Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Princess Bride de William Goldman

William Goldman
  Princess Bride

Princess Bride - William Goldman

Il était une fois
Note :

    "Je m'appelle Inigo Montoya. Tu as tué mon père, prépare toi à mourir."
   Ça vous dit quelque chose?
   
   Comment ça non!
   Mais c'est tout simplement inadmissible!
   
   Bon, en même temps, j'ai attendu une grosse dizaine d'années avant de me pencher sur le cas du roman, et que c'est un brin l'hôpital qui se paie la poire de la charité, mais moi, ce que j'en dis, c'est pour votre bien. Un roman aussi délicieusement absurde devrait être reconnu d'intérêt public et le film qui en a été adapté par Rob Reiner est un monument d'effets spéciaux en carton pâte absolument indispensable.
   
   Revenons au point de départ pour ceux qui vivant sur une autre planète n'auraient jamais entendu parler de la plus belle femme du monde, du pirate le plus sanguinaire, du géant turc adepte de la rime et de son ami espagnol à l'épée.
   
   Il était une fois un petit garçon très malade. Par amour, son père va lui lire chaque soir le roman du plus célèbre romancier florin: "Princess Bride". Acte qui va avoir une conséquence pour le moins inattendue: le petit garçon passionné par le sport va se transformer en petit garçon passionné par les romans d'aventure, puis, en écrivain et scénariste. Un écrivain qui va un jour découvrir que son père ne lui a raconté que les passages les plus palpitants d'un roman fort érudit et parfaitement enquiquinant et qui va décider de donner au monde ce que lui même a eu: l'immense bonheur des meilleurs moments de "Princess Bride". L'histoire de la plus belle femme du monde et de sa fabuleuse histoire d'amour avec un garçon de ferme.
   
   Je l'avoue, je ne m'attendais pas à ça: pour moi, "Princess Bride" était un roman d'aventure censément prometteur et sans aucun doute très sympathique. En aucun cas une réflexion drôle, passionnante, intelligente et haletante sur le rôle de l'écrivain et la puissance de la littérature. Bien entendu, il y a de l'amour, des rebondissements, des drames, des duels au clair de lune, des marais dangereux et un prince infiniment méchant, des falaises, des pirates, des îles désertes et inaccessibles, des bestioles dangereuses, une superbe princesse et un amour contrarié. Il y a tout ça et c'est tout simplement fabuleux. Un conte parfaitement maîtrisé, plein d'un humour pince-sans-rire réjouissant et d'un suspense auquel il est difficile de ne pas se laisser prendre. La princesse est une parfaite cruche, son amoureux est sans doute l'homme le plus courageux et le plus intelligent du monde mais l'amour ne l'arrange pas, le géant poète est un bonheur, et Inigo Montoya un duelliste absolument réjouissant. J'ai retrouvé avec un plaisir inattendu le zoo de la mort, le marais, les falaises et la ferme.
   
   Mais il y a aussi l'autre "Princess Bride": William Goldman celui qui a osé abréger le roman de Morgenstern au prix de procès interminables et de risques inimaginables pour sa vie familiale et professionnelle. A ce titre, il intervient sans vergogne aucune dans l'histoire qu'il raconte, expliquant dans des passages en italique les raisons pour lesquelles il a fait des coupes, racontant les difficultés rencontrées au cours de son travail, ses souvenirs de ce que son père lui racontait. C'est maîtrisé et tout aussi drôle que le récit principal. La mise en abyme (c'est pas ça? Je m'en fiche) est assez spectaculaire quand on pense qu'il porte un regard critique sur une oeuvre censée exister qu'en fait il a écrit lui même. Ce n'est sans doute pas clair, mais je me comprends! On se laisse prendre totalement à sa fausse autobiographie! Un roman dans un roman dans une autobiographie qui n'est pas une autobiographie dans un roman.
   
   Goldman est sans conteste un maître du récit d'aventure, apte à faire tourner en bourrique tout lecteur normalement constitué. Plus il explique les coupes, plus il donne envie de se pencher sur une version originale qui n'existe pas. Et il a le culot d'offrir le premier chapitre d'une suite qui ne sera pas publié puisque cela lui est interdit sous peine de procès... Je vous laisse imaginer les grincements de dents...
   
   Bref, avec tout ça j'ai une folle envie de revoir le film! Et de bénir le hasard qui a fait atterrir le roman sur ma PAL, m'a fait tomber sur des billets follement enthousiastes et a provoqué chez moi une petite crise de lecture qui m'a poussée dans les bras confortables (et métaphoriques) de Monsieur Goldman.
    ↓

critique par Chiffonnette




* * *



I loooooove it!!!
Note :

    Résumé
   "The Princess Bride est un récit intemporel où s'affrontent le bien et le mal, l'amour et la haine. Cette incroyable quête et merveilleuse histoire d'amour est assaisonnée d'étranges personnages à la fois monstrueux et gentils, de surprises mémorables, à la fois terribles et sublimes ainsi que d'inoubliables personnages comme...
   
