Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Clés pour le Zen de Thich Nhat Hanh

Thich Nhat Hanh
  Clés pour le Zen

Clés pour le Zen - Thich Nhat Hanh

Guide
Note :

   Ce livre nous présente une face vietnamienne du Zen. Il a été écrit par, Thich Nhat Hanh pour qui Martin Luther King avait demandé le Prix Nobel de la paix.
   Il a été rédigé dans un style si simple et si direct que je crois que ce livre, d'une lecture très aisée, rend accessible les notions un degré au dessus de ce que vous aviez atteint jusque là.
   On trouve dans cet ouvrage un mélange intime du pragmatisme le plus simple (emploi du temps du moine par exemple, ou souvenirs de ses débuts de moine, vers 16 ans) et de conceptions beaucoup plus complexes.
   J'ai eu l'impression à l'usage, que l'on (le lecteur) progressait d'une étape à sa lecture ; car je l'ai lu deux fois et, à la seconde lecture, il m'a semblé, sans effort spécial, le comprendre plus avant que je ne l'avais fait la première. Je pense, par exemple, que les délicates notions de Tathata ou de Sunyata y sont particulièrement bien présentées et rendues accessibles.
   On y trouve également une intéressante partie historique, mais cela est beaucoup plus courant dans ce type d'ouvrages.
   C'est un livre que l'on peut conseiller à tous ceux qui s'intéressent au Zen puisque c'est par cette voie de la lecture, de l'échange et du conseil que je l'ai moi-même découvert et que je suis contente que cela se soit fait. Je ne pense pas que l'on puisse le lire sans bénéfice. D'autres me diront s'ils sont d'un avis différent.
   Le Zen ne se saisit pas par l'esprit, mais ces lectures aident d'une autre façon.
   Thich Nhat Hanh a développé plus avant, par la suite, certaines lignes de sa pensée et faute de bien les connaître, je ne peux dire si je partage toutes ses convictions et ce qu'elles sont devenues, mais, en ce qui concerne ce livre-là, pas de problème pour moi. Il m'a beaucoup apporté et je ne pense pas pouvoir faire plus bel éloge.
   
   

critique par Sibylline




* * *