Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Moi et ma cheminée de Herman Melville

Herman Melville
  Moby Dick ou le cachalot
  Bartleby
  Taïpi
  Omoo
  Mardi
  Moi et ma cheminée
  M comme: Moby Dick
  Redburn

Herman Melville (1819 - 1891) est un romancier, essayiste et poète américain.

Moi et ma cheminée - Herman Melville

Melville humoriste
Note :

   Nous trouvons ici regroupées sept nouvelles que Melville a écrites en usant d’un ton qui sera un peu celui de Mark Twain dans ses chroniques humoristiques. Ils étaient contemporains à 15 ans près, peut-être était-ce le ton d’humour de l’époque aux USA et, pour ma part, je l’apprécie assez.
   
   Certaines de ces nouvelles font sourire, comme la première, éponyme, dont la dernière phrase «Car il est entendu entre moi et ma cheminée que, moi et ma cheminée, nous ne nous rendrons jamais.». Entre le titre et cette déclaration martiale, Melville nous aura présenté sur les plans domestiques et philosophiques un monde bourgeois ridicule et pas mal de propos misogynes tenu par un personnage qui ne leur vaut guère de poids. En fait, ni hommes, ni femmes ne sont épargnés.
   
   La seconde nous prouve que les échecs peuvent parfois être de bonnes choses. En tout cas, ils sont riches d’enseignements… ce dont nous ne doutions pas.
   
   La troisième nouvelle est bien séduisante. Elle nous parle d’art, de musique, de talent et de succès. Vous y trouverez la démonstration que «avec le génie sans la gloire, il est plus heureux qu’un roi.»
   
   Que voyez vous quand vous regardez le papier peint sur le mur ? Jimmy Rose lui, y voit bien des choses et il en a fait un objet de méditation.
   
   La cinquième nouvelle s’intéresse au spiritisme fort à la mode dans la société bourgeoise de cette époque, avec un suspens presque digne d’Alan Poe.
   
   Malheureusement, j’ai été moins satisfaite de deux dernières nouvelles qui sont plutôt des portraits de personnages : John Marr, le marin revenu à terre et Daniel Orme, autre marin, plus mystérieux encore. Melville ne semblait guère croire à la «réinsertion» des navigateurs parmi les terriens.
   
   J’ai aussi remarqué que plusieurs des personnages masculins étaient dotés d’épouses qui se révélaient être de «maîtresses femmes» un rien autoritaires… J’ignore ce qu’il en était de Melville lui-même.
   
   Je pense d’autre part qu’il est sans doute difficile de trouver ces textes ailleurs, donc…
   
   Récapitulatif des titres :
   Moi et ma cheminée
   L’heureux échec : une histoire du fleuve Hudson
   Le violoneux
   Jimmy Rose
   La table de pommier ou Singulières manifestations spirites
   John Marr
   Daniel Orme

critique par Sibylline




* * *