Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Folie et la Mort de Ken Bugul

Ken Bugul
  Rue Félix-Faure
  La Folie et la Mort
  Cacophonie

Ken Bugul est le nom de plume de Mariètou Mbaye, écrivaine sénégalaise, née en 1947. En wolof, "Ken Bugul" signifie "celle dont personne ne veut".

La Folie et la Mort - Ken Bugul

Nuit noire
Note :

   Au pays du Timonier, ouvert sur le golfe de Guinée, quelques personnages venus de leur village sont confrontés à des situations embarrassantes qu'ils ont choisies pourtant. Et pour eux tous, l'histoire débouche tragiquement sur la mort, en passant ou pas par la case folie. Juste quelques repères simples dans ces événements compliqués.
   
   Il y a Mom Dioum qui a étudié jusqu'en maîtrise de sciences économiques, est devenue une beauté servant de mirage entre les mains du gourou du Président, s'est échappée après avoir assisté à un meurtre, — on ne le saura que plus tard — et est revenue sans un sou au village. Pour devenir une autre et se soustraire aux possibles recherches, elle a décidé de se faire tatouer les lèvres.
   
   Il y a Fatou Ngouye, son amie, qui part à sa recherche jusqu'à la capitale, en compagnie de Yoro, cousin de la fille disparue. La ville ne leur porte pas chance. Accusés de vol, Fatou et Yoro se retrouvent en prison. Le commissaire abuse sexuellement de la jeune fille. Plus tard celle-ci est recueillie par un prêtre qui lui fait un enfant. Une nouvelle et tragique errance suivra.
   
   Et puis Yam. D'abord issu du rêve d'une des filles, il devient un personnage réel. Il est témoin, dans la forêt proche d'un village du Vassari de la préparation de la Fête des Morts. Des hommes sont venus, ont revêtus les masques, drogué des enfants, les ont décapités. Yam est horrifié et il se révolte.
   
   La radio joue un rôle clé dans cette histoire de folie et de mort. Tel un griot elle égrène les nouvelles du pays et du monde aussi. Comment le Timonier a décidé d'éliminer les fous. Comment il gouverne en tyran corrompu un pays entouré de conflits bien réels. Ainsi le temps présent voisine-t-il avec les traditions : la Tatoueuse, la Fête des Morts, ainsi que le Devin qui prophétise la vengeance du dieu Oro.
   
   Bref, une réussite où se rejoignent l'allégorie des malheurs de l'Afrique et le talent de conteuse de Ken Bugul dans une écriture qui rappelle "Rue Félix Faure".

critique par Mapero




* * *