Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vêpres rouges. de Ed McBain

Ed McBain
  Cash cash
  La rousse
  Un poulet chez les spectres
  Vêpres rouges.
  La cité sans sommeil
  Isola Blues
  Le frumieux Bandagrippe
  87e District (Tome 3)
  Nocturne
  Coup de chaleur
  Envoyez la fumée!
  Mourir pour mourir
  87ème district (Tome 1)
  Dix plus un
  87ème district (Tome 2)

AUTEUR DU MOIS D'AOUT 2005

Ed Mc Bain, de son vrai nom Salvatore Lombino est né en 1926. Il est mort en 2005 d'un cancer. Il a écrit de très nombreux polars qui se sont vendus à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde. Il a également participé à la rédaction de nombreux scénarios (« Les Oiseaux » pour Hitchcock ou pour la série Colombo, entre autres).


Il a surtout connu le succès avec son équipe du 87ème commissariat d'Isola, ville qu'il n'a pas hésité à inventer totalement pour les besoins de sa série commencée dans les années 50, et qui l'a accompagné ensuite toute sa vie.

Il a également publié d'autres romans policiers sous le nom d'Evan Hunter.

Vêpres rouges. - Ed McBain

Polar et religion
Note :

   Vêpres rouges. Vêpres pour religion, rouges pour le sang. Le sang car polar, religion car prêtre assassiné.
   
   Toujours à Isola (ville imaginaire, reflet dans l'imagination de Mac Bain de New York), au 87ème district, avec donc toujours Steve Carella et ses collègues pour enquêteur. Le ton est un peu plus grave que pour Cash Cash (plus délibérément dans la veine humoristique), parce qu'un prêtre est assassiné ? Pourtant Steve Carella le dira lui-même à Teddy, sa femme, il n'est plus croyant :
   
   « Il lui confia qu'il était troublé par le meurtre du prêtre. Non pas qu'il fût croyant ?
   -Tu le sais, Teddy, je n'ai pas mis les pieds dans une église depuis le mariage de ma soeur. Je ne crois plus à ce genre de trucs ?
   Mais curieusement, l'assassinat d'un homme de Dieu ?
   -Je ne crois même plus à ça, des gens qui se consacrent à une religion, n'importe laquelle. Je n'y crois plus Teddy, excuse-moi. Je sais que tu crois. Je sais que tu pries. Pardonne-moi.
   Elle prit ses mains dans les siennes.
   -Je voudrais pouvoir prier, soupira-t-il.
   Et il redevint silencieux. Puis il dit :
   -Mais j'en ai trop vu.
   Elle fit le signe « Pourquoi ? » (Teddy est muette)
   -Parce que ? c'était un prêtre. »
   
   Parce que c'était un prêtre donc. L'atmosphère s'en ressent, un brin plus sérieuse.
   C'est toujours aussi difficile à lire lentement (insomnie garantie quand vous l'avez attaqué !), et toujours autant agréable.

critique par Tistou




* * *