Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cosmétique de l'ennemi de Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
  Les combustibles
  Cosmétique de l'ennemi
  Les Catilinaires
  Robert des noms propres
  Antechrista
  Stupeur et tremblements
  Journal d’Hirondelle
  Acide Sulfurique
  Mercure
  Le sabotage amoureux
  Métaphysique des tubes
  Ni d’Eve ni d’Adam
  Le fait du Prince
  Une forme de vie
  Tuer le père
  Hygiène de l'assassin
  Le mystère par excellence
  Barbe bleue
  Attentat
  La nostalgie heureuse
  Pétronille
  Le voyage d’hiver
  Biographie de la faim
  Le crime du comte Neville
  Frappe-toi le cœur

Amélie Nothomb est le nom de plume de Fabienne-Claire Nothomb, écrivaine belge francophone née en 1966 à Bruxelles. Fille d'ambassadeur, elle a passé son enfance en Asie et aux Etats Unis.
Auteur prolifique, elle a écrit de nombreux romans (traditionnellement un par an).

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Cosmétique de l'ennemi - Amélie Nothomb

Blablabla?
Note :

   J'ai eu vraiment du mal au début à accepter ses réparties mièvres qui se voulaient pleines d'esprit. On se serait cru dans un de ces salons snobinards où certains tiennent à tout prix à briller par la vivacité, l'impertinence ou l'incongruité de leurs propos, sans parler de l'étalage pédant de quelques connaissances. Un de ces salons où l'on s'ennuie tant.
   
   Certains livres d'Amélie Nothomb sont entièrement, ou presque basés sur un dialogue, qui se veut toujours brillant. Ce sont ses livres que je n'aime pas. Il y a parfois, comme ici, un scénario qui permet d'«avaler» le truc, jusqu'à un certain point. D'autant qu'un livre d'Amélie ne dure jamais bien longtemps, on peut prendre patience. Mais tout de même? Quelle mauvaise idée ces dialogues oiseux et humainement invraisemblables ! Et les noms des personnages ! C'est un concours ?
   
   Ici, comme je le disais donc, je trouve que quelques bonnes idées dans l'histoire empêchent le bouquin d'être absolument insupportable, mais les ficelles restent quand même un peu grosses, et lourdes. Ca tient plus du câble que du fil de soie, ou alors, c'est du fil blanc.
   
   J'ai été le plus souvent agacée par les échanges de vue scabreux, invraisemblables, voire ridicules (comme au moment de la mort de la femme) que l'on tente d'excuser ensuite en se disant qu'ils n'ont pas vraiment eu lieu. N'empêche que l'on a bien ressenti l'exaspération que l'on avait à les lire et que l'arrière goût désagréable reste quelle que soit la tentative de justification que l'on puisse avoir après coup.
   
   Conclusion : Une lecture qui ne m'a pas pris beaucoup de temps mais ne m'a pas non plus donné beaucoup de plaisir.

critique par Sibylline




* * *