Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un homme heureux de Arto Paasilinna

Arto Paasilinna
  Un homme heureux
  Le lièvre de Vatanen
  Petits suicides entre amis
  La douce empoisonneuse
  La cavale du géomètre
  Les dix femmes de l’industriel Rauno Rämekorpi
  Sang chaud, nerfs d’aciers
  Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen
  Le cantique de l'apocalypse joyeuse
  Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison
  Prisonniers du paradis
  Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés
  P comme: La forêt des renards pendus
  Le dentier du maréchal, Madame Volotinen et autres curiosités

Romancier finlandais né en 1942 en Laponie finlandaise.
Avant d'être journaliste puis écrivain, il fut bûcheron et ouvrier agricole.
Il écrit aussi pour le cinéma, la radio et la télévision.
Il s'intéresse aux arts graphiques et écrit des poèmes.
Il est mort le 15 octobre 2018 à 76 ans.

Un homme heureux - Arto Paasilinna

Comme Guignol
Note :

   Récit mené tambour battant, fable à morale Un roman amusant qui se lit vite. En partie déjà grâce au style adopté qui est vif, rapide et affiche un parti pris d'efficacité.
   Un roman agréable, à l'humour délicieux, qui se lit avec un sourire au coin des yeux.
   Manichéiste, un peu, surtout au début, mais cela permet d'étudier les diverses armes du mal, du pouvoir qui abuse et soumet : la contrainte par la rumeur, la contrainte par la religion, par la banque, par la bureaucratie...
   
   Akseli Jaatinen, ingénieur des Ponts (en France on ajouterait « et Chaussées »), débarque dans un village de Finlande pour y faire construire un pont. Autant il sait dès l'abord, se faire aimer de ses ouvriers (villageois recrutés sur place) autant, tout aussi rapidement, il déplaît aux notables. On ne sait pas trop pourquoi d'ailleurs, sans doute une haine irraisonnée de tout ce qui est nouveau, que l'on peut souvent observer au fond des campagnes. La lutte va s'engager. Ce sont les notables qui attaquent et qui commencent par mener aux points. Evidemment, les choses ne vont pas en rester là et la remontée de Jaatinen au score sera spectaculaire, sa vengeance, totale.
   C'est en quoi ce roman est jubilatoire, comme Guignol, parce que le bon n'arrête pas de gagner, quelles que soient les embûches. Il nous venge des différentes formes de contraintes, citées plus haut, que nous aussi, nous avons à subir, bien sûr, dans notre vie quotidienne, mais avec généralement moins de réussite. Les scènes spectaculaires ne manquent pas. Paasilinna a l'art de nous les brosser de manière très efficace et visuelle et le lecteur en profite bien.
   
   J'ai un peu tiqué quand, le succès venant, notre héros avait tendance à utiliser les mêmes armes abusives que ses adversaires, notamment quand il se lance dans la politique... Toujours ce bon vieux débat de la fin qui justifierait ou non les moyens, mais bon. Nous sommes là dans un roman à vocation humoristique et à valeur de conte, je suis sans doute trop pointilleuse. Je ferais mieux de rire et de m'amuser de bon coeur des rebondissements, astuces et manoeuvres de tous les personnages de ce petit village-panier de crabes (comme ils le sont tous)
   Un bon moment de détente.
   
   PS: Petit clin d'oeil de l'auteur, à un moment dans ce livre, il est question d'un certain Vatanen qui serait passé, quelque temps auparavant, avec un lièvre apprivoisé...
   ↓

critique par Sibylline




* * *



Vendetta septentrionale
Note :

   Près du village de Kuusmäki coule une rivière que traverse un pont.En 1918, lors de la guerre civile, blancs et rouges se sont affrontés pour la possession de ce pont en un combat sanglant. Soixante ans plus tard, ce vieux pont de bois menace de s'écrouler. La municipalité de Kuusmäki décide alors de commander la construction à proximité de l'ancien, d'un nouveau pont.
   La direction départementale des Ponts et Chaussées délègue à cet effet l'ingénieur Akseli Jaatinen.Celui-ci s'attelle directement à sa tâche et entame sans tarder le début des travaux.
   Mais cet homme aux méthodes de travail peu conformistes ne tardera pas à s'attirer l'inimitié des habitants et des élus locaux du village, pour la plupart très conservateurs et fort enclins à la médisance.
   
   De provocations en ragots, la situation de l'ingénieur ne cessera de se dégrader jusqu'à ce que les hostilités se déclarent ouvertement entre lui et les notables du village.
   Trahi, puis rossé et humilié, l'ingénieur se verra renvoyé de son poste.
   Mais c'est sans compter sur la rancune tenace de cet homme qui ne tardera pas à assouvir sa vengeance envers ceux qui ont brisé sa carrière.
   Méthodiquement, Jaatinen s'emploiera à faire payer aux coupables le prix de sa déchéance tout en poursuivant pour lui-même sa quête de l'amour et du bonheur jusqu'à atteindre son but : devenir un «homme heureux.»
   
   Je suis un inconditionnel de Paasilinna et c'est toujours avec grand plaisir que j'entame la lecture d'un de ses romans.
   J'ai retrouvé avec « Un homme heureux » tout ce qui compose l'univers «Paasilinnien» dont je suis friand : personnages inclassables, situations cocasses et descriptions au vitriol de la société finnoise.
   
   Pourtant, j'avoue avoir été un peu déçu par ce roman. L'argument de départ me semblait prometteur et je m'attendais à un récit jubilatoire et drolatique digne de «La douce empoisonneuse» ou du «Meunier hurlant». Je n'ai trouvé en fait qu'un récit certes amusant et enlevé mais un peu laborieux et timoré.
   
   J'attendais, au cours de ma lecture, que Paasilinna se lâche enfin, qu'il laisse exploser son imaginaire comme il à coutume de le faire, mais m'acheminant progressivement vers la fin du récit, j'ai dû abandonner tout espoir d'une reprise en main de l'intrigue qui malheureusement se termine d'une manière bien conventionnelle.
   
   Ceci dit, tout n'est pas à blâmer dans ce roman, on assiste à quelques scènes réjouissantes ainsi qu'à un clin d'oeil inattendu, en milieu de roman, à un certain Vatanen ... accompagné d'un lièvre.
   
   «Un homme heureux» n'est pas le meilleur roman de Paasilinna et s'il me fallait le conseiller, ce serait à une personne qui n'aurait encore rien lu de lui afin d'éviter le contraste avec tous ses autres romans qui sont, eux, remarquables de drôlerie,de tendresse et d'originalité.

critique par Le Bibliomane




* * *