Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 12 ans: Miss Charity de Marie-Aude Murail

Marie-Aude Murail
  Ados: Simple
  dès 06 ans: 22!
  Dès 12 ans: Miss Charity
  Charles Dickens
  Ados: Oh Boy!
  Dès 10 ans: Malo de Lange, fils de voleur
  Ados: Papa et maman sont dans un bateau
  Ados: Amour, vampire et loup-garou
  Dès 09 ans: Nonpareil
  Dès 12 ans: Le tueur à la cravate
  Sauveur & Fils
  Dès 08 ans: Patte-Blanche
  Ados: De grandes espérances

Dès 12 ans: Miss Charity - Marie-Aude Murail

Austen pour débutants
Note :

   Romans pour ados dès 12 ans
   
   Illustrations de Philippe Dumas
   
   Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir à travers ce volume un roman vibrant, une histoire captivante et un personnage attachant. Miss Charity est bien le dernier coup de coeur de cette année 2008 et que peut-on rêver de mieux pour finir l'année!
   
   Miss Charity Tiddler, née en 1870, est la fille unique d'une famille anglaise étriquée, formaliste et respectueuse de la haute société de l'époque victorienne. Ses parents la délaissent et lorsque la mère de Miss Charity fait une remarque, ce n'est jamais très en faveur de la personnalité de sa fille. Seule mais curieuse, Miss Charity passe la majeure partie de son temps au troisième étage de la demeure familiale et tient pour seule compagnie des souris, des lapins, des canards et des oiseaux. La nursery de Miss Charity est un refuge original et peu habituel, il en convient pour son entourage qui juge son naturel peu convenable. Accompagnée de sa bonne Tabitha, une femme écervelée si ce n'est éprouvée par les heurts de la vie, et de sa gouvernante française Mlle Blanche Legros, Miss Charity apprend la bienséance et reçoit une éducation anglaise conforme aux mentalités victoriennes. Mais là encore, Miss Charity témoigne d'une profonde différence: elle chante faux, joue mal du piano et préfère lire les pièces de théâtre de Shakespeare. Elle affectionne particulièrement les longues promenades à la campagne, le dessin à l'aquarelle et son goût prononcé pour l'observation de la nature est une motivation pour son adolescence morose. Miss Charity est d'un tempérament modéré et discret mais sa volonté lui ouvre un tout autre dessein: celui de devenir une illustratrice jeunesse douée et créative. Peu à peu, un vent nouveau souffle et son émancipation jusque là inconcevable, éclate et déroge aux règles des esprits bridés. Travailler, gagner de l'argent, s'offrir ce qu'elle désire, mais plus que tout vivre de sa passion lui procure une sensation de liberté immense, une joie renouvelée sans cesse par une imagination fertile. Miss Charity prend son envol en tant que femme dont l'indépendance financière et ses fréquentations jugées inacceptables, font une héroïne comme on les aime. Attachante, c'est avant qu'elle ne se pose la question elle-même, que l'on comprend qu'elle est amoureuse de Kenneth Ashley, cet acteur, qu'elle avait rencontrée étant plus jeune et qui chemin faisant à pris place dans son coeur timoré et solitaire, en la taquinant, par intermittence au gré de leurs rencontres hasardeuses. Miss Charity, c'est pour cela qu'on l'aime, précisément, parce que sa personnalité modeste, digne, sensible et dépourvue de superficialité est à l'opposé d'une société mondaine et protocolaire. Miss Charity est une héroïne à l'image d'une Jane Eyre ou d'une Elisabeth Bennet qui en tout point, charme et ravit ses lecteurs jusqu'à se hisser au rang cérémonieux d'une littérature tant appréciée.
   
   Marie-Aude Murail signe là un chef d'oeuvre littéraire, dont la tendresse, la subtilité, l'émotion et l'humour font une perle rare dans le domaine de la littérature de jeunesse classique. Richement inspirée de Jane Austen, de Charlotte Brontë et de Beatrix Potter, Marie-Aude Murail a néanmoins apportée son originalité pour créer des personnages de grande envergure et hauts en couleurs. L'histoire de Miss Charity est une véritable fresque romanesque; la dimension affective et spirituelle qui en résulte est magistrale. Un roman qui réunit les vertus du genre: divertissant, inventif et intelligent. Il est à l'image de son héroïne: cultivée, sensible et humble. Et tout comme l'éditeur Alfred King de Miss Charity le dirait: il répond à la règle des trois B: Beau, Bon et Bien.
   
   Illustré par Philippe Dumas, il en est que plus savoureux et admirable car les dessins n'agrémentent pas ici la lecture, ils nous régalent d'une galerie de portraits foisonnants, malicieux et amusants. Miss Charity est porté par une plume brillante, vive et fraîche, où les dialogues nous font penser à une mise en scène théâtrale (le Moi récitant!). L'imagination créatrice est ici célébrée par un texte dense, appuyé par une profonde inclination pour le raffinement et la délicatesse. Que cela soit d'un point de vue artistique ou littéraire, Miss Charity est un magnifique roman, doué d'une prestance et d'une élégance affirmées, et qui nous gratifie, au final, des instants rares de lecture.
    ↓

critique par Laël




* * *



Un vrai régal!
Note :

    Voici un roman intelligent, talentueux, bourré de charme et de fraicheur.
   
   L'histoire commence lorsque Charity Tiddler a cinq ans. C'est une enfant adorable, digne des héroïnes de la comtesse de Ségur, élevée comme Sophie et les petites filles modèles dans un milieu bourgeois au XIXème siècle. Dans cette famille qui va à la messe tous les dimanches, elle s'ennuie à mourir d'autant que ce monde d'adultes ne se préoccupe guère d'elle. L'ère de l'enfant roi n'est en effet pas encore née. Alors elle se met à élever des animaux secrètement dans le grenier, avec la complicité de sa bonne Tabitha. Souris, oisillon grive, têtard, escargot , toute une ménagerie voit ainsi le jour dans la nursery.
   
   Cette vie quasi solitaire est égayée par les visites à lady Bertram, sa marraine, chez qui elle retrouve ses cousins Philip, Lydia et Ann, avec qui elle a bien du mal à trouver des centres d'intérêt les premiers temps. Mais finalement, elle finira par passer de bons moments avec eux en s'amusant à colin Maillard et au nain jaune, ces jeux qui ont ponctué l'enfance de tant d'entre nous. Elle y fera aussi la connaissance de Kenneth, le fils de tante Janet.
   
   550 pages rafraichissantes, une héroïne attachante et malicieuse, un regard sur le charme des relations d'enfance entre cousins, la description délicieuse d'une petite fille de la bonne société anglaise. Et de nombreuses références à Béatrix Potter, célèbre illustratrice dont j’ai fait la connaissance grâce à ce roman. Il n’est jamais trop tard pour bien faire!
   
   A noter les magnifiques illustrations de Philippe Dumas

critique par Clochette




* * *