Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Mystères d'Udolphe de Ann Radcliffe

Ann Radcliffe
  Les Mystères d'Udolphe

Ann Radcliffe (née Ward, 1764-1823) est la pionnière britannique du roman gothique.

Les Mystères d'Udolphe - Ann Radcliffe

A la lueur d'une chandelle, explorant un inquiétant château...
Note :

   # Résumé # (4ème de couverture d'une édition de 1992)
   
    « Ann Radcliffe eut-elle réellement un goût immodéré pour les tranches de bœuf cru, source d’affreux cauchemars inspirateurs? L’histoire de la littérature fantastique n’a pas tranché. La fulgurante carrière de l’auteur en revanche, ne fait aucun doute: six ans pour trois romans promis au succès – Le Roman de la forêt (1791), Les Mystères d’Udolphe (1794), et L’Italien (1797).
   Ici, le fantastique donne toute sa mesure, pas de voix d’outre-tombe, de musique éthérée, de cadavres sanglants, de folie furieuse, de séquestration abusive, d’amours contrariées, de faux héros démasqués qui ne manquent à l’appel de ces mystères.
   Mais là où, dans le schéma canonique du genre, l’explication surnaturelle voire l’absence d’explication constituent la tension de la narration, Ann Radcliffe détourne le fantastique pour expliquer rationnellement certains phénomènes étranges. Au souvenir persistant de ses troublantes architectures piranésiennes se mêle le sentiment d’avoir été le jouet d’une brillante illusionniste.»

   
   
   # Mon Avis #
   
   Je partais un peu inquiète: ce pavé allait-il ou non se révéler intéressant?
   J'avais peur que le style soit par trop ampoulé; que l'intrigue soit ennuyeuse. Je m'attendais à un huis clos (tel Le Tour d'écrou), avec une ambiance oppressante ( comme Les Hauts de Hurlevent) et en prime une héroïne pleurnicharde.
   
   Je me trompais [ou presque].
   
   Certes, le style fait "ancien", suranné [la traduction date elle-même du XVIIIème... ceci expliquant peut-être cela]. Cependant, à mon goût, cela donne un cachet supplémentaire à ce roman. La langue est belle, les description saussi. C'est fort plaisant à lire.
   Il est vrai aussi que l'héroïne s'évanouit souvent, et pleure encore plus. Néanmoins, passé les premières fois, je me suis "habituée" et cela ne m'a pas vraiment gênée; à vrai dire, c'est plutôt crédible quand on recadre dans la contexte.
   
   Concentrons nous donc sur l'intrigue.
   Il m'a fallu un peu m'accrocher sur la première centaine de pages, afin de rentrer dans l'ambiance, de me couler dans les mots. Ensuite, je me suis retrouvée embarquée dans cette - sombre - histoire, pleine de péripéties, de retournements de situations. Un véritable labyrinthe, vous dis-je!
   Je ne m'attendais pas à voyager autant (Paris, Provence, Italie...), ni à suivre une histoire d'amour. En réalité, ce roman est plus complexe, plus dense, que ce que je pensais trouver.
   
   Aventures, mystères à profusion, personnages étranges, suspense, ruines & vieux châteaux [hantés peut-être ?], amour courtois & nobles sentiments, passions violentes, éloge de la nature...tout y est!
   
   Un très belle lecture, donc. Je lirai sûrement d'autres romans dits "gothiques" (Le Moine de... Lewis peut-être???)
    ↓

critique par Morwenna




* * *



Cousinage entre Radcliffe - Austen
Note :

   Depuis ma lecture de Northanger Abbey de Jane Austen où il est souvent question du livre d'Ann Radcliffe, "Les mystères d'Udolphe", qui fait les délices de l'héroïne Catherine Morland, j'ai eu envie de lire ce roman gothique.
   " Mais vous, ma douce Catherine, qu’avez-vous fait ce matin? Avez-vous beaucoup lu dans Udolphe? — Beaucoup… J’en suis au voile noir. — Déjà!… Quelle charmante lecture!… pour le monde entier, je ne vous dirais pas ce qui est derrière ce voile. Vous avez bien envie de le savoir? — Oh oui! j’en suis bien impatiente. Qu’est-ce que cela peut être? Mais ne me le dites pas. Je n’aime pas à savoir les choses d’avance. Il me semble que ce doit être un squelette : je suis sûre que c’est celui de Laurencia. J’aime ce roman à la folie : je pourrais passer ma vie entière à le lire : je vous assure que si ce n’eût été pour venir avec vous, rien au monde ne me l’aurait fait quitter. "

