Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le début de la fin de Jasper Fforde

Jasper Fforde
  L'affaire Jane Eyre
  Délivrez-moi!
  Sauvez Hamlet!
  Le puits des histoires perdues
  Le début de la fin
  Ados: Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de dragons
  Le mystère du hareng saur
  Tyrannie de l'arc-en-ciel

Jasper Fforde est un écrivain britannique né à Londres en 1961.

Le début de la fin - Jasper Fforde

La fin d'un début de morosité
Note :

   Je ne cache pas plus ma folle passion pour Jasper Fforde que mon incommensurable vénération de Neil Gaiman. Il y a des choses comme ça dans la vie qu'il ne faut pas avoir honte de clamer. Bref. J'avais donc terminé, à la fois hilare et désespérée le quatrième tome des aventures de Thursday Next, atterrée par la perspective d'attendre une bonne année avant que le tome 5 ait la décence de se matérialiser au format poche. Pour vous situer le drame, j'étais devant la table de la librairie le jour même de la sortie en poche du quatrième... Lequel s'était vu achevé deux pauvres petits jours plus tard malgré mes tentatives de ralentissement.
   
   Mais c'était sans compter sur SBM qui a eu la merveilleuse et adorable idée de me faire la fabuleuse surprise de m'envoyer par les mains de mon facteur préféré (vu les paquets qu'il se coltine, je peux vous dire que j'ai acheté le calendrier Martine sans moufter), le tome 5!! J'ai sautillé dans tous le sens, piaillé peu dignement et ai dû me contenter de le regarder d'un oeil chagrin pendant au moins deux semaines (l'enfer sur terre) pour cause d'urgence lecturesque. La vie est parfois atroce. Mais bon, tout est bien qui finit bien dans cet exposé ennuyeux de ma vie follement trépidante puisque vous vous en doutez, j'ai fini par me jeter sur "Le début de la fin" comme la peste sur le choléra, la Chiffonnette sur le chocolat ou tout autre comparaison hasardeuse que vous souhaiteriez utiliser ici.
   
   Parlons peu, parlons bien, qu'est-ce que ça raconte donc: Thursday Next est mariée, mère d'un adolescent de 16 ans boutonneux et mutique, de deux filles dont l'une au QI surdéveloppé. Pickwick pouique toujours et Landen s'occupe de tout son petit monde pendant qu'elle pose des moquettes en bonne mère de famille et célébrité sur le retour. Enfin, ça, c'est pour la galerie. Parce que Thursday qui raccroche, c'est comme un petit-déjeuner sans café. Impossible. Entre la chute du nombre de lecteurs, la formation de stagiaires de la jurifiction qui lui ressemblent comme deux gouttes d'eau, les tentatives de meurtre du minotaure, la fin du monde en approche et le grave problème de l'excédent de bêtise, elle a beaucoup trop à faire pour songer à faire des devis.
   
   Cinquième tome, cinquième réussite. A son habitude, Jasper Fforde trousse un roman certes un brin foutraque mais palpitant, intelligent, drôle et mine de rien drôlement érudit sans jamais tomber dans la pédanterie. Cet homme est un génie. Si, si.
   
   Déjà, le simple fait que Thursday se retrouve coincée avec deux stagiaires qui sont ses sosies parfaits est drôle. Ajoutez-y le fait que l'une est une espèce de psychopathe et l'autre une végétarienne pacifique et vous obtiendrez un cocktail détonnant dans lequel il faut ajouter les emprunts et les références habituels à la littérature sous toutes ses formes et les multiples rebondissements et fils d'intrigues qui finissent par se rejoindre. J'ai également apprécié à sa juste valeur les réflexions sur le voyage dans le temps qui parviennent à faire tourner la tête de nos héros et celle du lecteur par la même occasion.
   
   Et puis mine de rien, c'est à une sacrée réflexion sur la place et le rôle du lecteur qu'il invite. Le fameux projet de livre-réalité dont je ne parlerais pas plus de peur de spoiler est une mine de questions d'une brûlante actualité. Le lecteur peut-il être tout puissant? Le lecteur doit-il être tout puissant? Et en conséquent, quel est le rôle de l'édition? Produire toujours plus pour répondre aux goûts mouvants du public? Privilégier l'exigence? Quelle est la place de l'écrivain dans tout cela, son droit sur son oeuvre? Beaucoup de questions, et pas des moindres vous me l'accorderez.
   
   Voilà donc. Pour les aficionados de la série, il n'est pas besoin d'en jeter plus, pour ses détracteurs non plus. Et pour ceux qui ne connaîtraient pas, mieux vaut commencer par le début!
   
   
   Un peu d'ordre là dedans!:
   
    1: "L'affaire Jane Eyre"
    2: "Délivrez-moi"
    3: "Le puits des histoires perdues"
    4: "Sauvez Hamlet!"
    5: "Le début de la fin"
   6: "Le mystère du hareng saur"
   7: "Petit enfer dans la bibliothèque"
    ↓

critique par Chiffonnette




* * *



«Les lecteurs sont sacrés, n'est-ce pas?»
Note :

   Notre chère Thursday Next reconvertie dans la pose de moquettes? Tsstsstss, elle a bien trop à faire: entre sa vie de mère de famille et son boulot, pas une minute à perdre! D'autant que la fin des Temps est à craindre, tout ça à cause du charmant petit Friday devenu un ado ronchon et léthargique (pléonasme?!) qui refuse de s'engager dans la Chronogarde.
   
   Quant au monde de la Fiction, il va être perverti par l'irruption de l'interactivité dans un roman de Jane Austen (je vois d'ici les cheveux des bloggueuses austenmaniaques se dresser sur les têtes de leurs propriétaires!). Aux lecteurs de décider quel personnage sera évincé. Que ne ferait-on pas pour faire remonter le nombre de lecteurs dans le monde!
   
   Vous l'aurez compris, j'ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans le monde créé par Jasper fforde, toujours aussi en verve et plein d'imagination. Quelqu'un qui écrit "La poésie est la cocaïne de la littérature" ne peut qu'être mon ami. Il nous réserve de belles surprise tant au niveau des péripéties que des descriptions, ainsi un superbe ballet de pianos, très cinématographique ou une superbe incursion dans un poème. L'humour et l'inventivité sont au rendez-vous, mais pour autant je ne sais pas si un tome supplémentaire s'avérerait nécessaire. Thursday sexagénaire, je ne suis pas sûre d'apprécier...

critique par Cathulu




* * *