devint couturière à Paris.
   
   Ce récit autobiographique qui a connu un grand succès lors de sa parution a été réédité en février dernier. Moi qui ne suis guère friande de ce type de littérature, j'ai été emballée très rapidement par la fraîcheur de l'écriture, le regard très éloigné de toute mièvrerie et surtout par l'authenticité des émotions, des situations et des différentes atmosphères de l'histoire de la jeune Marie-Claire.
   
   Sans avoir l'air d'y toucher, Marguerite Audoux retrace le parcours de la petite orpheline qu'elle a été, l'ambiance feutrée et bruyante à la fois de ces grandes maisons où échouaient les petites filles dont on ne savait quoi faire, ces maisons où régnaient les mères supérieures et les soeurs. Des soeurs plus ou moins bienveillantes, plus ou moins maternelles, plus ou moins douces. Le lecteur est au coeur du dortoir, aux côtés des pensionnaires au réfectoire, caché lors des menus bêtises des fillettes ou des jeunes filles, assis sagement au fond d'une classe où rêverie et assiduité se mêlent. Puis vient le jour où les fillettes deviennent presque des demoiselles et doivent aller de par le monde lorsqu'elles n'optent pas pour la clôture voilée.
   
   La vie paysanne avec ses peurs du loup, ses forêts aussi somptueuses, romantiques qu'inquiétantes, sa vie rude et cependant riche de tendresses muettes comme la vie ouvrière avec ses rythmes usants, ses patrons qui peuvent être autant humains que méprisants, ses petites mains gouailleuses, virevoltantes, s'écoule sous la plume sans fard, sans effets superflus, de Marguerite Audoux. Cette dernière, avec une simplicité extrême d'une grande richesse (une simplicité savoureuse bien éloignée de certaines littératures trônant en tête de gondole), emmène son lecteur au coeur du monde des petites gens, ces petites gens cheville ouvrière d'une société qui trop souvent les ignore.
   
    Le monde ouvrier ou paysan n'est pas édulcoré, il est relaté, sans rhétorique pesante, sans effet de style superfétatoire: il est, il naît sous les mots simples mais d'une justesse qui pourrait faire pâlir d'envie plus d'un Musso! Les sentiments y sont vrais et la vie des humbles encore plus réelle: le lecteur suit les angoisses d'une Marie-Claire qui ne sait plus ce qu'est l'amour depuis son immense déconvenue (tellement banale à cette époque et tellement poignante) et qui se demande si elle doit ou non céder au désir du neveu de ses patrons... elle pourrait être ainsi à l'abri du besoin, accéder à la respectabilité mais est-ce vraiment l'essentiel d'une vie pleinement réussie?
   
   Surtout, ne vous fiez pas à la couverture où une beau paysage de terroir s'épanouit... "Marie-Claire" suivie de "L'atelier de Marie-Claire" est tout sauf un roman du terroir: le folklore ne s'y trouve pas, seulement le quotidien dans sa douceur comme dans sa rudesse, dans ses petits bonheurs comme dans ses indicibles désespérances.
   
   "Marie-Claire" réconcilie la lectrice que je suis avec la littérature populaire dans son sens le plus noble: les petites gens sont mis à l'honneur et en valeur, l'écriture simple donne une grande force au récit par son économie de moyen qui écarte toute indigence de style et d'argumentaire, les émotions sont intenses derrière une réalité parfois très crue.
   
   Marguerite Audoux reçut le Prix Femina, en 1910, pour son roman "Marie-Claire".
    ↓

critique par Chatperlipopette




* * *



Une simplicité enchanteresse
Note :

   Quand la petite Marie-Claire perd sa maman, elle ne comprend pas ce qui se passe autour d'elle, pas plus qu'elle ne comprend pourquoi, avec sa sœur ainée, elles sont laissées dans un orphelinat tenu par des sœurs. Il y a sœur Marie-Aimée, et la classe, les amies qui lui font, somme toute, une enfance heureuse qui se termine brutalement quand, enjeu d'une lutte qui la dépasse, elle est envoyée dans une ferme. Mais la vie est ainsi faite que l'orpheline devenue bergère deviendra un jour couturière à Paris...
   
   C'est une histoire touchante que celle de Marguerite Audoux, la couturière devenue écrivain à succès alors que ses yeux ne lui permettaient plus de gagner sa vie, remportant le prix Femina en 1910, soutenue par Octave Mirbeau. Marie-Claire une histoire d'autant plus touchante que c'est son histoire qu'elle raconte avec finesse et délicatesse. Pas de pathos sous sa plume, mais le récit tout en nuance de l'apprentissage de la vie d'une toute petite fille qui va de déracinement en déracinement et parvient malgré tout à tracer sa voie dans le monde. Autour de Marie-Claire, c'est tout le monde paysan, puis celui des ateliers de couture parisiens qui se déploie, peuplé de personnages attachants ou détestables, animé de mille et une petites histoires sans importance qui donnent corps et intérêt au récit. Avec en filigrane, la condition féminine de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle qui se dessine, sa dureté, ses injustices, mais aussi la solidarité qui transcende les générations comme les coups durs.
   
   "Marie-Claire" et "L'atelier de Marie-Claire" sont des petits bijoux, textes littéraires autant que témoignages, des incontournables portés par une plume dont la simplicité est un enchantement.
   
    A lire.

critique par Chiffonnette




* * *