Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chronique du règne de Nicolas 1er de Patrick Rambaud

Patrick Rambaud
  L'idiot du village : Fantaisie romanesque
  Chronique du règne de Nicolas 1er
  Troisième chronique du règne de Nicolas Ier
  La bataille
  Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier
  Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier
  Cinquième chronique du règne de Nicolas Ier
  Tombeau de Nicolas Ier et avènement de François IV
  Le Maître

Patrick Rambaud, né à Paris le 21 avril 19461 est un écrivain français né en 1946.
Il a obtenu, en 1997, le Prix Goncourt ainsi que le Grand prix du roman de l'Académie française pour "La Bataille".
Il a été élu membre de l'Académie Goncourt en 2008

Chronique du règne de Nicolas 1er - Patrick Rambaud

Chroniquez, chroniquez, il en restera toujours…
Note :

   Amusante chronique que cette «Chronique du règne de Nicolas 1er». Amusante et utile. Elle m’a remémoré en effet des faits déja oubliés, et pas forcément des moindres. Je ne me souvenais pas, par exemple, que nous en sommes au gouvernement Fillon 2, puisqu'un premier, éphémère, s’est délité lorsque Alain Juppé, juste promu à la tête d’un énorme Ministère fourre-tout (Ecologie, …), ne fut pas élu aux premières législatives venues. Démissionaire, il obligea à un raccommodage avec Jean-Louis Borloo à sa place et le remplacement de celui-ci par Christine Lagarde à l’Economie. Ce n’était en l’occurrence pas forcément une promotion pour le Borloo en question puisqu’il lui était reproché d’avoir révélé trop tôt (comprendre «avant les élections») certaines intentions qui firent rester sur le carreau tout un bataillon de potentiels députés UMP, dépités et non députés pour le coup!
   
   Des rappels de ce genre, cette chronique en fourmille et en cela, elle a réellement son utilité.
   
   Alors cela intéressera essentiellement les lecteurs français, et qui s’intéressent un minimum à la chose politique. Il faut en effet pouvoir interpréter et décoder les noms qui sont tous pastichés «à l’Ancien Régime». De même que la chronique elle-même d’ailleurs, rédigée à «l’ancienne» sur un ton faussement cérémonieux.
   C’est ainsi que Jean-Louis Borloo intervient sous le titre de «Duc de Valenciennes», Alain Juppé sous celui de «Duc de Bordeaux», Christine Lagarde «Marquise de La Garde», … je vois mal un belge ou un québecois interpréter ceci aisément?
   
   Patrick Rambaud, un La Bruyère du Canard Enchaîné? Jugez-en par le style, (M. de La Porte est ce Secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard Laporte, qui est encore sélectionneur de l’Equipe de France de rugby, pendant la Coupe du Monde):
   
   «A l’automne, Notre Fortifiant Leader emmena une partie de la Cour sur les stades pour applaudir et encourager les joueurs de M. de La Porte. Il fut de toutes les compétitions et on le vit à l’image quand nous marquâmes des points. Il exigea des projecteurs jusque dans les vestiaires et les joueurs fourbus en furent étourdis.
   …/…
   Sa Majesté voulait du clairon. Elle savait qu’une victoire sportive fouettait l’économie, que quatre cent mille touristes enrichissaient les hôteliers, les marchands de bière et de souvenirs, les transports, les restaurants, les boutiques de fanfreluches. M. de La Porte livrait des chiffres à soulever l’enthousiasme; pour la demi-finale où nous étions parvenus, il y eut deux millions de spectateurs et dix-huit millions de téléspectateurs, soit vingt millions de consommateurs, mais ce fut une raclée que les Anglais nous infligèrent, même si, selon M. de La Porte, ceux-ci n’avaient point de style. Ce soir-là, Sa Majesté refusa qu’on vît son chagrin à l’image, et elle s’esquiva avec ses courtisans dans quinze limousines, vers un restaurant italien des beaux quartiers, pour y chanter à huis clos avec M. Johnny Hallyday.»

critique par Tistou




* * *