Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les ennuis de Sally West de Patricia Wentworth

Patricia Wentworth
  Un troublant retour
  Les ennuis de Sally West
  L'empreinte du passé

Patricia Wentworth est le nom de plume de Dora Amy Elles Dillon Turnbull, auteurz britannique de romans policiers, née en Inde en 1878, et morte en 1961.

Les ennuis de Sally West - Patricia Wentworth

"Les filles modernes savent se prémunir contre les ravages de l'émotion"
Note :

    James Elliot est écossais et il travaille pour un concessionnaire de voitures de luxe. Un jour de brouillard, alors qu'il va livrer une Rolls dans le Sussex, il se perd et se retrouve dans une étrange demeure qui a l'air abandonnée... sauf qu'en sort une jeune fille qui lui glisse à l'oreille "Fuyons!". James s'exécute et c'est le début d'une aventure abracadabrante...
   
   "Les ennuis de Sally West", roman de Patricia Wentworth, l'une des reines anglaises du crime à qui l'on doit le personnage de Miss Silver et l'invention du détective "in an armchair", signe ici, chers happy few, un délicieux roman typiquement british, qui n'est pas sans rappeler les romans d'Agatha Christie mettant en scène une jeune fille tête de mule qui cherche l'aventure, comme "Rendez-vous à Bagdad" ou "L'homme au complet marron". Certes l'intrigue est un peu mince (il s'agit d'une chasse au trésor sans grande surprise) mais ce qui m'a beaucoup plu, outre l'atmosphère anglaise de l'entre deux guerres, où les jeunes filles de bonne famille portent des capes en fourrure et vont de bals en cocktails, c'est la drolatique galerie de personnages.
   
   James le misogyne (certaines de ses réflexions sont savoureuses et il a un sens des priorités pour le moins étonnant) est affublé d'une tripotée de cousines un peu illuminées mais indispensables (dont Gertrude occupée au fin fond du Caucase et qui lui a prêté son appartement bizarrement meublé, Winifred et ses étranges goûts culinaires et Daphné, qui joue les entremetteuses écervelées et frivoles avec beaucoup de conviction) et de clients un peu frappés (les soeurs Palmer et leur jardin de rocaille m'ont fait beaucoup rire).
   
   Sally n'est guère mieux lotie, entourée d'un frère mi-amnésique mi-inconscient, d'un tuteur fou mais beau comme un ange et d'une belle-tutrice sadique et cruelle. Tous ces personnages se livrent à un réjouissant jeu du chat et de la souris, courant tous à la poursuite de ce que la tante Clementa, fausse grabataire, a caché sous une chauve-souris. On sourit beaucoup au récit de cette histoire totalement rocambolesque contée de manière pince-sans-rire, et on est tellement content de voir convoler les deux tourtereaux qu'on pardonne bien volontiers à Patricia une fin un peu facile. A lire sous le plaid en mangeant des scones, indeed!

critique par Fashion




* * *