Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une vie d’eau et de vent de Gilbert Bordes

Gilbert Bordes
  Le voleur de bonbons
  Le porteur de destins
  La couleur du bon pain.
  Des enfants tombés du ciel
  Le silence de la mule
  Dernières nouvelles de la terre
  La nuit des hulottes
  Une vie d’eau et de vent
  La malédiction des louves
  Les secrets de la forêt
  La garçonne

Gilbert Bordes est un écrivain français né en 1948 à Tulle.

Une vie d’eau et de vent - Gilbert Bordes

Roman du terroir
Note :

   Classique roman du terroir, «de la terre», tel que Gilbert Bordes en a déja écrit. Celui-ci présente la particularité d’avoir deux parties clairement distinctes, articulées ensemble mais néanmoins très dissemblables, qui peuvent donner l’impression d’avoir à lire deux romans différents assemblés.
   
   La première partie se déroule au bord de la Dordogne, en milieu rural de chez rural, un certain paquet d’années (non précisé) après la guerre. La guerre a durement frappé la famille Lapierre puisque Henri, l’époux d’Anaïs et fils de Marguerite, la matriarche, a disparu durant ladite guerre, dans des conditions incertaines et qui laissent espérer à Anaïs, contre toute raison, un retour. La vie est dure dans cette ferme au bord de la Dordogne où Antoine, fils de Marguerite et frère d’Henri, fait régner sa loi sans trop de discernement et notamment sans vouloir admettre le fait qu’Anaïs, sa belle-soeur, n’a pas vraiment envie de «se rabattre» sur lui depuis la disparition d’Henri. Lui, pour autant, «se rabat sur elle»! Elle est du coup devenue alcoolique et complètement paumée, son fils Augustin est plutôt livré à lui-même et trouve un bref moment un père de substitution en la personne de Pablo, homme errant qui se fait engager à la ferme, non sans arrière-pensée. Donc Augustin et Pablo qui n’en finissent plus de braconner gibier et poissons.
   
   Dans une seconde époque, Augustin qui a fini par recevoir une éducation et vit désormais à Paris se fait relancer par Pablo, un peu tombé du ciel. Celui-ci a hérité d’une concession minière en Alaska et lui propose ni plus ni moins de s’associer à lui pour aller «trapper» dans le Grand Nord. Il va bien évidemment planter là femme et futur enfant et … nous voilà en, Alaska. Et là on est carrément dans du Frison-Roche. Plus rien à voir avec du Bordes traditionnel.
   
   Cette partie est peut-être plus intéressante, parce que plus aventureuse? Il manquera y perdre la vie. Dans une dernière partie il reviendra en France et en Dordogne en particulier, bouclant ainsi la boucle d’un roman pas inintéressant mais relatant une histoire plus que figurant une page de la littérature mondiale.

critique par Tistou




* * *