Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le soleil nait derrière le Louvre de Léo Malet

Léo Malet
  Le soleil nait derrière le Louvre
  Nestor Burma dans l'île
  Journal secret

Léo Malet est un écrivain français né en 1909 à Montpellier et mort en 1996.

Le soleil nait derrière le Louvre - Léo Malet

Série "Nouveaux Mystères de Paris"
Note :

   Difficile de faire abstraction du Nestor Burma popularisé à l’écran par Guy Marchand. Définitivement, Nestor Burma = Guy Marchand. Embêtant ça !
   Ca devenait du coup intéressant de revenir à l’origine, la série des «Nouveaux Mystères de Paris», et de lire réellement ce qui avait été à l’origine des téléfims adaptés depuis.
   
   Léo Malet se mit à écrire des polars en 1943, avec l’apparition de Nestor Burma d’ailleurs, dans des circonstances peu connues (au moins de moi !) : dans les années 40, suite à l’interdiction de publier la littérature anglo-saxonne, on se met à écrire en français des polars dans le «genre» romans noirs américains ! Pour autant, la véritable série des Burma, dans les «Nouveaux mystères de Paris» ne commencera réellement qu’en 1953.
   
   Nestor Burma, l’agence Fiat Lux, la secrétaire sans illusions Hélène, … tout y est et l’adaptation télévisuelle apparait en regard plutôt fidèle, au moins dans le concept.
   Ici, Nestor Burma se trouve sollicité par le commissaire Faroux (ennemi intime et respect mutuel), pour enquêter en sous-marin suite à des meurtres en relation avec le vol d’un Raphaël au Louvre. Il y a aussi une bien belle cliente qui le commissionne, bien belle et esseulée (du Burma quoi !), il y a de la viande froide et du cynisme désabusé.
   
   L’intrigue est tout de même fort compliquée et il y a intérêt à ne pas trop décrocher ! L’écriture est intéressante, plaisante. Ce sont les méandres de l’intrigue qui bloquent un peu. Et puis … que c’est difficile de faire abstraction de Guy Marchand dans notre représentation mentale !

critique par Tistou




* * *