Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Château en Suède de Françoise Sagan

Françoise Sagan
  Le chien couchant
  Bonjour tristesse
  Un certain sourire
  Dans un mois, dans un an
  Château en Suède
  Les faux-fuyants
  Des yeux de soie
  Avec mon meilleur souvenir
  Des bleus à l'âme
  Derrière l'épaule
  La femme fardée
  La laisse
  Les merveilleux nuages

Françoise Sagan (de son vrai nom Françoise Quoirez), est un écrivain français, née le 21 juin 1935 à Cajarc (Lot) et décédée le 24 septembre 2004 à l'hôpital de Honfleur (Calvados) d'une embolie pulmonaire. Elle avait rédigé elle-même son épitaphe:
«Sagan, Françoise. Fit son apparition en 1954, avec un mince roman, "Bonjour tristesse", qui fut un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une œuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même.»

Ecrivain prolixe elle a publié de nombreux romans, essais, nouvelles, des pièces de théâtre, une biographie (Sarah Bernhardt) et a collaboré à l'écriture de scénarios et de dialogues de films.


* Vous trouverez sur ce site des fiches sur l'entretien qu'André Halimi a eu avec Françoise Sagan:
"Tout le monde est infidèle " et sur les biographies que lui ont consacré son fils Denis Westhoff ainsi que Anne Berest.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Château en Suède - Françoise Sagan

Les longues soirées d’hiver…
Note :

   Pièce à suspens dans un sens et huis clos. En Suède, dans un château ancestral vivent Hugo Falsen, une force de la nature, genre de gentilhomme farmer un peu rustre quoique de noble extraction, et sa belle épouse dont il est fort épris. Vit également avec eux, le frère de cette dernière, frère et sœur étant intimement liés par une connivence et une affection de toujours. Le frère est aussi sophistiqué et délicat que l’époux est rustique.
   L’hiver arrive qui va encercler de neige le château (qui cache aussi une "folle") et l’isoler du reste du monde pour 4 mois. Arrive également Frédéric, un lointain cousin de Hugo qui n’a pas attendu qu’on l’invite et qu’attire la réputation de beauté (et peut-être de légèreté) d’Eléonore. Il va lui aussi succomber à son charme, se laisser séduire et tout autant tenter de séduire, laissant passer la période pendant laquelle il pourrait encore repartir. Ce qu’il ne sait pas être un piège se referme.
   Frère et sœur, d’abord délicatement puis de plus en plus nettement se livrent à un cruel jeu de manipulation excitant l’amour de l’un et la jalousie de l’autre pour jouir des réactions. Quatre mois d’isolement, c’est long, ils s’ennuient, il faut bien qu’ils s’organisent quelques distractions un peu élaborées, même si elles ne sont pas sans danger. L’on découvre d’ailleurs peu à peu que ce cousin n’est pas le premier à venir meubler leurs hivers et qu'on ne les a pas tous revus…
   
   Sagan a écrit cette pièce en 1960 et elle tout de suite été jouée, c’était sa première. Ce fut un vrai succès et le début pour elle d’une brillante carrière d’auteur de théâtre. Elle est douée pour ces dialogues percutants et ces situations qui captivent l’intérêt du lecteur ou spectateur sans le laisser retomber. La situation (riches désœuvrés dans château) a certes quelque peu vieilli et n’obtiendrait sans doute pas ce succès si elle était créée aujourd’hui, mais il n’en reste pas moins qu’en tant que pièce du répertoire, c’est une œuvre qui plaît toujours, qui a été filmée plusieurs fois, jouée par de multiples troupes et a toujours trouvé (et comblé) son public.
   
   Je ne vous révèle pas la chute, si l’occasion s’en offre à vous, lisez-la, voyez-la, deux heures que vous ne regretterez pas garanties.

critique par Sibylline




* * *