   
    Et voilà , c'est chose faite, bien des années après ma découverte du livre de Jane Austen. Et je dois dire que ce livre m'a surprise car il est très différent de ce que j'attendais; j'expliquerai pourquoi à la fin de ce billet. Sa lecture m'a été agréable bien que je n'aie plus l'âge de Catherine depuis longtemps et que, je dois le dire, je n'ai pas eu aussi peur qu'elle! De plus le roman a un côté un peu désuet que j'adore!
   
   
   Le récit
   Emily Saint-Aubert vit avec ses parents dans le sud-est de la France en 1584. A la mort de sa mère, elle entreprend un voyage avec son père au cours duquel les voyageurs rencontrent le chevalier Valancourt, un jeune homme plein de sensibilité et d'honnêteté. Monsieur de Saint-Aubert meurt pendant leur périple et demande à être inhumé près du tombeau de la Marquise de Villeroi. Mais qui est cette femme et quels sont les liens qui l'unissent au père d'Emilie?
   Saint-Aubert a confié la tutelle de sa fille à sa sœur, Madame Chéron, veuve arrogante et fière qui n'est intéressée que par la fortune et le rang. Elle s'oppose au mariage d'Emilie avec Valancourt et après avoir épousé un noble italien, le Signor Montoni, qu'elle croit fortuné et influent, elle amène sa nièce à Venise. Hélas! cet homme se révèle sans fortune, il n'a épousé la tante que par cupidité et veut marier de force Emilie au comte Morano.
   Il amène les deux femmes au château d'Udolphe où il vit avec une bande de pillards dans cette forteresse isolée que l'on dit hantée. Les pires rumeurs courent sur la disparition de la comtesse, ancienne propriétaire, dont a hérité Montoni.. Manifestations surnaturelles, mystères, meurtres, exactions.. Désormais, Emily est prisonnière de ce dangereux personnage. Comment échappera-t-elle à tous ces dangers? Retrouvera-t-elle Valancourt? Tous les mystères seront-ils résolus?
   
   
   Les caractères gothiques du roman

    Le tableau de Fuesli intitulé "Cauchemar" qui a servi d'image pour la première de couverture de l'édition de Archipoche rend bien l'atmosphère gothique du roman.
   
   "Les mystères d'Udolphe" d'Ann Radcliffe paraît en 1794 et est traduit en France en 1797. C'est un roman gothique, style littéraire qui a été à la mode à la fin du XVIII siècle en Angleterre et qui exercera une grande influence sur la littérature française et sur le romantisme français au début du XIX siècle. Il présente, en effet, toutes les caractéristiques du roman gothique dit aussi "roman noir" : le récit est complexe et long, entrecoupé d'évènements effrayants, de meurtres, de mystères, d'irruption du surnaturel, d'histoires d'amour contrariées.
   
   
   Les caractères romantiques du roman

   Dans "Les mystères d'Udolphe", le sentiment de la nature est très vif et préfigure l'engouement du romantisme pour la montagne, les paysages grandioses, majestueux ou torturés, déserts, précipices, à-pics qui frappent l'imagination, donnent le vertige. Il y a de très belles descriptions du Languedoc et de la Gascogne, "de la riche vallée de la Garonne qui promenait ses flots majestueux"..., des Pyrénées, puis plus tard des Alpes, de l'Italie. Ces passages témoignent du goût du voyage et de la nature que l'on retrouvera dans les romans, les relations de voyage, les lettres des écrivains mais aussi les tableaux de nombreux peintres romantiques :
   " La route passait, tantôt le long d'affreux précipices, tantôt le long de sites les plus gracieux. (...) Il fit claquer son fouet et sans égard ni pour la difficulté du chemin ni pour la vie de ses pauvres mules, il les mit au grand galop, au bord d'un précipice dont l'aspect faisait frissonner; l'effroi d'Emilie la priva presque de ses sens.(…)
   Tout y était solitaire et stérile; on y voyait aucune créature vivante que le bouquetin des montagnes qui, parfois, se montrait tout à coup sur la pointe élancée de quelque roche inaccessible."

