Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'affaire Saint-Fiacre de Georges Simenon

Georges Simenon
  Trois chambres à Manhattan
  L'amie de Madame Maigret
  L'affaire Saint-Fiacre
  La colère de Maigret
  En cas de malheur
  Les inconnus dans la maison
  Au Rendez-Vous des Terre-Neuvas
  Long Cours
  L'horloger d'Everton
  Le locataire
  Le petit homme d’Arkhangelsk
  Lettre à mon juge
  La Neige était sale
  Le pendu de Saint-Pholien
  Maigret se défend de Simenon
  Le chien jaune

Georges Simenon est un écrivain belge francophone né en 1903 et mort en 1989 après avoir écrit environ 200 romans sous son nom ou sous différents pseudonymes.

L'affaire Saint-Fiacre - Georges Simenon

Un classique de la littérature policière
Note :

    Plongée dans un classique de la littérature policière, avec un bon Maigret de derrière les fagots. Et le charme désuet du personnage de Simenon n’est pas sans me plaire.
   
   Le commissaire Maigret, averti par un courrier anonyme, apprend qu’un crime sera commis dans la ville où il a grandi. Il décide donc, de manière officieuse, de se rendre dans le village qu’il a connu enfant pour tirer au clair le contenu de cette lettre. Il retrouve des habitudes qu’il avait perdues, des personnes qu’il avait oubliées, comme Marie l’aubergiste. Et il décide de se rendre à l’église pour assister à la première messe de la journée. C’est à ce moment-là que le crime est commis: on retrouve à la sortie de l’office le corps sans vie de la comtesse de Saint-Fiacre. Le comble, pour Maigret, est qu’il connaît très bien la comtesse et son entourage, car son père était l’ancien régisseur du domaine. Maigret se trouve donc plongé dans une enquête sur un crime sans arme, et dans une ambiance où il doit distinguer l’affectif du professionnel…
   
   Ce qui est notable dans cet ouvrage, c’est l’ambiance que réussit à mettre en place Simenon: on sent l’humidité qui prend les personnages dès qu’ils passent le pas de la porte, le froid de la chambre de l’auberge où loge Maigret. Il y a une atmosphère très provinciale (l’action se situe dans l’Allier), où on sent l’humus et les chaussures crottées.
   
   L’autre point positif de cet ouvrage est la confrontation entre Maigret et son passé. Il retrouve des souvenirs qu’il avait perdus, il évoque son père, les connaissances de son enfance. On le suit se débattre à essayer de trouver le coupable en oubliant ce qu’il sait a priori des protagonistes de l’affaire. Et il ne traite pas de la même manière ceux qu’il connaît, et les nouveaux arrivés au château, comme le nouveau régisseur ou le secrétaire et amant de la comtesse.
   
   Enfin, l’intrigue est digne d’un bon Hercule Poirot. La scène finale évoque la fin des romans d’Agatha Christie, où Poirot rassemble tous les protagonistes pour démonter un à un les mensonges de chacun et finalement accuser le coupable. Sauf qu’ici, Maigret est en position d’un spectateur lambda, puisqu’il ne mène pas le jeu et la valse de accusations. Le lecteur est à la place du commissaire réputé infaillible, qui se laisser guider par le meneur (je ne dirai pas qui c’est, cela enlèverait une partie du suspense!). Cette scène finale dans une salle obscure du château est emplie de mystères, de tension que Simenon transcrit de manière très juste. C’est un aspect de l’écriture de Simenon difficile à imaginer, quand on a en tête la série télévisée avec Bruno Crémer, qui est très souvent placide et froid (mais qui donne, pour le seul épisode que j’ai vu, un plaisant divertissement).
   
    Je pense que je me plongerai dans d'autres aventures du commissaire, de temps à autre!

critique par Yohan




* * *