Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sula de Toni Morrison

Toni Morrison
  Sula
  Un don
  Tar Baby
  Jazz
  Beloved
  Home
  L'œil le plus bleu
  Dès 07 ans: A ton avis... Le vieil homme ou le serpent?
  Délivrances

Toni Morrison, de son vrai nom Chloe Anthony Wofford, est née en 1931, à Lorain (Ohio), dans une famille ouvrière.
Elle fait des études de littérature et une thèse sur William Faulkner.
Elle a longtemps été éditrice chez Random House, enseigne à l'Université de Princeton et a remporté le prix Nobel de littérature en 1993.

Sula - Toni Morrison

Raté!
Note :

   A Medallion, petite ville du Nord des Etats-Unis, la ville est coupée en deux quartiers: les blancs vivent dans la vallée, et les noirs dans le Fond (paradoxalement, ce terme désigne la Colline). Dans la communauté, Sula et Nel, deux petites filles du même age, grandissent ensemble. Malgré leur passé commun, elles s’éloignent peu à peu, du fait de leurs parents très différents et de leurs expériences…
   
   Voilà une idée de l’histoire que conte ce roman. Je n’ai pas l’habitude de reprendre le quatrième de couverture pour faire un résumé, et je le fais d’autant moins ici car dans l’édition que j’ai lu (Christian Bourgois), celui-ci me parait trompeur par rapport au texte. Du coup, je n’y ai pas trouvé ce que j’y attendais, et je suis resté très loin de cette histoire.
   
   Ce roman débute par le récit de l’expérience de la guerre d'un habitant de Medallion, et les conséquences sur le psychisme de ce soldat. Mais ensuite, on perd de vue ce personnage, qui ne revient qu’à de rares moments dans ce récit. Car même s'il est un peu l'élément perturbateur du roman, je n'ai pas vu les liens entre cette expérience militaire et la suite de l'histoire.
   
   Par la suite, je n’ai eu aucune empathie pour l’histoire de ces deux jeunes filles. Leurs familles sont antipathiques, les relations sont constamment conflictuelles, il y a la mort d’un enfant par d’autres enfants qui reste impuni (enfin, presque)...
   
   La quatrième de couverture évoque un règlement de comptes entre ces deux jeunes filles lorsqu’elles ont 50 ans. Malheureusement, les rencontres entre les deux femmes sont rarissimes, et c’est bien dommage car elles constituent les rares moments qui m’ont un peu accroché.
   
   Je n’ai pas l’habitude de lâcher un livre en cours, et heureusement que celui-ci était court, sinon, je crois que j’aurais cédé. Un gros raté, donc!

critique par Yohan




* * *