   Wesley, le beau garçon de ferme qui risque la mort (et bien pire) pour la femme qu'il aime; Inigo Montoya, le maître d'épées espagnol qui ne vit que pour venger la mort de son père; Fezzik, le plus poète des géants à avoir déraciné un arbre à mains nues; Vizzini, le méchant sicilien, tellement intelligent qu'il se fait prendre par sa propre logique; Prince Humperkinck, encore plus méchant, prince de Floria, guerrier dans l'âme et chasseur émérite; Conte Rugen, le plus méchant des méchants, qui se nourrit de la souffrance des autres; Miracle Max, l'ex homme-miracle du roi et, bien entendu, Buttercup, la Princess Bride elle-même, la plus parfaite et plus belle femme dans l'histoire du monde."

   
   
   Commentaire
   Premier commentaire... I loooooove it!!! Je suis complètement et totalement enthousiasmée par ce "très typique" et très parodique conte de capes et d'épées! Tout d'abord, on nous annonce en préface que William Goldman n'est pas vraiment l'auteur de ce roman. En fait, ce roman a été écrit par un dénommé S. Morgenstern et il n'a fait que l'abréger (d'ailleurs le titre complet est "S. Morgenstern's Classic Tale of True Love and High Adventure: The Princess Bride)! C'est qu'imaginez-vous donc que quand il était petit, son père lui a raconté cette histoire alors qu'il était alité et qu'elle a carrément changé sa vie! Sauf que lorsqu'il l'a offert à son fils... ô horreur, il n'a pas aimé!!! Goldman réalise alors que le roman est en fait un traité ironique sur la vie de Florin à l'époque et qu'il est entrecoupé de loooongues pages "délicieusement ironiques" mais, selon lui, terriblement ennuyantes! Il a donc abrégé le livre - au prix de poursuites judiciaires et de risques incalculables pour sa carrière - pour en faire ce que nous avons dans les mains aujourd'hui.
   
   Au fil des pages, il nous explique donc quelques uns de ses choix d'édition, nous explique ce que l'on manque, nous remet en contexte, nous incite à écrire à la maison d'édition pour recevoir des pages qu'il n'a pas eu l'autorisation de publier. J'adore les commentaires, les "explications" et les introductions sont géniales. De plus, le conte proprement dit, qui se déroule "après Paris" mais "avant l'Europe", "avant les trains" mais "après les blue jeans" (parce que oui, c'est précisé) est écrit dans une langue tout à fait piquante et ironique et - à ma grande joie - remplie de parenthèses in-dis-pen-sa-bles!!
   
    On trouve de tout dans ce conte! Une princesse magnifique et qui... ben... qui se contente d'être magnifique mais elle le fait bien!!! Des vrais et des faux méchants, des presque faux gentils, des combats à l'épée, des miracles, des courses poursuites folles... tout ce qui peut se retrouver dans un conte d'aventure!! L'auteur nous promène de retournement de situation en retournement de situation (dans le genre énormément énormes) mais tout ça m'a tenue en haleine du début à la fin. Ca bouge, ça va vite, c'est ironique et drôle à fois. On sent que l'auteur ne se prend pas du tout au sérieux!!! C’est parodique (disons que Buttercup est loin d'être un "role model" féminin!!) et on s'y laisse prendre; je me suis joyeusement laissée mener en bateau par l'auteur avec ses récits minute par minute (en désordre) et ses anticipations! Bref, un coup de coeur!
   
   J'avoue avoir une tendresse particulière pour Fezzik (les rimes... myyyy god!!!) et Inigo Montoya (Hello, my name is Inigo Montoya; you killed my father, prepare to die!!) et la scène de la bataille entre l'homme en noir et Inigo Montoya restera kulte pour moi, je crois!! Et les vilains sont vraiment, vraiment très vilains!!!
   
   Je me suis tellement laissée prendre que je voulais lire les pages que Goldman avait retranchées au livre, je voulais voir Buttercup à l'école de la Royauté et même les 60 pages sur les arbres!! En plus, dans mon édition, il ont rajouté le premier chapitre de la suite de l'histoire "Buttecup's baby"... MAIS JUSTE LE PREMIER CHAPITRE (il n'a pas le droit de publier le reste)!! C'est sooooo frustrating! Je suis en train de me dire que je vais acheter l'édition 35e anniversaire parce qu'il paraît qu'il y a des développements suite à la poursuite judiciaire et que peut-être qu'il va y avoir des trucs de plus sauf que...
   Oh et puis non, il vaut mieux que vous le découvriez vous-mêmes.
    ↓

critique par Karine




* * *



Régal au royaume de Florin
Note :

   Princess Bride a été édité somptueusement dans Bragelonne. Pour ma part, je n'ai que la modeste édition de J'ai Lu.
   