   
   Les ruines, les abbayes ou les châteaux sont aussi des lieux privilégiés pour nourrir le mystère.
   "Voilà Udolphe dit Montoni, qui parlait pour la première fois depuis des heures.
   Emilie regarda le château avec une sorte d'effroi... Quoiqu'éclairé par le soleils couchant, la gothique grandeur de son architecture, ses antiques murailles de pierre grise, en faisait un objet imposant et sinistre."

   
    Enfin l'Italie, avec ses paysages ensoleillés et ses villes artistiquement riches et florissantes constituera aussi un engouement pour le romantisme, par amour des contrastes vifs, de l'ombre et de la lumière, de l'austérité à la richesse, de la sévérité à la douceur.
   "Mais qui pourrait décrire le ravissement d'Emilie, lorsqu'en sortant d'une mer de vapeurs, elle découvrit, pour la première fois, l'Italie! Du bord d'un de ces précipices affreux et menaçants du Mont-Cénis, qui gardent l'entrée de ce pays enchanteur, elle promena ses regards à travers les nuages qui flottent encore à ses pieds. Elle vit les riches vallées du Piémont, les plaines de la Lombardie se perdre dans un lointain confus."

   
   
   Divergences avec le romantisme

   Le roman s'oppose pourtant aux idées qui seront celles du romantisme qui chante la passion et l'amour fou, pour faire l'éloge de la raison, la patience et la vertu.
   Valancourt, après avoir quitté la voie de la sagesse revient dans le droit chemin. Avec Emilie qui a toujours observé les enseignements de son père sur la supériorité de la raison, il va enfin pouvoir goûter un bonheur bien mérité :
   … "tendant sans cesse à la perfection de l'intelligence, ils jouirent des douceurs d'une société éclairée, des plaisirs d'une bienfaisance active, et comment les bosquets de la Vallée redevinrent le séjour de la sagesse et le temple de la félicité domestique!"

   On croirait entendre des accents voltairiens, la fin de Candide par exemple! Par cet aspect de son œuvre, Ann Radcliffe est plus proche du XVIII siècle que du romantisme, tout comme Jane Austen d'ailleurs.
   
   
   Jane Austen et Ann Radcliffe

   En lisant le roman de Jane Austen, "Northanger abbey" qui parlait de "Les mystères d'Udolphe", je m'étais fait une idée de ce roman très différente de la réalité.
    Je pensais que le roman d'Ann Radcliffe se déroulait en Angleterre, dans un château perdu au milieu du brouillard et des landes désertes, semblable aux paysages d'Emily Brontë. Or, le récit se déroule en France, dans la région du sud-est, puis à Venise et au nord de l'Italie où se trouve le château d'Udolfo. Preuve que j'avais oublié l'enthousiasme de Catherine qui s'exclame à propos des lieux :
   "Voilà midi vingt minutes, et le temps ne change pas, dit Catherine en soupirant. Que nous serions heureux si nous avions ici le climat de l’Italie ou du midi de la France! Là il fait toujours si beau, suivant les charmantes descriptions du roman d’Udolphe : quel superbe temps il faisait la nuit de la mort du pauvre Saint-Aubin.
   Quand je me promène sur le bord de la rivière, je ne vois jamais ce lieu sans penser au midi de la France, dit Catherine.
   — Vous avez été en France! reprit Henri avec surprise.
   — Oh! non : je ne la connais que par ce que j’en ai lu. J’ai toujours présent à l’imagination le voyage que, dans les Mystères d’Udolphe, Emilie fit en France avec son père…"

   
   
    Jane Austen se moque gentiment de son héroïne Catherine qui cherche à revivre dans la confortable abbaye de Northanger les mêmes aventures que celles d'Emilie, prisonnière de brigands sanguinaires, dans le château Udolphe. j'en avais déduit que "Les mystères d'Udolphe" était peuplé d'apparitions fantasmagoriques, effroyables, que l'irrationnel y régnait en maître or toutes les péripéties extraordinaires qui surviennent dans le récit sont expliquées par la suite d'une manière très réaliste.
   
