Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Akhénaton le renégat de Naguib Mahfouz

Naguib Mahfouz
  Impasse des deux palais (La trilogie du Caire, tome 1)
  La belle du Caire
  Passage des miracles
  Chimères
  Vienne la nuit
  Le palais du désir (La trilogie du Caire, tome 2)
  Les fils de la médina
  Le voleur et les chiens
  La quête
  Le mendiant
  Dérives sur le Nil
  Miramar
  Récits de notre quartier
  Son excellence
  Akhénaton le renégat
  Matin de roses
  Echos d’une autobiographie
  Les mille et une nuits
  Le voyageur à la mallette, Le vieux quartier
  La malédiction de Râ
  Karnak Café

AUTEUR DES MOIS D’AVRIL & MAI 2008


Naguib Mahfouz est un écrivain égyptien très prolixe, né au Caire en 1911 et décédé en 2006.

Après des études de philosophie, il a écrit et publié très jeune. Après des tentatives de romans historiques situés à l’époque pharaonique, il décide de placer ses œuvres dans l’époque qui lui est contemporaine. C’est, pour l’Egypte, une époque de profonds bouleversements et il veut en témoigner. Cela donnera lieu surtout à son œuvre maîtresse : La Trilogie du Caire, énorme saga familiale et historique de 1500 pages qui fut divisée en trois romans pour en faciliter la publication.


L’écriture de Naguib Mahfouz témoigne de son époque, elle est donc inévitablement politique et, dans une Egypte qui a du mal à gérer son indépendance, elle sera polémiste et lui vaudra beaucoup de difficultés et une condamnation par les fanatiques pour « blasphème » à cause de laquelle il sera attaqué au couteau en 1994 et frôlera la mort.


Il a été la figure la plus marquante du roman arabe du 20ème siècle. Il a reçu à ce titre le prix Nobel de littérature en 1988.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Akhénaton le renégat - Naguib Mahfouz

Roman historique
Note :

   Christian Jacq pourrait s’en inspirer comme modèle! Si Naguib Mahfouz nous fait là une reconstitution historique, il nous écrit aussi, et surtout, un roman, de la littérature…
   
   Plongée 1300 ans avant JC. Thèbes, en Egypte. Par le biais d’un jeune égyptien curieux, Méri Moun, Naguib Mahfouz mène une enquête contradictoire sur ce pharaon atypique que fut Akhénaton, et sa femme controversée, Néfertiti.
   
   Le procédé est habile puisqu’il permet de passer en revue toutes les hypothèses sur ce que fut et fit Akhénaton, sans réellement trancher, même si probablement Naguib Mahfouz donne son avis intime via le dernier témoin interrogé : la reine Néfertiti elle-même. C’est en fait la même histoire racontée une douzaine de fois, avec à chaque fois un angle de vue, une perception différents. Naguib Mahfouz nous sème subtilement de petits «cailloux blancs» pour nous faciliter des recoupements et nous influencer, aussi ( !).
   
   On n’est pas noyé dans des détails savants. Il y a beaucoup de psychologie et d’humanité, pas de super-héros aux pouvoirs quasi surnaturels. Bref, on y croit bien même si, à l’instar de Naguib Mahfouz, on se sent bien incapable de distinguer lequel était le vrai Akhénaton parmi tous ceux proposés par les témoins ; son général en chef, le grand-prêtre, son précepteur, la mère de Néfertiti, et diverses personnes de son entourage …
   
   Nul besoin de s’intéresser à l’Egyptologie pour être pris par cet «Akhénaton». Il s’agit d’une belle aventure humaine, avec tout ce qu’elle comporte de faillible et d’aléatoire.
    ↓

critique par Tistou




* * *



Naissance d'un monothéisme
Note :

   Vers 1300 av. J.-C., à Thèbes (la Louxor actuelle), un jeune égyptien issu d'une famille noble, du nom de Méri Moun, hanté par le souvenir du pharaon Akhénaton, disparu environ trente ans auparavant, décide de se consacrer à la recherche de la vérité sur cet étrange souverain, qui n'a pas hésité à proclamer sa foi en Aton, dieu unique d'amour et de vérité. A la manière d'un véritable enquêteur, Méri Moun va interroger tour à tour les disciples comme les détracteurs de ce visionnaire, qu'on appelle, lors du règne de Toutankhâmon,"l'hérétique". Il transcrit dans ce livre les témoignages de ces personnages: Horemheb, chef des armées, Aÿ, précepteur du pharaon, Tiÿ, sa mère, le grand prêtre d'Amon, jusqu'à l'énigmatique et toujours séduisante Néfertiti, recluse dans son palais au cœur d'Akhétaton, la ville fantôme fondée par le grand pharaon lui-même, décidé à ne plus vivre à Thèbes comme ses prédécesseurs. Pas à pas, Méri Moun va revivre la fascination et l'inquiétude qu'a suscitées Akhénaton en prônant cette nouvelle religion fondée sur le culte solaire...
   
   
   Un roman magistral, mené à la façon d'un récit de journaliste, voire d'une enquête policière, et qui va bien au-delà de la simple recherche de vérité sur le pharaon Akhénaton, puisqu'il analyse avec justesse, mais sans jamais tomber dans le dogmatisme ou la démagogie, les rapports éternellement conflictuels entre pouvoir politique et pouvoir religieux: en effet, Akhénaton s'est attiré d'innombrables ennemis non seulement parce qu'il a voulu transformer la religion égyptienne, mais aussi et surtout parce qu'il a tenté de déposséder de leur pouvoir les prêtres d'Amon, ce clergé si influent à l'époque et qui vivait aux dépens du reste de la société. Les témoignages sont extrêmement bien construits, et leurs contradictions apparaissent encore plus nettement grâce à l'absence de tout commentaire de la part du narrateur: on y voit ainsi se faire jour la jalousie, la mesquinerie, la moquerie, et même la calomnie, lorsque certains n'hésitent pas à faire mention des rapports ambigus qu'entretenait le pharaon androgyne et prétendument impuissant avec sa propre mère...
   
    Le style s'adapte parfaitement au locuteur, se faisant brusque et acéré pour les militaires, ésotérique pour les prêtres, poétique pour Néfertiti... Le seul reproche que l'on pourrait adresser à Naguib Mahfouz serait de ne pas avoir tiré de bilan de ces entrevues entre le héros et les personnages mi-historiques, mi-légendaires qu'il rencontre, mis à part la mention d'une vocation naissante, à la fois religieuse et amoureuse. Mais sans doute est-ce là un choix délibéré, incitant le lecteur à se faire sa propre opinion sur ce que fut ce pharaon encore décrié de nos jours, parmi la multitude de témoignages contradictoires laissés par ses contemporains...
   
   Un roman qui donne en tout cas envie d'approfondir encore plus le sujet, par exemple avec le célèbre "Sinouhé l'Egyptien", de Mika Waltari, qu'on dit passionnant et encore mieux écrit. A suivre!

critique par Elizabeth Bennet




* * *