Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie aux aguets de William Boyd

William Boyd
  Le destin de Nathalie X
  La femme sur la plage avec un chien
  Un Anglais sous les tropiques
  A livre ouvert
  La vie aux aguets
  Armadillo
  L'après-midi bleu
  Orages ordinaires
  Solo
  L'Attente de l'Aube
  Les vies multiples d'Amory Clay
  Brazzaville plage
  Nat Tate

William Andrew Murray Boyd est un écrivain britannique né en 1952 au Ghana.

La vie aux aguets - William Boyd

La vie révèle des surprises …
Note :

   William Boyd nous fait là une variante à la «John Le Carré». Moi je m'en fiche, j'adore l'un et l'autre!
   
   Un roman d'espionnage qui n'en est pas seulement un. Qui est aussi une histoire de femmes, d'une mère et de sa fille, l'une manipulant l'autre, une histoire d'amour aussi … Bon, un William Boyd enfin.
   
   Moins hilarant qu'un «Anglais sous les Tropiques» par exemple mais tout aussi solaire qu'un «Après-midi bleu» … Un William Boyd, de toutes façons, c'est une histoire qui vous restera au coeur.
   
   Ruth Gilmartin est une jeune femme anglaise, avec des histoires normales de jeune femme anglaise, qui se trouve brutalement confrontée à la révélation du secret de la vie de sa mère. Celle-ci lui révèle en effet que loin d'être la Sally Gilmartin comme l'a toujours connu Ruth, elle fût d'abord, pendant sa jeunesse et les temps troubles de la Seconde Guerre Mondiale Eva Delectorskaya. Et une espionne en prime!
   
   «Ma mère a redescendu l'escalier, sans effort à mon avis, avec sous le bras un épais dossier beige qu'elle m'a tendu.
   "J'aimerais que tu lises ça", a-t-elle dit.
   Je l'ai pris. Il semblait contenir des douzaines de pages, de types et de tailles de papier différents. Je l'ai ouvert. Il y avait une page titre: L'histoire d'Eva Delectorskaya.
   "Eva Delectorskaya, ai-je murmuré, mystifiée. Qui est-ce ?
   Moi, a-t-elle répliqué. Je suis Eva Delectorskaya." »

   
   C'est donc par le biais d'un manuscrit que Ruth va apprendre le passé de sa mère. Et le lecteur par la même occasion qui va lire par-dessus l'épaule de Ruth.
   William Boyd va en profiter pour mettre en sandwich les chapitres de cette révélation lus par Ruth avec l'action impulsée en sous-main, en manipulatrice par Sally. Une construction habile, qui n'étonne pas à vrai dire venant de Boyd (je l'ai dit – je suis fan!).
   
   Car si Sally a tout à coup décidé «d'affranchir» sa fille, il y a un projet sous-jacent dans lequel celle-ci a un rôle à jouer. On ne se refait pas! Formée à la manipulation par les Services Secrets Anglais pendant la guerre, elle en reste un pur produit.
   Alors l'autre histoire que nous raconte William Boyd, celle d'Eva Delectorskaya, c'est la manipulation qu'aurait tentée par tous les moyens l'Angleterre pour entraîner l'Amérique dans la guerre, c'est l'histoire qui a conduit une Eva Delectorskaya, fille pauvre d'un réfugié russe à Paris, à devenir Sally Gilmartin, respectable vieille dame de la campagne fleurie anglaise. Il y a du chemin, qui part de Paris, passe par l'Amérique et se termine dans un village paumé anglais. L'occasion de constater que William Boyd est à l'aise partout!
   ↓

critique par Tistou




* * *



Double identité + Manipulation + Espionnage...
Note :

   Lorsque Ruth Gilmartin apprend la véritable identité de sa mère, Sally Gilmartin, et le rôle plus qu'incroyable que celle-ci a joué au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Ruth est chavirée.
   
   Au début de cet élégant roman d'espionnage, Sally, de son nom véritable, Éva Delectorskaya, jeune immigrée russe vivant à Paris en 1939, est recrutée comme espionne par Lucas Romer, chef d'un organisme secret de propagande, la BSC (British Security Coordination), chargée de diffuser de l'information manipulée afin de rallier les États-Unis à la cause du conflit qui faisait rage en Europe.
   
   Cette histoire fascinante est fort bien racontée, mais régulièrement amoindrie par l'intervention du récit en parallèle de la vie beaucoup plus banale de Ruth, mère-célibataire offrant des cours privés d'anglais à Oxford au lieu d'y compléter un doctorat en histoire.
   
   Le récit banal du quotidien de Ruth, personnage plus ou moins romantique s'il en est un, n'a aucune chance de rivaliser avec l'histoire fascinante, dramatique et rocambolesque du passé d'espionne de guerre de sa mère Sally, qui nous est révélée tout au long de ce thriller d'espionnage.
   
   Ce roman est intéressant, élégamment écrit, instructif par son aspect historique basé sur des faits réels, c'est-à-dire le peu de désir des États-Unis de s'impliquer une nouvelle fois dans une guerre qui dévastait l'Europe et les moyens plus ou moins orthodoxes utilisés par l'Angleterre afin d'attirer ceux-ci dans une alliance de plus en plus indispensable, mais n'a rien d'un thriller époustouflant, passionnant à lire qui nous tient éveillés toute la nuit!
   Au contraire, l'astuce de deux récits racontés en parallèle impliquant deux sujets beaucoup trop disparates nuit terriblement au rythme, lasse plutôt que stimuler et n'ajoute rien de conclusif au dénouement de l'intrigue.
   
   Une bonne lecture, sans grand plaisir...

critique par Françoise




* * *