Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Macbett de Eugène Ionesco

Eugène Ionesco
  Le Roi se meurt
  Macbett
  La cantatrice chauve / La leçon

Eugène Ionesco est un dramaturge et écrivain roumain et français, né en 1909 en Roumanie, et décédé en 1994 à Paris.

Macbett - Eugène Ionesco

Shakespeare revisited
Note :

   Ionesco a repris Shakespeare en appelant ses personnages presque du même nom, en utilisant une ou deux tirades issues de la pièce d’origine mais surtout il se sert de Macbeth, pièce sur l’ambition qui finit dans la folie, la destruction, pour en faire une œuvre axée sur la mise en place des dictatures : plus on change de dirigeant, pire c’est.
   
   Candor et Glamiss se plaignent du régime de Duncan et cherchent à fomenter un coup d’état que Macbett et Banquo, fidèles à l’archiduc, vont faire échouer dans une bataille sanglante. Duncan les récompense mais après l’évasion de Glamiss, Banquo ne peut devenir baron de Glamiss et Duncan le laisse sans terre. Entre temps, deux sorcières (chez Shakespeare il y en a trois) prédisent à Macbett son accession au trône. Voilà donc les deux amis remontés contre le régime, qui reprennent les mêmes propos que Candor et Glamiss au début. Et c’est reparti pour un tour… Jusqu’à la dernière tirade de Malcol qui rappelle beaucoup de choses, y compris dans l’actualité.
   
   Il faut dire que Ionesco joue beaucoup sur la répétition de personnages entre eux puis de scènes entre elles. En fait, Ionesco n’a fait qu’un seul acte et une seule scène de cette pièce relativement courte mais extrêmement précise en ce qui concerne sa mise en scène. L’éclairagiste et le décorateur ont un travail considérable à en croire les indications scéniques.
   
    Il y a un peu de tout dans cette pièce, joyeux fatras de violence, de cynisme et de lâcheté des dirigeants, du sexe avec Lady Duncan-sorcière qui fait du gringue à Macbett, de la drôlerie avec ces discussions de deux personnages en écho et aussi de la profondeur avec cette réflexion assez subtile sur le pouvoir qui change les hommes.

critique par Mouton Noir




* * *