   
   Enfin, il me semblait, dans mon souvenir lointain, que Jane Austen, rationnelle elle-même, anti-romantique ne devait pas aimer Ann Radcliffe. Il n'en est rien.
   Jane Austen, en tant que romancière, prend la défense du roman en général à plusieurs reprises :
   "Pourtant quelle branche de littérature est plus vaste et plus agréable? Laquelle procure plus de plaisir? Quel mortel, sachant lire, n’a parcouru quelquefois, souvent même, avec intérêt ces ouvrages qui charment la pente qui nous entraîne vers le merveilleux?… et n’a lu avec délices ceux qui retracent si bien tous les secrets du cœur et les divers évènements de la vie… Nous ne rencontrons partout que des ennemis ; nous ne recueillons que le blâme, et nos ouvrages sont dans toutes les mains! Et c’est dans nos productions que ces ennemis eux-mêmes viennent chercher quelques idées agréables, quelques souvenirs de bonheur, quelques moments de distraction."

   
   Et la défense de Ann Radcliffe en particulier! La preuve c'est qu'elle met dans la bouche de Thorpe, un personnage peu sympathique, la critique négative de ce roman (que par ailleurs il n'a pas lu) :
   "Avez-vous lu Udolphe, dit-elle, M. Thorpe? — Udolphe! Ma foi, non : je ne lis jamais de romans ; j’ai bien autre chose à faire. Catherine humiliée et honteuse allait justifier sa question, quand il la prévint. — Les romans, ajouta-t-il, sont tous pleins de sottises et d’invraisemblances ; il n’y en a pas un seul de supportable ; depuis Tom Jones, excepté le Moine, que j’ai lu l’autre jour, tous les autres sont les plus stupides productions du monde. — Je crois que vous aimeriez Udolphe, si vous le lisiez ; il est si intéressant! — Non, ma foi : si j’en lis jamais, ce ne sera que les romans de Mistriss Radcliff ; ceux-là sont assez amusants ; il s’y trouve de la gaieté, du naturel. — Mais Udolphe est de Mistriss Radcliff, dit Catherine avec un peu d’embarras causé par la crainte de mortifier."

   
   Par contre l'éloge du roman est fait par le sympathique et charmant Tilney dont Catherine est amoureuse :
   "Je suis sûre que vous ne lisez jamais de romans?
   — Pourquoi n’en lirais-je pas?
   — Parce que ce ne sont pas des livres assez savants pour vous. Les hommes en lisent de meilleurs que les romans.
   — Ce serait pour un savant comme pour une jeune dame faire preuve de peu d’esprit que de ne pas se plaire à la lecture d’un bon roman. J’ai lu tous les ouvrages de Miss Radcliff ; il en est plusieurs qui m’ont causé un grand plaisir. Pour Udolphe, quand je tenais le livre, je ne pouvais le quitter ; je me souviens de l’avoir lu tout entier en deux jours. Depuis le commencement jusqu’à la fin, je sentais mes cheveux se dresser sur ma tête."
   

   
   Le cousinage entre Radcliffe et Austen

   Enfin, il est certain que l'auteur de "Raison et Sentiment" devait se sentir très proche des paroles que Ann Radcliffe attribue à monsieur Saint-Aubert :
   "Je me suis efforcé lui dit-il de vous donner dès vos premières années, un véritable empire sur vous-même, je vous en ai représenté l'importance dans toute la conduite de la vie; c'est cette qualité qui nous soutient contre les plus dangereuses tentations du vice, et nous rappelle la vertu; c'est lui qui modère l'excès des émotions les plus vertueuses.
    Je ne voudrais pas étouffer votre sensibilité mon enfant, je ne voudrais qu'en modérer l'intensité."

critique par Claudialucia




* * *