Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Expiation de Patricia MacDonald

Patricia MacDonald
  Origine suspecte
  La fille sans visage
  Dernier refuge
  Expiation
  Un coupable trop parfait
  Un étranger dans la maison
  Une femme sous surveillance
  Rapt de nuit
  La Double Mort de Linda

Patricia MacDonald est le nom de plume de Patricia Bourgeau, auteur américain de romans policiers, née en 1949 dans le Connecticut.

Expiation - Patricia MacDonald

Nouvelle-Angleterre
Note :

   On connait le style et le «modus vivendi» de Patricia Mac Donald, «Expiation» ne constitue pas une exception en la matière.
   
   Nous avons affaire à une héroïne, qu’on pressent injustement accusée, sympathique en diable mais semblant née sous le signe du chat noir ; un grand classique Mac Donaldien. Nous sommes côte Est, en Nouvelle-Angleterre, en milieu confiné, sur une île ; pas mal classique aussi. Son passé la rattrape à grands pas et il est clair que quelqu’un qui connait tout d’elle conspire pour provoquer un drame ; toujours classique … L’intensité est paroxystique et on croit bien toucher le fond quand … à la toute fin, un «chevalier blanc» viendra sauver Maggie pour une «happy-end» ; classique vous dis-je !
   
   Classique, et pourtant «Expiation» fonctionne très bien, nous mène dans le bateau voulu, nous entortille dans l’empathie éprouvée pour l’héroïne et finalement s’avère un très bon Mac Donald.
   
   Maggie, encore jeune femme, vient de passer douze ans en prison pour le meurtre de son amant qu’elle nie avoir commis. Douze années éprouvantes, avec tentative de suicide incorporée …, du lourd ! Vers la fin de sa détention un échange de correspondance opportun avec le directeur d’une feuille de chou d’une île de Nouvelle-Angleterre lui ouvre l’opportunité de redémarrer sa vie, anonyme, et avec un travail de secrétaire de rédaction. Elle débarque sur l’île, fragile comme on peut l’imaginer après douze ans de détention, déterminée à repartir de zéro et voilà que tout se ligue contre elle, comme si un mauvais génie s’était penché sur son berceau de nouvelle vie pour tout faire rater.
   
   Il y aura beaucoup de larmes, du drame, un amour naissant (autre classique de Mac Donald) et, in fine, plutôt «happy-end».
   
   Et pour le lecteur, pas forcément l’impression de s’être fait rouler !

critique par Tistou




* * *