Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Je sais de Ito Naga

Ito Naga
  Je sais

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Je sais - Ito Naga

Une collection insolite et touchante
Note :

   Drôle de catalogue que celui que dresse ici Ito Naga. Dans l'esprit des "I remember" et "Je me souviens" de Joe Brainard et Georges Perec, c'est une énumération de 469 certitudes qui n'en sont pas. Plutôt de menues observations, des souvenirs, des réflexions teintées d'une pointe d'humour et d'impertinence. Une énumération où la poésie naît du mystère, de l'insolite et du décalage du regard.
   
   Une méthode s'affirme au travers de la diversité de ces 469 annotations, comme le note Jean-Pierre Siméon (sur la quatrième de couverture), "celle du scientifique qui s'apparente à celle du poète ou celle du philosophe: un affût intense qui met en examen tout ce qui tombe sous le regard, l'ordinaire, l'infime, l'incident de préférence. Où se vérifie cette loi heureuse: sous chaque observation, mille énigmes nouvelles."
   
   Et le lecteur voit s'ébaucher au fil de ces notes brèves un portrait fragmentaire de l'auteur. Un regard attentif, d'enfant qui ne s'en laisse pas compter ou de scientifique qui n'en finit pas de s'émerveiller. Un certain goût pour la lointaine Asie, sa littérature et sa culture, dont témoigne aussi le choix d'un nom de plume aux consonances japonaises. Un certain don pour le doute et le questionnement, qui se porte jusqu'en des recoins inattendus.
   
   C'est pourquoi je sais que les "je sais" d'Ito Naga forment une collection surprenante, insolite et touchante, dont se dégage un charme subtil...
   
   
   Extrait:
   
   10. Je sais qu'on se représente toujours l'au-delà comme le cosmos. Pourquoi pas comme un terrier de lapin?
   11. Je sais que, dans le vide cosmique, les anges n'ont pas besoin d'ailes. Il n'y a pas d'air pour les porter.
   12. Je sais qu'un ange sans ailes, ce n'est pas tout à fait un ange.
   (...)
   14. Je sais qu'Albert Einstein a au moins une fois tiré la langue. (pp. 10-11)
   

critique par Fée Carabine




* * *