Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Soulfood équatoriale de Léonora Miano

Léonora Miano
  L'intérieur de la nuit
  Contours du jour qui vient
  Tel des astres éteints
  Soulfood équatoriale
  Les aubes écarlates
  La saison de l'ombre
  Crépuscule du tourment

Léonora Miano est une écrivaine camerounaise vivant en France. Elle est née à Douala en 1973.

Soulfood équatoriale - Léonora Miano

C'est si bon...
Note :

   Saint-LCA* seul sait pourquoi je me suis prise de tendresse pour la collections Exquis d'écrivains de Nil éditions, sachant que j'ai été très déçue par ma première expérience, tout juste convaincue par la seconde. Saint-LCA étant bon avec ses ouailles, la troisième a été la bonne: "Soulfood équatoriale" est un petit bijou.
   
   Léonora Miano a une plume splendide, charnelle, imagée, parfaitement maîtrisée et exprime dans chacun des courts chapitres de ce récit un amour profond de son pays d'origine et de sa cuisine. Je suis certes gourmande, mais je pense que même un ascète ne pourrait rester insensible à ses descriptions de plats, mais surtout de la vie qui se déploie autour des cuisines, des restaurants, des vendeuses de rue. Manger n'est pas seulement se nourrir. Dis moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es: la cuisine est la quintessence de la culture d'un pays, le révélateur absolu de ce qu'elle est. Elle est le rappel des jours enfuis. Proust avait sa madeleine, Léonora Miano a sa pierre à écraser:
   
   "Il est des jours comme celui-ci où une fringale de rivage me prend. En un rien de temps, je l'aperçois. Le voici. Là, sous mes mains qui cherchent, dans le placard de la cuisine, le gros galet plat et sa petite pierre ronde. Une pierre dense et solide. Elle sert à écraser, une fois posée sur le galet, les ingrédients de la sauce qui me ramènera chez moi. Je la laisse épouser parfaitement le creux de ma main.
   
   Aussitôt, j'entends le clapotis de l'eau sur les rochers. Le chant des pêcheurs qui rapportent une moisson de soles à braiser pour les fines cuisinières de la côte.
   
   Tout est dans la forme de la pierre à écraser. Dans son crissement régulier. Dans les parfums qui sont imprimés en elle au fil des ans. Mon âme se repaît de ces souvenirs, tandis que j'apprête, sur le plan de travail, près de la pierre, les minuscules crevettes séchées et le gingembre frais."
   

   C'est ça la soulfood: la nourriture qui touche l'âme. Mais c'est aussi le mélange des ingrédients d'Afrique, d'Amériques, d'Europe, le mélange des traditions culinaires nées des grands mouvements de l'histoire: colonisation, esclavage, développement du commerce. Igname, miele, misole, ndjangsang, pebe, pains chargés, jazz, gumbo, sorgho, gombo, manioc, morue séchée, etc., des ingrédients qui fleurent bon une cuisine colorée, épicée, chaleureuse.
   
   Au fil de ses souvenirs, Léonora Miano donne à sentir le Douala de son enfance, un pays où les aliments ont un goût incomparable mais où la faim peut faire d'un avocat trop mûr un véritable trésor. Elle parle de la cuisine, la vraie, celle qui révèle les âmes, celle qui peut décider d'un amour, celle qui est porteuse des légendes et des traditions, celle pour laquelle il y a des tours de mains gardés secrets pour mieux donner envie aux invités de revenir, celle pour laquelle il n'y a pas besoin de verres doseurs. Il y a de véritables petits bijous, comme l'histoire de Florence qui fait préparer un solo à ses prétendants pour la départager, ou les conseils de l'auteur pour mieux tromper son homme en cuisine. Je me garderais bien de trop en dire, pour ne pas déflorer le plaisir de découvrir ces merveilleuses tranches de vie, pleines d'humour.
   
   C'est peu de le dire que j'ai été séduite. Elle dit à la perfection tout ce que représente la cuisine pour moi: la trompeuse simplicité, le plaisir du partage, le plaisir d'offrir, les ruses, le bonheur de choisir ses ingrédients et de sentir leur odeur, leur forme.
   
    Bonus: c'est l'Afrique équatoriale qui est rentrée chez moi et l'envie qui est née d'essayer malgré tout de remplir ma cuisine des effluves du solo et des bananes plantains.
   
   * = Lecteur Compulsif Anonyme
   ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Cuisine, épices et traditions
Note :

   Après "Saga italienne", je me suis plongée avec délice dans la lecture de Soulfood Equatoriale de Léonora Miano. La collection "Exquis d'écrivains" de Nil Edition peut enchanter comme décevoir (d'après ce que j'ai pu lire sur les blogs): les amateurs de voyage culinaire seront ravis avec cet opus aux saveurs épicées, chaudes et enchanteresses de l'Afrique équatoriale.
   
   Léonora Miano aborde, au fil des recettes et des savoir-faire culinaires, des sujets graves comme légers, des situations humaines dramatiques, et hélas communes (l'histoire du petit voleur d'avocat), comme le déroulement des souvenirs d'un quotidien familial. C'est tout une société peinte avec tendresse, nostalgie et délicatesse qui s'écoule sous la plume de l'auteure. Cette dernière permet à son lecteur d'entrer, les sens en éveil, la gourmandise titillée, au coeur d'un monde de senteurs, de flaveurs et de couleurs profondes et chatoyantes. La sensualité est en filigrane, encore et toujours, jouant sur la gamme infinie des émotions humaines.
   
   Le Cameroun devient "jazz" mystérieux, sauce tomate garnissant "les sandwiches saxophones" où tout l'art de la cuisinière réside dans l'apport du petit plus, secret parmi les secrets, lui offrant alors une immense renommée transcendant les couches socioculturelles de la ville.
   
   On est près des fourneaux, tentant de se faire le plus petit possible afin de ne pas gêner la mise en oeuvre des recettes intemporelles, issues des traditions les plus lointaines, héritages d'un melting-pot des ingrédients et des savoirs.
   
   J'ai aimé l'humour savoureux, suave voire doté d'une pointe très acidulée, de Léonora Miano dans des nouvelles telles que "Solo" où deux jeunes hommes s'affrontent autour d'une marmite afin de réaliser avec la plus grande perfection une recette afin de gagner les faveurs de leur belle, ou "Ndole" où l'auteure distille ses conseils pour concocter le plat test de l'homme africain, plat dont la préparation prend une éternité, éternité pendant laquelle la femme ne vit plus alors qu'elle aimerait tant être libre et frivole. Léonora Miano a des solutions pratiques: la préparation en amont et la magie de la congélation.
   
   Sous les rires, se cachent parfois les larmes de la nostalgie de l'enfance ou celles des drames de la faim, de l'abandon. Les traditions, les contes initiatiques trament leurs fils autour des recettes et font entendre leur sagesse immémoriale, celle qui donne les richesses à qui sait bien en disposer, à qui sait en retour offrir et donner tout simplement.
   
   "Soulfood Equatoriale" est un voyage immobile, intense, qui entraîne le lecteur au coeur d'un monde où les trésors immatériels sont la richesse indéniable de l'humanité.
   Un univers non dans une tasse de thé mais dans une belle et chaleureuse marmite à épices!

critique par Chatperlipopette




* * *