Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

B comme: Le Docteur Héraclius Gloss de J.S Bordas

J.S Bordas
  B comme: Le Docteur Héraclius Gloss

B comme: Le Docteur Héraclius Gloss - J.S Bordas

Nos amis les bêtes
Note :

    D'après une nouvelle de Guy de Maupassant
   
   
   Amis LCA*,
   Ces derniers jours silencieux pourraient annoncer un ramollissement sérieux du cortex mylouboukien. Ou peut-être bien un relâchement inattendu de mes activités culturelles, caractérisé par une consommation en hausse de "Desperate Housewives" (dont je raffole), de "Mamma Mia" et de pop-corn.
   Mais, bonne nouvelle: l’étendue désertique de ces jours-ci va faire place à une série de billets qui, j’en suis sure, vous passionnera au plus haut point (si, si ! de là à rivaliser avec Stieg Larsson, à n’en pas douter!). Plus sérieusement, voici ce qui risque d’apparaître dans les quelques billets qui vont bientôt poindre le bout de leur nez:
   
   Plusieurs auteurs présents au Festival America, dont quelques livres me permettront de revenir sur le débat organisé autour du thème (provocateur ou dépassé ?) : « La question raciale existe-t-elle encore ? ».
   
    Mais puisque je compte me rendre de nouveau au festival cet après-midi et que j’ai encore au moins un million de choses à faire, entrons dans le vif du sujet avec un petit mot sur une bande dessinée, "Le Docteur Héraclius Gloss". Inspiré par un texte de Maupassant, cette BD retrace comme son titre l’indique l’histoire d’Héraclius Gloss, docteur reconnu et admiré (bien que personne ne sache quelle est sa spécialité). En quête de LA Vérité Absolue, le docteur cherche inlassablement, se référant à de vieux manuscrits et passant tout de même pour un original, bien qu’incontestablement savant. Jusqu’au jour où lui vient l’inspiration après la lecture d’un manuscrit: il devient alors le défenseur de la métempsycose. Qu’est-ce que cette théorie? Ni plus ni moins que le concept de réincarnation.
   
   Formant un cercle par définition sans fin, l’homme évolue peu à peu dans la galerie des animaux pour devenir ce qu’il est, le singe étant la dernière étape de souffrance avant l’humanité: le singe est cet homme qui ne peut pas parler. Les mauvais actes font replonger dans des stades plus sournois (ne sois pas méchant sinon tu finiras goret), les bons relèvent évidemment l’individu.
   
   Amateur de volaille et bon vivant, le docteur décide de se contenter désormais de légumes et de défendre tous les animaux qui, après tout, ne sont jamais que des humains expiant une faute quelconque. Mais une question le taraude: le manuscrit qui a permis cette révélation a été écrit par un homme poursuivant son récit d’une vie à l’autre, justifiant par ses existences multiples l’idée de réincarnation. Mais qui est cet homme? Ne serait-ce pas lui? Et comment faire accepter la métempsychose aux hommes? Jusqu’au jour où ce qui passait au départ pour une petite tocade de savant extravagant finit par ressembler à de la folie.
   
   J’ai tout apprécié dans cette BD : le dessin plein d’humour, dans lequel on peut avec attention remarquer mille détails ubuesques; les personnages, drôles et loufoques dans leur cuistrerie; les influences de Maupassant qui se retrouvent dans quelques remarques ironiques et l’absurdité de la situation. La fin tranche tout de même avec l’ensemble : beaucoup plus sombre, elle laisse un nuage planer sur ce qui ressemblait au départ à une farce bien menée. Les dessins rendent forcément de façon plus brutale la chute cruelle qui m’a fait penser à certaines des nouvelles de Maupassant lues récemment (notamment «Mademoiselle Cocotte»). Il y a quelques petites longueurs mais j’ai passé un excellent moment avec cette BD originale qui a le mérite de reposer sur une histoire solide, bien construite et servie par un dessin plein de surprises ! Une de mes petites préférées, qui n’est pas sans rappeler cet autre cru, tout aussi sordide et désopilant : "L'étrange affaire des corps sans vie."
   Il me reste encore à trouver cette nouvelle dans sa version originale !
   
   * LCA = Lecteurs Compulsifs Anonymes

critique par Lou




* * *