Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier

Daphné du Maurier
  Le Monde infernal de Branwel Brontë
  Le Général du Roi
  L'Auberge de la Jamaïque
  Rebecca
  L'Amour dans l'âme
  Le bouc émissaire
  La maison sur le rivage
  La chaîne d'amour
  Le vol du faucon
  Ma cousine Rachel

Ecrivain britannique, née en 1907 et décédée en 1989.

Tatiana de Rosnay lui a consacré un livre : Manderley for ever.

L'Auberge de la Jamaïque - Daphné du Maurier

Lande sous la pluie, vent dans la bruyère...
Note :

   # Résumé #
   
   «Orpheline et pauvre, Mary Yellan n'a pas d'autre ressource que de quitter le pays de son enfance pour aller vivre chez sa tante, mariée à un aubergiste, sur une côte désolée de l'Atlantique. Dès son arrivée à l'Auberge de la Jamaïque, Mary soupçonne de terrifiants mystères. Cette tante qu'elle a connue jeune et gaie n'est plus qu'une malheureuse, terrorisée par Joss, son époux, un ivrogne menaçant, qui enjoint à Mary de ne pas poser de questions sur les visiteurs de l'auberge. Auberge dans laquelle, d'ailleurs, aucun vrai voyageur ne s'est arrêté depuis longtemps... De terribles épreuves attendent la jeune fille...»
   
   
   # Mon Avis #
   
   J'avais lu ce roman il y a des années déjà et je n'en avais gardé que très peu de souvenirs, si ce n'est une atmosphère de peur, et une intrigue passionnante....éléments qui se sont confirmés lors de cette seconde lecture.
   
   Perdue sur la lande pluvieuse où le vent souffle sans trêve dans les bruyères, se dresse l'Auberge de la Jamaïque. Dans ce lieu oppressant, Daphné du Maurier prête vie à des personnages intéressants, qui se meuvent dans une ambiance de tension et d'angoisse. L'héroïne, au caractère bien trempé, nous entraîne à sa suite dans la découverte de secrets plus horribles les uns que les autres. A ses côtés gravitent plusieurs personnages originaux; à qui doit-elle se fier? Jem, le frère de son oncle, un voleur de chevaux plein de charme... mais néanmoins de la famille de l'effrayant aubergiste? A Mr Davey, le vicaire albinos ? Quels sont donc les mystères qui pèsent sur cette auberge?
   
   Beaucoup de questions, de secrets, de révélations extraordinaires... Un suspense continu qui m'a tenue en haleine. Daphné du Maurier excelle dans la peinture de ces climats de tension, c'est une analyste sensible, qui nous livre des protagonistes finement travaillés.
   
   Quant au style, il est plutôt moderne, extrêmement agréable, captivant à souhait. Les descriptions de la lande sont fascinantes, magnifiques:
   
   "Des vents étranges soufflaient qui semblaient ne venir de nulle part. Ils se glissaient à la surface de l'herbe, et l'herbe frissonnait; ils soufflaient sur les petites flaques de pluie, dans le creux de roches, et les flaques ondulaient. Parfois le vent hurlait et ses clameurs résonnaient dans les crevasses, puis ses gémissements se perdaient de nouveau. Il y avait, sur les rocs, un silence qui appartenait à un autre âge, à un âge révolu, évanoui comme s'il n'avait jamais été, un âge où l'homme n'existait point, où seul des pieds païens foulaient les collines. Il y avait dans l'air un calme, une paix plus ancienne et plus étrange qui n'était pas la paix de Dieu"
   
   Bref, une très belle lecture. J'enchaîne sur "Le Général du Roi" du même auteur.
   ↓

critique par Morwenna




* * *



Un plaisir de lecture
Note :

   Mary Yellan vient de perdre sa mère. Sans parents, et incapable d’assumer seule la charge de la ferme, elle décide de rejoindre sa tante Patience, à l’Auberge de la Jamaïque. Depuis le mariage de cette dernière avec Joss Merlyn, Mary n’a pas revu sa tante. Son arrivée marque une nouvelle étape dans sa vie. Mais les rumeurs qu’elle entend sur l’auberge, puis l’accueil froid et peu amène que lui réserve son oncle ne la rassurent pas. Elle se sent encore plus en danger les soirs où elle doit rester dans sa chambre, car elle lui est interdit de rencontrer les clients peu ordinaires de l’auberge. Pour l’aider à surmonter les difficultés de cette nouvelle vie, elle pourra s’appuyer sur Jem Merlyn, le frère de Joss, et sur Francis Darvey, vicaire d’Altarnun. Qui lui apporteront du soutien, mais aussi d’importants ennuis…
   
   Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman d’aventures de ce genre. Un roman plein de mystères, d’émotions, de sentiments naissants et d’intrigues à élucider. Et je dois avouer que j’ai pris du plaisir aux aventures de cette orpheline dans le pays de landes et de falaises de Cornouailles. Car oui, autant vous le dire tout de suite, il n’y a de Jamaïque dans ce roman que le nom de l’auberge (moi qui pensait naïvement que Daphné du Maurier m’emmènerait aux Antilles !!!).
   
   Voilà donc un paysage désolé, où les vents maritimes sont violents, où la lande est parsemée de marais dangereux pour les visiteurs égarés. Le plus jeune frère de Joss et Jem s’est d’ailleurs noyé dans un de ses marais. De plus, le dénuement de Joss et de Patience est total: ils habitent une auberge qu’on croirait désaffectée, ne possédant aucun couchage pour les visiteurs de passage. Le salon est empli de meubles rongés, et rien n’est très engageant. D’autant plus que Joss interdit à Mary certains endroits de la demeure. Alors quand des chariots circulent et des hommes travaillent toute la nuit sous sa fenêtre, Mary se demande bien ce que pourra cacher cet endroit.
   
   Avec Mary, le lecteur découvre la nature des agissements de Joss. Car si on ne visite pas la Jamaïque, on retrouve dans cette auberge des pirates d’une étrange forme. Avec Mary, on parcourt également la lande, où le brouillard tombe subitement et où on peut tomber nez à nez avec un vicaire albinos. Ou atteindre sans le vouloir la demeure crasseuse de Jem, le voleur de chevaux qui l’abandonnera plus tard sur le marché de Launceston. Bref, des aventures rocambolesques, dans lesquelles Mary joue à plusieurs reprises sa vie, mais dont elle se sort toujours relativement indemne.
   
   Voilà donc un très chouette roman d’aventures, dans lequel on vibre à l’unisson des dangers rencontrés par Mary. Mais dont on saisit, un peu avant elle, d’où vient le véritable danger…

critique par Yohan




* * *