Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie rêvée de Mademoiselle S. de Samira El Ayachi

Samira El Ayachi
  La vie rêvée de Mademoiselle S.

La vie rêvée de Mademoiselle S. - Samira El Ayachi

Marcher sur les nuages
Note :

   "Elle pourrait marcher sur les nuages, s'endormir parmi les étoiles et croquer un bout de lune brune"
   
   Si vous avez parfois rêvé d'être une petite souris pour savoir comment vivent, rêvent, espèrent, s’ennuient les ados d'aujourd'hui, alors ce livre est pour vous !
   
   Dans La vie rêvée de Mademoiselle S., Samira El Ayachi, dans un style très imagé (juste un cliché ou deux qui auraient pu passer à la trappe), nous relate la vie d'une héroïne avec qui elle a du avoir quelques points communs dans un passé pas si lointain car l'auteure est toute jeune.
   
   Salima est bonne élève mais voudrait avoir de l'argent dans ses poches et se présente pour un poste de femme de ménage...Salima nous raconte ses amis de tous âges et de toutes origines dans cette banlieue lilloise ni pire ni meilleure qu'une autre, les profs, les fêlés du quartier, esquivant avec tendresse et humour tous les clichés que l'on craignait de rencontrer. On la suit aussi au Maroc pendant son séjour estival, fidèle à ses racines, mais bien contente de rentrer en France car "Ici, je ne suis qu'une Française aux mains et aux pieds de verre."
   
   Le roman vaut surtout pas le ton et le style de l'auteur, on sent un souffle, une inspiration, un amour des mots. Samira El Ayachi file les métaphores avec brio, enchaîne les périphrases, les métaphores poétiques (un bus devient une roulotte où une femme se métamorphose sous nos yeux) et nous embarque dans les visions et les rêves de son héroïne. "Tu délires. Oui, c'est vrai. Mais je ne trouve pas le sommeil. Ça fatigue de vivre. Il en faut de l 'énergie , pour se couper de ses rêves, courir après le métro, le bus, aller en cours, manger, rire, faire bien ses devoirs, embrasser le front ridé de sa mère, celui de son père (enfin, quand il n'est pas sur les routes). et encore faire ses devoirs, ceux de la petite soeur, et aider les voisines. Repasser ses fringues pour le lendemain. Rêver les yeux ouverts d'un prince imbécile aux yeux verts et vivre pleinement le présent de ses dix-huit ans."
   
   Manque juste une véritable tension dramatique...Un bon moment néanmoins. Une découverte à poursuivre.

critique par Cathulu




* * *