   "The Princess bride" est un livre culte aux Etats-Unis où il a été vendu à plusieurs millions d'exemplaires. William Goldman fait précéder son roman (1973) d'une prologue où il explique comment, à l'âge de dix ans, il devenu "accro" à un livre de Simon Morgenstern que son père lui lisait! Des années après, il offre ce livre à son fils et s'aperçoit, lorsque celui-ci ne peut pas le lire, que c'est un pavé dans lequel Morgenstern a placé toute l'histoire de son pays, le royaume de Florin. Le petit William n'en avait rien su, son père ne lui lisant que les moments d'action. Il décide alors d'abréger le livre pour le rendre accessible aux lecteurs.
   
   Evidemment, vous l'aurez compris, le royaume de Florin n'existe pas, ni le dénommé Morgenstern! Je ne sais ce que ce prologue et l'invention de cet auteur fictif Morgenstern apportent au récit si ce n'est de révéler William Goldman dans son goût des canulars et de laisser libre cours à son humour parfois vachard en particulier pour sa femme et son fils (qui, je l'espère pour eux, sont peut-être aussi des personnages fictifs!). Au cours de l’œuvre W. Goldman intervient à plusieurs reprises pour nous expliquer ce qu'il a été obligé de supprimer et c'est souvent hilarant mais parfois un peu trop insistant à mon goût.
   
   L'auteur a écrit lui-même le scénario du film en adaptant son roman. Il a abandonné le prologue et les interventions de l'auteur au cours du récit. Il a conservé une idée : Le début du film montre un grand père qui lit le roman à son petit fils malade. Ce dernier proteste d'abord et l'on voit ses interventions à l'écran mais il s'efface ensuite, entièrement captivé. Les aventures du roman sont fidèlement rapportées dans le film même si le roman nous donne plus de détails sur le prince Humperdinck et son goût pour la chasse et la souffrance, sur la vie de Inigo Montoyo et ses relations avec son père.
   
   Une jeune fermière Bouton d'Or est amoureuse (et réciproquement) de son valet de ferme Wisley. Ils se promettent un amour éternel. Wisley part en Amérique pour faire fortune mais il est attaqué par un pirate et on le croit mort. Bouton d'or est désespérée mais, sous la menace, elle accepte d'épouser l'héritier du royaume, le prince Humperdinck. Le mariage va bientôt avoir lieu lorsque Bouton d'or est enlevée par trois bandits, un géant turc, un hidalgo espagnol et un bossu sicilien sournois et supérieurement intelligent (trop?). Un homme vêtu de noir, mystérieux, masqué, se lance à la poursuite des malfaiteurs. Qui peut-il être? Et que va-t-il se passer?
   
   Le roman est à la fois un grand roman d'amour et un grand roman d'aventures échevelées, avec pirates, enlèvement, assassinats, duels, tortures, bêtes monstrueuses… Les héros escaladent les falaises de la Démence, traversent les Marais de Feu, échappent au RDTI (rongeurs de taille inusitée), sont prisonniers dans le Zoo de la mort.
   
   Un combat - comme dans tout roman fantasy- se livre entre le Bien et le Mal, les méchants représentés par le roi Humperdinck, le comte Rugen, Vizzini, le sicilien, et les bons, la princesse Bouton d'or et Wesley, le valet de ferme.
   
   Mais William Goldman maintient toujours une distance par rapport au récit que l'on ne peut lire au premier degré. L'auteur intervient pour commenter avec humour soit l'histoire d'amour, soit les gestes de ses héros. Le récit est donc parodique et je me demande si ce second degré est perçu par les enfants et si le livre ne s'adresse pas plutôt aux parents? Mais quoi qu'il en soit, c'est un livre qui présente tous les codes du roman d'amour et d'aventures et il fonctionne à merveille!
   
    Le film de Rob Reiner, en dehors des changements signalés, est très fidèle au roman. Il conserve l'aspect parodique qui est très amusant. On peut à la fois éclater de rire et être pris par l'action. Quant aux acteurs, ils sont tous excellents. Il peut-être vu aussi bien par les adultes que par les enfants à partir de 10 ans. Ou peut-être moins?? En tous cas pas pour les moins de six ans, si j'en juge par ma petite fille qui a eu peur des anguilles hurleuses et n'a pas voulu continuer!!
   
    Un vrai régal, un petit bijou à savourer en famille.

critique par Claudialucia




* * *