Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: Le chat du Rabbin (tome 1: La bar-Mitsva) de Joann Sfar

Joann Sfar
  S comme: Les Potamoks. 2, Les fontaines rouges
  S comme: Le chat du Rabbin (tome 1: La bar-Mitsva)
  S comme: L'ancien temps / le roi n'embrasse pas

Joann Sfar a réalisé une adaptation BD du "Petit Prince" de Saint-Exupéry

S comme: Le chat du Rabbin (tome 1: La bar-Mitsva) - Joann Sfar

Formidable !!!
Note :

   La personne qui m'avait conseillé «Le chat du rabbin», n'était pas un imbécile, alors, malgré ma déception avec les Potamoks, j'ai fait un nouvel essai, et là, c'était tout autre chose.
   Tout d'abord, celui-là, d'album, Joann Sfar l'a fait tout seul : texte et dessins. C'est peut-être ça la différence.
   
   Pour le dessin, au début, je me suis dit qu'il ne dessinait pas trop bien les chats, même en admettant que ce soit un Egyptien, mais qu'il était par contre excellent pour saisir les attitudes et habitudes félines. Cette inimitable façon d'être qui fait que l'on aime ou déteste ces petits félins. Et puis, assez rapidement, j'ai bien compris qu'il dessinait vraiment bien les chats et que c'était moi qui avais mal vu. Pour les filles et pour les rabbins, même rien à dire, il avait été convaincant dès les premières pages.
   
   Pour le texte, cela fait bien longtemps que je n'avais pas lu une bande dessinée aussi fine, subtile, aussi amusante et aussi intelligente. Je n'en ai pas sauté un mot. Un régal, du début à la fin.
   
   Cerise sur le gâteau, sourire supplémentaire, l'humour, partout présent est assez souvent souligné par le décalage entre le récit du chat et ce que montre l'image, ainsi que cela est visible dès la quatrième de couverture.
   
   Humour et tendresse. Ce récit baigne dans une grande bienveillance humaniste et le lecteur en est tout éclaboussé ? et heureux.
   
   Il y a actuellement 4 ou 5 tomes au «Chat du Rabbin», c'est clair, il me les faut.

critique par Sibylline




* * *