Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Commis d'office de Hannelore Cayre

Hannelore Cayre
  Ground XO
  Commis d'office
  Comme au cinéma - Petite fable judiciaire
  La Daronne
  Toiles de maitre

Hannelore Cayre est une romancière, scénariste et réalisatrice française, née le 24 février 1963 à Neuilly-sur-Seine. Elle est également avocate à la cour d'appel de Paris en tant que pénaliste et collabore à la Revue XXI.
(Wikipédia)

Commis d'office - Hannelore Cayre

Leibowitz: c'est la classe internationale en toute circonstance
Note :

   Christophe Leibowitz , avocat pénaliste commis d'office, barbote quasiment avec délices dans le monde crapoteux des dealers et des proxénètes sans envergure. Pourquoi, après avoir flirté avec le luxe, va-t-il se retrouver à croupir en prison, à raconter les romans de Flaubert à un Albanais?
    "-On dirait que tu éprouves du plaisir à être là, je me trompe?
   -Non, c'est possible. Personne ne pourra dire que je n'ai pas cherché à explorer toutes les facettes de ce métier."

   
   Tour à tour berné et finaud, désabusé et plein d'allant,Leibowitz a le chic pour se fourrer dans les situations les plus tordues: "Et si j'avais accepté de rentrer dans ce coup foireux uniquement pour ne pas décevoir trois débiles auxquels je ne serrerais même pas la main si quelqu'un m'en donnait le choix?"
   
   Nous le suivons avec délices, le sourire aux lèvres, dans les arcanes parfois ubuesques de la justice, découvrant au passage les conditions de vie quasi moyenâgeuses de certaines prisons car, mine de rien, Hannelore Cayre donne des coups de griffe, sans jamais s'attarder lourdement. Les situations les plus sordides sont envisagées avec le plus grand naturel, normal, les avocats sont un peu blasés. La construction donne un peu le tournis au début mais très vite nous prenons nos marques et suivons avec une jubilation extrême les tribulations de cet avocat commis d'office qui parviendra, on s'en doute à retomber sur ses pattes! Du rythme et du fond, de l'humour pour pimenter le tout, un cocktail réussi!
   
   Premier opus des aventures de Christophe leibowitz qui viennent de paraître en un seul volume (Points seuil) qui réunit donc: "Commis d'office", "Tableaux de maîtres" et "Ground XO".
   
   Adapté au cinéma par Hannelore Cayre avec le très beau Roschdy Zem, sortie en salle au printemps 2009.
   
   
   Série Christophe Leibowitz:
   
   Commis d'office
, 2004, prix Polar derrière les murs 2005
   Toiles de maître, 2005
   Ground XO, 2007
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Zonzon
Note :

   Le hasard étant ce qu'il est, j'ai découvert Christophe Leibowitz avec le troisième volume de ses aventures (Ground XO). Pour profiter tranquillement de mon polar, j'avais renoncé à comprendre pourquoi tout le personnel pénitentiaire se montrait si réticent et maussade à son égard, ce qui peut étonner vis à vis d'un avocat. Je le comprends mieux maintenant.
   
   Nous assistons ici aux débuts de notre futur héros dans cette belle carrière et force est d'avouer qu'ils ont très vite pris des chemins de traverse (ses débuts). Il avait commencé en toute honnêteté mais pour un débutant sans entregent comme lui, ce fut pour constater que cette option le condamnait à la misère. Et il ne fut pas long à estimer que si bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée, elle vaut quand même moins que factures payées et coudées franches. Ses clients étant par définition des truands, des opportunités moins honnêtes mais plus lucratives s'offraient à lui...
   
   Notre Leibowitz va s'engager dans cette voie-là jusqu'à un peu trop loin et même disons-le, beaucoup trop loin. Force lui sera de compléter ses observations : la malhonnêteté, c'est plus rentable, mais plus risqué aussi. Beaucoup.
   
   C'est donc avec cet opus que le lecteur découvre le personnage d'Hannelore Cayre et par la même occasion un assez bon polar. Une situation et un héros originaux ce qui commence à être difficile à trouver, et une connaissance réelle d'un terrain bien particulier, qui permet à l'auteur d'avoir des audaces qu'un néophyte n'oserait pas. A cette originalité (comme de traduire – et résumer!- L'éducation sentimentale en albanais pour un codétenu un peu rugueux), s'ajoutent des rebondissements suffisamment nombreux et surprenants.
   
   J'ai trouvé le démarrage un peu lent : il est en prison d'entrée de jeu, mais on ne commence à savoir ce qu'il a fait que page 43. Les romans policiers ont généralement une attaque plus rapide. Heureusement, comme je le disais que le contexte est bien intéressant !
   
   Alors quand même, c'est nettement assez bien pour qu'on ne puisse se dispenser de lire le manquant : Toiles de maître.

critique par Sibylline




* * *