Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Blitz (Série R&B -4) de Ken Bruen

Ken Bruen
  Hackman Blues
  London Boulevard
  La Main Droite du Diable (Jack Taylor, 5)
  Blitz (Série R&B -4)
  Le martyre des Magdalènes (Jack Taylor, 3)
  Delirium tremens (Jack Taylor, 1)
  Toxic Blues (Jack Taylor, 2)
  Le dramaturge (Jack Taylor, 4)
  En ce sanctuaire (Jack Taylor, 7)
  Vixen (Série R&B -5)
  Le gros coup (Série R&B -1)
  Le mutant apprivoisé (Série R&B -2)
  Rilke au noir*
  Cauchemar américain
  Une pinte de Bruen (Vol.1 )
  Une pinte de Bruen (Vol.2)
  Munitions (Série R&B -7)
  Le démon (Jack Taylor, 8)
  Tower
  Brooklyn Requiem
  Sur ta tombe

Né à Galway en 1951, après une carrière d'enseignant d'anglais qui le mène en Afrique, en Asie du sud-est et en Amérique du Sud, il décide de se consacrer à l'écriture.

Auteur de polars, Ken Bruen crée le personnage de Jack Taylor. (Nous indiquons l'ordre de parution des romans de la série car il est préférable de les lire dans l'ordre à cause des personnages récurrents.)

Blitz (Série R&B -4) - Ken Bruen

Black London
Note :

    Londres, ses policiers, ses truands, ses bas-fonds glauques, revisités par Ken Bruen que je découvre avec ce polar. Les temps ne sont pas faciles pour l'équipe R&B: Brant, suite à un comportement violent est astreint à une psychothérapie, Roberts est déstructuré par la mort de sa femme et s'enfonce dans un alcoolisme de l'oubli tandis que Falls, la fliquette noire, subit une solitude désespérante. Entre un Brant qui ne peut sentir son psy auquel il réserve une perfidie amusante, un Roberts qui se retrouve out, une Falls en apnée et un supérieur qui ne souhaite qu'une seule et unique chose, la peau de Brant, l'atmosphère a la lourdeur du plomb.
   
   Pour ne pas arranger les choses, des meurtres en série perpétrés sur des policiers fleurissent dans les ruelles londoniennes: ces sanglants crimes ne peuvent qu'être l'oeuvre d'un psychopathe!
   Ce psychopathe existe bien: il est jeune, il est haineux envers la police (il a déjà eu maille à partir avec Brant), il est raciste, il est inculte, il est blanc, il est alcoolique et carbure à la bière et au redbull sans compter quelques prises de drogues. Un joli spécimen de l'errance humaine que ce Barry Weiss! Ah, ce tueur a une passion: les revues consacrées aux serial killers; il vénère ces hommes, il s'identifie à eux, il est aux anges quand il lit leurs aventures et se dit qu'il pourrait faire un excellent serial killer. Aussi, se lance-t-il dans le meurtre en série, déterminant le nombre et la spécificité de ses proies (7 et des policiers),se donnant un surnom, Blitz,choisissant ses victimes au hasard, parvenant à passer inaperçu, gardant pour le meilleur pour la fin: Brant, la cerise sur le gâteau!
   
   Ken Bruen tricote une intrigue qui l'air de rien happe l'attention, met en haleine, mêlant à la traque du fameux Blitz le désir de nuire professionnellement à Brant. En effet, le "super" envoie son "sbire", le pauvre McDonald, un jeune inspecteur servile et d'une bêtise incroyable, sur les traces de Brant afin de le faire tomber. Or, loin de parvenir au résultat escompté, McDonald se retrouve dans une épineuse situation: il est la cause indirecte de la mort d'un innocent... preuve s'il en est de sa notoire incompétence.
   
   Entre horreur, gravité et humour noir, Bruen dresse un portrait sombre de la part d'ombre de notre société moderne et fait le récit d'un combat, parfois tragi-comique, du bien contre le mal, un combat qui entraîne les représentants du bien à des actes incompatibles avec leur fonction. Le monde est souvent nappé d'un brouillard étrange dans lequel les silhouettes ont des contours indéfinissables: l'être humain possède ses parts de lumière et d'ombre, composantes d'une machine d'une incroyable complexité.
   
   Ken Bruen offre au lecteur un récit dans le récit, donnant une autre dimension au roman, dans l'utilisation, à chaque nouveau chapitre, d’un exergue qui éclaire ou provoque l'interrogation du lecteur quant à la suite de l'histoire. Un moment labyrinthique qui tout d'abord étonne pour au final être un pan important de la construction de l'enquête.
   
   "Blitz" est un polar où la noirceur est partout, infiltrée jusque dans les moindres recoins du récit, scandée par les traits d'humour noir d'où fuse le rire, un rire étranglé par l'étendue de la couche glauque du monde. Une errance guidée dans les rues londoniennes où l'atmosphère sulfureuse des nuits imprègne les phrases... une belle sortie dans le vertige du danger.
   
   
   Série R&B
   
   1. R&B Le gros coup
   2. R&B Le mutant apprivoisé
   3. R&B Les Mac Cabés
   4. R&B Blitz

   5. R&B Vixen
   6. R&B Calibre
   7. R&B Munitions
   ↓

critique par Chatperlipopette




* * *



Efficace comme un coup de poing
Note :

   Que diriez-vous d’un polar nerveux, sans prise de tête, à la lecture linéaire et agréable? N’allez-pas plus loin, vous l’avez trouvé.
   
   Nous voici transportés au cœur de Londres, dans un monde où il devient difficile de faire la différence entre les criminels et les flics durs, intimidateurs et cogneurs. Un monde où la violence physique et psychologique est omniprésente, où les meurtres non élucidés s’enchaînent et se confondent rapidement dans une pile de dossiers qui finit par traîner.
   
   Jusqu’à ce qu’un taré complet, speedé, shooté à l’alcool et au fix, décide, pour s’amuser, de descendre gratuitement des flics. Sept pour être précis et le dernier sur la liste sera le plus dur et le plus vicieux des inspecteurs de la criminelle de Londres. Du moins cela fait partie du projet. Alors la maison poulaga va s’organiser et faire rendre justice, coûte que coûte...
   
   Ken Bruen ne s’embarrasse pas d’artifices. Pas d’effet de style, aucune description, aucune analyse psychologique. On est d’emblée au cœur de l’action, soudé aux acteurs du roman. On prend les coups, les insultes et les baffes.
   
   Chaque chapitre est précédé d’une citation d’un people britannique ou américain, une citation qui illustre parfaitement bien, souvent avec ce zeste d’understatement si typiquement anglo-saxon, l’action à venir. Histoire de bien s’assurer que ce monde n’est pas très éloigné de celui que nous côtoyons.
   
   Chaque chapitre est court, voire très court, format coup de poing en pleine figure. Fondamentalement sous forme de dialogues brefs, vifs et essentiels. La lecture défile à toute allure dans un monde qui a perdu la plupart de ses repères et où bien et mal finissent par se confondre largement.
   
   Un monde en noir et blanc et où il ne fait pas bon d’être noire, ce qu’une agente apprendra à ses dépens jusqu’à sombrer dans la délinquance. Un monde où le règlement de compte finira toujours par se substituer à la procédure judiciaire qui laisse trop de place aux échappatoires légales.
   
   Bref, pas de la grande littérature mais une efficacité certaine et sympathique. Rien de tel, au fond, pour passer un bon moment!

critique par Cetalir




* * *