Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Feuilles mortes de Thomas H. Cook

Thomas H. Cook
  Les rues de feu
  Les Feuilles mortes
  Mémoire assassine
  La Preuve de sang
  Les leçons du mal
  Les liens du sang
  Au lieu-dit Noir-Étang…
  L'Etrange destin de Katherine Carr
  Le dernier message de Sandrine Madison
  Le crime de Julian Wells
  Sur les hauteurs du mont Crève-Coeur

Thomas H. Cook est un écrivain américain né en 1947.

Les Feuilles mortes - Thomas H. Cook

Le poison du doute
Note :

   En donnant un coup de plumeau à son catalogue pour sa nouvelle formule, la Série Noire a su conserver quelques piliers de la collection, dont ce Thomas H. Cook qui y publie ici son huitième titre.
   
   On s'en veut de ne le découvrir qu'à cette occasion parce que si le reste de sa production est du niveau de ces "Feuilles mortes", on est passé à côté de quelque chose. En tout cas, ce roman est une vraie réussite. Il met en scène Eric Moore, petit commerçant de la côte Est des Etats-Unis qui mène une vie prospère et sans histoires jusqu'au jour où Amy, une jeune voisine âgée d'une huitaine d'années, disparaît. Ce soir-là, les parents de la gamine étaient de sortie et avaient confié sa garde à un baby-sitter qui n'est autre que le fils du photographe. A partir de là, il n'y aura pratiquement plus d'événements, on recherche la fillette mais il n'y a pas de traces, pas de piste. Le roman se contente de raconter comment le doute s'installe dans l'esprit du photographe qui, petit à petit, va être amené à soupçonner son fils. Un doute qui va en amener d'autres sur la fidélité de son épouse, sur les circonstances de la mort de sa mère, sur les vices cachés de son frère... Thomas H. Cook emmène le lecteur dans une randonnée mentale au pays du mensonge, montre comment le soupçon peut détruire un homme une fois qu'il se met à douter de ce qu'il a de plus cher. Le résultat est absolument glaçant.
   
   Titre original: Red Leaves
    ↓

critique par P.Didion




* * *



Très noir
Note :

   La petite ville de Wesley aux USA. Eric et Meredith vivent avec Keith leur fils unique. Il tient un magasin de photographie, elle est professeur au collège de la ville. Keith est un adolescent timide, renfermé, sans ami, en état d'échec scolaire relatif. Il passe tout son temps enfermé dans sa chambre, scotché à son ordinateur. Les parents sont déçus et inquiets mais ne savent que faire. Un soir, Keith va faire du baby-sitting chez les Giordano, garder leur petite fille de sept ans. Le lendemain la fillette a disparu. Keith est suspecté...
   
   Le récit est assez court et l'argument simple.
   
   Chaque chapitre se compose d'une narration des faits, simple et réaliste, et d'une évocation en italique. C'est Eric, le père du garçon, narrateur de l'histoire, qui s'adresse à lui-même longtemps après les faits, à la deuxième personne du singulier. Ces évocations sont fort mélancoliques. L'homme, qui a tout perdu, attend encore quelqu'un (nous devinerons assez vite l'identité de cette personne), et pense au drame qu'il a vécu, et à toutes ces photos de familles qu'il développait dans son magasin, des photos qui veulent prouver que la famille est heureuse, et sur lesquelles tout le monde arbore un sourire éclatant. Ces témoignages de bonheur mentent, il en a fait l'expérience.
   
   Ce qu'il y a de très bon dans le récit c'est davantage le déroulement de l'histoire, la manière dont Eric, de fil en aiguille, en vient à suspecter tous les membres de son entourage, famille et proches, de méfaits divers, la façon dont il construit et reconstruit l'histoire de sa propre famille, et interprète les agissements de son fils, sa femme, son frère, dans un crescendo d'angoisse qui tient le lecteur en éveil. Le suspense est surtout psychologique et très bien entretenu.
   
   Au final un roman très noir, dont l'intérêt ne faiblit pas. 
   
   De l'auteur, j'avais déjà lu "Les Ombres du passé" qui se déroule aussi dans une ville de province et concerne de même le conflit père/ fils, et la reconstitution d'un drame. J'en conseille aussi la lecture.

critique par Jehanne




* * *