Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

T comme: SODA de Philippe Tome

Philippe Tome
  T comme: SODA

T comme: SODA - Philippe Tome

Un look de tueur ou/et de pasteur
Note :

   Je poursuis ma collection de «détectives» spéciaux en bande dessinée. J’ai mis détective entre guillemets puisque celui-ci par exemple est policier. Cependant, il est assez indépendant et dégagé des règles officielles pour que cela ne marque pas une différence notable d’avec l’image du privé classique, même si les personnages secondaires du commissariat ont leur intérêt. C’est du moins mon sentiment.
   
   Ce qui a attiré ma main vers ces albums, c’est la vue en couverture d’un gros colt dans les mains d’un prêtre. C’était suffisamment tape à l’œil pour éveiller la curiosité. J’ai pris 3 albums de cette série qui en compte pour l’instant 12: le 1er, le 9ème et le dernier. Cela permet de se faire une idée de la progression. J’aurais bien pris un second album plus central, genre n°6, mais il n’y avait pas plus central que 9. Faut accepter les contingences.
   
   Ça ne commençait pas trop bien d’ailleurs. J’ai eu un contact moyen avec ces premières aventures ("Un ange trépasse"). J’ai parfois même éprouvé un problème de lisibilité aussi bien du dessin, parfois pas assez clair pour moi, que du texte, peut-être pas toujours à la bonne place pour une lecture facile. J’ai trouvé un peu gamin cet amour immodéré des dessins de mains tenant un gros revolver (environ la longueur du bras). Freud, quand tu nous tient. Et puis l’histoire était moyenne…
   
   …sauf le personnage. Il avait vraiment un bon look avec son costume noir, ses ray bans et sa main gauche toujours gantée. Un look de tueur ou/et de pasteur. Une positionnement intéressant avec ce rôle de pasteur qui n’en est pas un. Tout comme était sympathique sa personnalité individualiste et autonome. Cet attachement à sa maman à la San Antonio. Ce n’était pas encore tout à fait bien exploité, mais on sentait un vrai potentiel. J’ai donc continué.
   
   Tome 7 ("Lève-toi et meurs"), les histoires de famille. Si le n°1 permettait de comprendre l’histoire du nom (Soda pour David Solomon), du costume de pasteur, celui-ci nous permet de comprendre un petit peu son enfance et comment fonctionnait sa famille. C’est sans grande surprise, mais de bonne tenue. Le dessin est bon, plus de problème de lisibilité et les qualités du personnage se sont affirmées.
   
   Tome 12 ("Code apocalypse"), et la découverte pour moi de la petite amie de Soda, la très vive Linda. Il paraît qu’elle apparaît à partir du tome 3 mais on ne la voit pas dans le tome 9 et donc, je ne l’avais pas encore rencontrée. Elle est jolie, énergique et bien assortie à notre fournisseur du paradis. Et je trouve donc que, sur ces 3 albums, la série n’a fait que s’améliorer pour arriver à un bon niveau.
   
   Si vous voulez vous offrir une petite récré sympa, vous pouvez y aller.
   
   
   Série dans l’ordre:
   
   ■ 1 Un ange trépasse
   ■ 2 Lettres à Satan
   ■ 3 Tu ne buteras point
   ■ 4 Dieu est mort ce soir
   ■ 5 Fureur chez les saints,
   ■ 6 Confessions Express,
   ■ 7 Lève-toi et meurs,
   ■ 8 Tuez en paix,
   ■ 9 Et délivre-nous du mal
   ■ 10 Dieu seul le sait
   ■ 11 Prières et balistiques
   ■ 12 Code Apocalypse

critique par Sibylline




* * *