Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tableaux d'une exposition de Patrick Gale

Patrick Gale
  Une douce obscurité
  Tableaux d'une exposition
  Jusqu'au dernier jour

Patrick Gale est un écrivain britannique né en 1962.

Tableaux d'une exposition - Patrick Gale

"La vie n'était-elle pas plus facile sans cette femme si difficile?"
Note :

   Une exposition rassemblant tableaux mais aussi vêtements emblématiques de la célèbre Rachel Kelly, qui vient de décéder brutalement, voilà le point de départ de chacun des chapitres du roman de Patrick Gale, "Tableaux d'une exposition".
   
   A la présentation parcellaire, et forcément lacunaire, de chacun des éléments de cette rétrospective, répond le texte du roman qui explore au plus près l'univers d'une femme fascinante, à la fois mère et épouse prédatrice, mais aussi passionnée, excentrique et si vivante quand la dépression la laissait tranquille. Une femme brûlée par son art et qui, bien involontairement, laissa derrière elle une famille déchirée. Cette famille possède cependant un centre de gravité, un homme exceptionnel lui aussi: Anthony, le père et l'époux, sorte de roc inamovible, quaker qui sut aimer et protéger tous les siens.
   
   Pas de portrait à charge cependant, Patrick Gale avec la sensibilité qu'on lui connaît brosse ici le tableau d'une famille dont les enfants, très jeunes, ont appris à composer avec la maladie de leur mère, et plus âgés ont eu du mal à se confronter à son talent... Nous découvrons petit à petit les différentes facettes de cette femme qui refusait de parler de son passé.
   
   Les rebondissements et les changements de point de vue rendent le récit si vivant et rapide qu'on ralentit le rythme de lecture pour savourer un peu plus longtemps ce roman qui vibrera longtemps en nous. A noter que l'auteur réussit le pari, si souvent raté, de nous faire voir les tableaux de Rachel. Une réussite!
   
   Un livre tout corné, évidemment.

critique par Cathulu




* * *