Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La lionne blanche (3) de Henning Mankell

Henning Mankell
  Avant le gel (9)
  La muraille invisible (8)
  Les chiens de Riga (2)
  Meurtriers sans visage (1)
  Les morts de la saint-Jean (7)
  L'homme qui souriait (4)
  Le retour du professeur de danse
  La lionne blanche (3)
  Le guerrier solitaire (5)
  Tea-bag
  Le cerveau de Kennedy
  Les Chaussures italiennes
  L'homme inquiet (11)
  Le Chinois
  La cinquième femme (6)
  La faille souterraine
  L’œil du léopard
  Un paradis trompeur
  Daisy Sisters
  Une main encombrante (10)
  Sable mouvant - Fragments de ma vie
  Les bottes suédoises

Henning Mankell est né en Suède en 1943 d'un père juge et d'une mère... qui est partie très vite.
Il est le gendre d'Ingmar Bergman.
Il partage sa vie entre la Suède et le Mozambique et adore l'Afrique.
Son héros récurrent Kurt Wallander, inspecteur au commissariat d'Ystad et flic dépressif, est mondialement connu.
Mankell écrit également des livres pour la jeunesse et des pièces de théâtre.

Il a reçu le Prix Nils Holgersson (qui récompense les meilleures œuvres littéraires destinées à la jeunesse) en 1991, le Grand Prix de littérature policière ainsi que le Prix Mystère de la Critique Meilleur roman étrangers en 2000.
Henning Mankell est mort en 2015 d'un cancer du poumon qui fait l'objet de "Sable mouvant".


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"


Kirsten Jacobsten a réuni un an d'interviews en un livre passionnant "Mankell (par) Mankell".

La lionne blanche (3) - Henning Mankell

Episode Wallander exotique
Note :

   Suède et Afrique du Sud mélangées. Ou comment Kurt Wallander, le commissaire d’Ystad est amené à interférer dans une tentative de déstabilisation en Afrique du Sud, dans une Afrique du Sud pas encore désapartheidisée.
   
   C’est un peu compliqué, nettement clivé en deux parts qui pourtant s’entremêlent mais les ambiances, les évènements sont par trop différents. D’un rythme différent, d’une importance différente. Du coup ça crée un décalage qui en fait comme un roman à deux vitesses.
   
   Ca reste néanmoins Henning Mankell avec son humanité et son art de l’intrigue. Avec un Kurt Wallander toujours plus au bout du rouleau, toujours à remettre son activité en question …
   
   Un meurtre à priori banal, bien qu’intriguant, d’une mère de famille dans un endroit isolé où a priori elle n’avait rien à faire. Wallander sèche, et puis l’on trouve un doigt, un doigt noir, enterré. Et puis… c’est passablement compliqué mais qui peut résister à Wallander? Franchement! Pas moi.
   
   Et puis les considérations sur le tournant que vécût l’Afrique du Sud passant du pouvoir exclusif blanc à une majorité noire ne sont pas inintéressantes. Surtout de la part d’un auteur qui passe une partie de sa vie dans cette région du monde.
   
   
    *Récapitulatif des titres de la série Kurt Wallander, dans l'ordre où les choses arrivent vraiment et non l'ordre de publication en France:
   
    1) Meurtriers sans visage
    2) Les chiens de Riga
    3) La lionne blanche
    4) L'homme qui souriait
    5) Le guerrier solitaire
    6) La cinquième femme
    7) Les morts de la Saint-Jean
    8) La muraille invisible
   9) Avant le gel
   10) Une main encombrante
   11) L'homme inquiet
   ↓

critique par Tistou




* * *



Un des meilleurs Wallander
Note :

   "Les esprits font partie de la famille. Les esprits sont nos ancêtres, qui veillent sur nous. Ils vivent comme des membres invisibles de notre famille. Nous n'oublions jamais qu'ils sont là. C'est pour cela que les Blancs ont commis un crime indescriptible lorsqu'ils nous ont obligés à quitter la terre où nous avions vécu génération après génération. Les esprits n'ont pas abandonné la terre qui était autrefois la leur. Les esprits détestent les bidonvilles encore plus que les vivants".
   
   Cette troisième enquête du Commissaire Wallander qui se déroule à moitié en Afrique du Sud ne me disait rien qui vaille au départ. Finalement, je crois que c'est ma préférée à ce jour. J'ai foncé tête baissée dans l'intrigue complexe, dénouée en vrac et dans la douleur par un commissaire de plus en plus borderline.
   
   Nous avons donc d'un côté, une femme qui disparait en Suède, sans raison apparente. Son corps est retrouvé quelques jours plus tard dans un puits. Elle a été abattue d'une balle dans le front. La maison où elle a sans doute été tuée est pulvérisée à l'explosif.
   
   De l'autre côté, en Afrique du Sud, un groupe de boers constitué en "comité" secret, prépare un attentat au plus haut niveau de l'Etat, souhaitant créer le chaos et empêcher la fin de l'apartheid qui semble se dessiner. Il n'est pas question qu'ils abandonnent leurs privilèges et le pouvoir, au profit de noirs jugés inférieurs.
   
   Il faudra beaucoup de temps aux enquêteurs pour arriver à trouver des liens entre les deux affaires. Les cadavres vont s'accumuler, mêlant anciens du KGB, tueurs d'Afrique du Sud, ramifications en Suède avec l'arrivée d'une population hybride, issue des anciens pays de l'Est.
   
   Les chapitres sont équilibrés entre la progression des évènements en Afrique du Sud et en Suède, avec une tension constante. L'enjeu est grave et la force du roman réside dans l'excellent portrait qui est fait de tous les protagonistes, quelque soit leur camp.
   
   Je quitte Wallander atteint d'une dépression profonde, incertain de son retour dans les services de police... bigre. Cette fois-ci il a mêlé sa fille Linda à son enquête. Les liens entre eux se pacifient, mais n'a-t-il pas fait une grosse erreur? Je me suis fixée à moi-même un Wallander par mois, celui-ci a juste un peu d'avance. Vais-je pouvoir attendre un mois pour le prochain?

critique par Aifelle




* * *