Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La saga des Romanov de Jean des Cars

Jean des Cars
  La saga des Romanov

La saga des Romanov - Jean des Cars

Morituri te salutant!
Note :

    En 358 pages Jean des Cars nous propose «la Saga des Romanov» qui régnèrent de 1613 à 1917.
    Pour donner corps à ses personnages, l'auteur a choisi de traiter les dix-neuf Romanov, l'un (ou l'une) après l'autre, de Michel 1er, fondateur de la dynastie à Nicolas II, son fossoyeur.
    Démarche pédagogique aussi que de s'attacher à leur vie et à leurs faits et gestes, avec une attention particulière pour les plus illustres.
   
    Mais d'abord Jean des Cars rappelle que les Romanov n'ont pas été les premiers à fonder une dynastie régnante. Il y eut «le prince Riourik arrivé en 860. Fondateur de la principauté de Novgorod («Nouvelle ville»), embryon du premier Etat russe, non loin de l'actuel Saint-Petersbourg.» D'autres lui succéderont: citons Yvan le Terrible, né en 1530 puis Boris Godounov autoproclamé tsar.
    A sa mort en 1605 le «zemski sobor» (états généraux ) élit un nouveau tsar: Michel Romanov. C'est le début de la «success story».
   
   Quelques mots sur les plus importants: Pierre 1er ou Pierre le Grand, qui décida de bâtir Saint-Pétersbourg pour contrebalancer Moscou et le conservatisme de ses boyards; Catherine II, qui fut la protectrice des philosophes français Diderot et Voltaire; Alexandre Ier, qui tomba sous le charme de Napoléon en 1807 avant de le combatte jusqu'à entrer dans Paris en 1814.
    Comment ne pas citer Alexandre III, le tsar de l'Alliance franco-russe, qui aura des retentissements puisque les Français achèteront de confiance des quantités d'emprunts russes (jamais honorés pour cause de Révolution) qui permettront le développement du chemin de fer russe!
   
    Pour terminer Jean des Cars traite du cas du dernier tsar, Nicolas II et donne les raisons qui ont amené le désastre, l'abdication, la fin du tsarisme, le massacre du tsar déchu et de sa famille et bien sûr la guerre civile.
   
    Un livre intéressant car il rafraîchit la mémoire. On peut ensuite, si on le souhaite, aller plus loin, il y a des livres qui traitent les aspects économiques ou historiques du temps de tel ou telle tsar(ine) de façon plus approfondie.
   
    Un regret cependant: l'absence d'une ou deux cartes simples pour bien situer les différents lieux (notamment les villes) dont parle Jean des Cars.

critique par Maroni




* * *