Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le fou d'Edenberg de Samivel

Samivel
  Le fou d'Edenberg

Paul Gayet-Tancrède qui avait choisi de prendre le pseudonyme de Samivel était un artiste français aux multiples facettes, né en1907 et mort en 1992 .

Le fou d'Edenberg - Samivel

Dans la mare...
Note :

   Un pavé. Que dis-je, un monument, car un pavé peut être facilement un amoncellement de pages sans intérêt.
   
   Le "Fou d'Edenberg" est un roman qui frise les 500 pages. L'auteur s'est posé confortablement, il a couché ses phrases et ses chapitres sans réfléchir à un quelconque public, à une quelconque "part de marché", et c'est une formidable réussite. Il a pris la place et le temps d'exprimer ce choc des civilisations ; d'un côté, des hommes et des femmes qui vivent plus ou moins de la même manière depuis plus de deux mille ans dans cette vallée sauvage des Alpes. D'un autre, la civilisation dite du "progrès" qui vient traîner ses guêtres là où elle sent qu'elle peut faire du fric.
   
   Voilà une petite vallée qui ressemble bien à la vallée d'Aspe ; un jour elle reçoit la visite d'un envoyé spécial du CIE (Consortium International d'exploitation) qui souhaite ouvrir ici, rien moins que "la 1er station de ski européenne ", "une station de classe internationale" ... "les habitants de St Beat pouvaient-ils refuser le fabuleux cadeau qu'on leur offrait sur un plat d'argent ?".
   
   Mais voilà les habitants de cette petite vallée rebaptisée Edenberg résistent. Ce n'est pas une résistance politique mais instinctive. Il n'y a qu'à écouter la Sophie, née Lavanche : "Trop près de la terre, trop instinctive, avec par derrière au moins soixante générations de montagnardes aux yeux desquelles l'herbe qui engraisse le bétail, donne le lait, la laine, qui nourrit le veau, l'agneau, l'enfant, l'homme restait quelque chose de sacré".La première idée des responsables du CIE pour faire plier les béatins est de leur créer des besoins "il faut leur fiche un bon complexe d'infériorité", et qu'ils cèdent du terrain devant le consortium qui paye grassement et fait miroiter les "merveilles" du monde "moderne".Et puis enfin, il y a Simeon, le "fou d'Edenberg" : "un morceau de montagne, puissante, pacifique, souveraine". Le consortium doit implanter un grand pylône au lieu dit "Le plan", c'est-à-dire sur la maison des ancêtres de Simeon.
   
   Mais je vous laisse découvrir la suite. Un monument !

critique par Lurbeltz




* * *