Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

M comme: Top ten de Alan Moore

Alan Moore
  M comme: Top ten
  M comme: From Hell

M comme: Top ten - Alan Moore

Super-super-pouvoirs
Note :

   Robyn Slingen, dite Toybox, vient de prendre son service au commissariat de la ville des super-héros, Neopolis. De trafics de super-drogues en délits divers et variés, de serial-killers extraterrestres en courtiers en assurance gonflables, elle va découvrir les aléas de la vie d'un commissariat dans un univers où les super-héros sont des gens comme les autres.
   
    Première incursion pour moi dans l'univers d'Alan Moore, grand maître du comics s'il faut en croire ce que j'ai lu ici ou là sur la question. Je le dis tout de suite, ce sera fait, l'essai est transformé et de main de maître (ça tombe bien). C'est drôle, bourré de détails hilarants, prenant et superbement bien ficelé. L'idée en elle-même est déjà réjouissante: que deviennent les super-pouvoirs quand tout le monde en a? Est-ce que tout le monde est un super-héros ou est-ce que tout le monde devient super-ordinaire? Evidemment, tout le monde devient super-ordinaire. Alors bien sûr Gograh alias Godzilla vient protester complètement bourré contre l'arrestation de son rejeton, un cinglé pique des rennes pour faire voler son traîneau, les dieux se trucident à répétition, les meurtres et autres délits sont rendus pittoresques par l'usage de capacités parfois un peu étranges, mais finalement, on retrouve le quotidien haut en couleur d'un commissariat. Il y a des monstres partout, des dieux et des robots, tout ce petit monde formant une société qui ressemble fort à la notre. L'occasion de parler aussi de racisme, de progrès et de différence.
   
   De tomes en tomes, Alan Moore présente ses différents personnages et élabore des enquêtes réjouissantes tout en tissant la trame d'un complot plus vaste qui va tenir le lecteur en haleine sur trois tomes pas moins. Son imaginaire est magistralement servi par le dessin de Gene Ha, fourmillant de clins d'oeil et de détails qui font de chaque case ou presque un monde en soi. Pour les amateurs du genre, son dessin est peut-être classique, mais pour les débutants comme moi, il rend la lecture plus facile et plus agréable.
   
   J'ai également lu un hors-série, The forty-niners qui raconte la création de Néopolis et la jeunesse de quelques uns des personnages de Top Ten. Fortement conseillé aussi!

critique par Chiffonnette




* * *