Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Cocher de Selma Lagerlöf

Selma Lagerlöf
  L'Anneau maudit
  Le Cocher
  La légende de Gösta Berling
  L'anneau du pêcheur
  Le livre de Noël
  Les écus de messire Arne
  Le merveilleux voyage de Nils Holgerson
  Le banni

Selma Ottilia Lovisa Lagerlöf est une écrivaine suédoise, née en 1858 et décédée en 1940.
Le prix Nobel de littérature lui fut attribué en 1909, faisant d'elle la première femme à recevoir cette distinction.

Le Cocher - Selma Lagerlöf

Fantastique!
Note :

   # La 4ème de couv' #
   
   "Au soir de la Saint-Sylvestre, soeur Edit est en train de mourir de la tuberculose. C'est en côtoyant les miséreux qu'elle a contracté le mal qui la ronge. La jeune femme exprime une dernière volonté : qu'on aille chercher l'un d'entre eux, David Holm, un ivrogne notoire, qu'elle a vainement tenté de remettre dans le droit chemin...
   
   Au même moment, David Holm entend s'approcher le chariot des défunts, celui que doit conduire pendant un an, selon la légende, un mauvais garçon, dernier trépassé de l'année. Est-ce à son tour, désormais, de prendre la place du cocher ?
   
   Conte pour adultes, récit fantastique, roman de rédemption, ce livre spectral, onirique et angoissant, nous conduit bien loin de l'univers d'enfance et de merveilleux cher à Selma Lagerlöf. "

   
   # Mon Avis #
   
   Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant ce court roman. Je m'étais procuré des nouvelles de Selma Lagerlöf, que j'avais beaucoup aimées. Donc quand j'ai vu ce titre, en occasion, je n'ai pas hésité, hop, embarqué. Cependant, au moment de le lire, j'ai douté de mon achat impulsif: la 4ème de couverture ne m'inspirait vraiment pas... Ce récit paraissait très éloigné de la magie des nouvelles.
   
   Et pourtant...Quel régal ! Quel talent ! "Le Cocher" m'a littéralement transportée. Il se dégage de ce roman une ambiance indescriptible, envoûtante. Selma Lagerlöf m'a entraînée dans son univers, aux côtés de ses personnages, très attachants. C'est un roman plutôt noir, mais non dénué d'espoir. Un roman fantastique, où le surnaturel côtoie le monde des hommes à leur insu. Un roman magnifique, surtout, merveilleusement bien écrit, prenant, inoubliable.
   
   J'adore.
   ↓

critique par Morwenna




* * *



Ma vision de la chose
Note :

   Selma Lagerlöf (1858-1940), prix Nobel de littérature en 1909, est sans conteste l’un des plus célèbres écrivains suédois. Son œuvre est nourrie des légendes et de l’histoire de la région de Värmland, merveilleusement transposées par son imagination lyrique hors du commun.
   
   Au soir de la Saint Sylveste, Sœur Edit, combattante de l'armée du Salut, va mourir de la tuberculose, maladie qu'elle a contractée en venant en aide aux déshérités. Mais elle ne veut pas s'éteindre avant d'avoir revu David Holm, un ivrogne qui brutalise sa femme et ses enfants et dont elle veut sauver l'âme.
   
   Pendant ce temps David Holm, atteint lui aussi de la tuberculose, s'enivre en compagnie de deux compagnons de son espèce dans le cimetière de l'église lorsqu'il entend arriver le sinistre chariot des morts. Une légende dit que celui qui meurt aux douze coups de minuit, la nuit de la Saint-Sylvestre, doit prendre la place du cocher pendant un an pour aller charger les trépassés que la Mort, la grande souveraine, lui désigne. Or, David Holm passe de vie à trépas au moment même où la cloche de l'église sonne minuit.
   
   Le roman est avant tout l'histoire d'une rédemption. Sœur Edit veut sauver l'âme de cet homme qu'elle aime d'un amour autre que spirituel et pour cela elle s'accroche à la vie. David Holm, endurci dans le péché et la haine, refuse d'être sauvé. Il s'agit donc bien d'un combat et jamais le terme de l'armée du Salut dans laquelle sœur Edit s'est enrôlée n'a été aussi vrai. Il y est question aussi de culpabilité. David Holm est coupable de traiter les siens avec autant de dureté et de les faire vivre dans la peur des coups et de la misère mais son épouse l'est aussi de l'avoir abandonné au moment où il aurait pu s'amender. Sœur Edit, elle-même, n'y échappe pas, elle qui a persuadé madame Holm de retourner vers son mari en faisant ainsi son malheur et celui de ses enfants. Sœur Edit est coupable aussi d'aimer un homme marié et dont la vie est une abjection.
   
   Le roman est traité comme un conte et rappelle en cela le livre de Charles Dickens : "Un chant de Noël". David Holm s'apparente à Mr Scrooge et comme lui il lui faudra s'aventurer dans les domaines de la mort pour sauver son âme. Selma Lagerloff comme Charles Dickens parle de rédemption tout en brossant le tableau de la misère du peuple. Mais les préoccupations sociales sont plus fortes, me semble-t-il, chez Dickens que chez Lagerloff où le thème religieux prédomine et qui excelle dans le fantastique. Les descriptions de la charrette de la mort et de son cocher sont extrêmement réussies et l'atmosphère onirique créée est celle d'un grand écrivain..
   
   Personnellement, j'ai moins aimé la démonstration religieuse et la morale qu'elle véhicule. Loin de voir dans le personnage d'Edit une sorte de sainte, je suis fascinée par son orgueil démesuré qui fait qu'elle se croit l'égale de Dieu dans ce combat pour vaincre le mal! Et je vais plus loin dans l'hérésie: Sœur Edit me paraît être une bigote dangereuse, puritaine, qui manipule les gens parce qu'elle croit détenir la vérité et se considère comme meilleure que les autres! Je sais bien que je fais un contresens en interprétant le personnage ainsi car ce n'est pas ce que Selma Lagerloff a voulu dire mais c'est ce que je ressens! 

critique par Claudialucia




* * *