Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Cheval soleil de Steinunn Sigurdardottir

Steinunn Sigurdardottir
  Le Cheval soleil
  La place du cœur

Steinunn Sigurðardóttir est une écrivaine islandaise née en 1950.

Le Cheval soleil - Steinunn Sigurdardottir

Un porridge de maman tardif
Note :

   Li a repoussé son bonheur car "Les gens comme moi n'ont manifestement pas l'armature nécessaire pour supporter les bons moments." Les gens comme elle? Incolore, voilà comment se définit cette infirmière, qui, enfant a vécu en compagnie de son petit frère dans une immense demeure où ils croisaient de temps à autres ceux qu'ils appelaient entre eux les Epoux, à savoir leurs parents trop peu présents car trop occupés à soigner d'autres enfants. Pas de ressentiment néanmoins, juste le constat que "Les gens comme elle ne devraient sans doute pas avoir d'enfants, surtout quand ils sont marqués pour la vie par un chagrin d'amour universel et quand ils ont des enfants si tardivement que cela entraîne la dissolution d'un orchestre de mandolines." L'humour comme moyen de survie.
   
   Quand l'Amoureux repoussé dans l'adolescence revient en Islande, Li repense à son passé et à son enfance si particulière (qui m'a un peu fait penser au personnage de Fifi Brindacier, en moins joyeux (même si Fifi a parfois des accès de mélancolie)). Pourra-t-elle enfin "attraper ce qui aurait dû être, (...) faire du poème la vie elle même (...) ne plus rester transie dans la froidure de l'intervalle compensatoire entre les poèmes et la vie " ?
   
   Dans "Le cheval soleil", l'Islandaise Steinun Sigurdardottir nous livre un récit lumineux, celui d'une enfance qui n'a même pas le sentiment d'être fracassée, une enfance où la mort rôde tout naturellement, où les enfants se montrent plus adultes que leurs parents, où le bonheur n'est pas du tout familier. Un récit où le lien entre parent et enfants est exploré d'une manière très particulière.
   
   La traductrice Catherine Eyjolfsson a très bien rendu le contraste entre la langue parfois très moderne avec ses hyperboles ainsi, "l'hyperbonté" de la mère et les passages poétiques qui se mêlent au roman, comme autant d’échappées vers la lumière.
   
   L'Islande et ses paysages âpres et lumineux servent d'écrin à un texte puissant et jamais déprimant qui va d'emblée prendre place sur mon étagère d'indispensables.
   
   
   PS: de la même auteure, j'avais a-do-ré "La place du coeur" paru en 2000 aux Editions Denoël, sorte de road-movie islandais mettant en scène une mère qui veut renouer le lien avec sa fille qui part en vrille... Depuis 8 ans sur ma fameuse étagère et lu et relu... Billet à venir?

critique par Cathulu




* * *