Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Anatomie d'un crime de Elizabeth George

Elizabeth George
  Un goût de cendres
  Mal d'enfant
  Un petit reconstituant
  Anatomie d'un crime
  Pour solde de tout compte
  Le rouge du péché
  Le Cortège de la mort
  Juste une mauvaise action
  Une patience d'ange

Elizabeth George est une auteure américaine de romans policiers, née en 1949, dans l'Ohio.

Anatomie d'un crime - Elizabeth George

L'arme fatale
Note :

   L'alpha et l'omega de ce thriller atypique d'Elizabeth George: Joel, Ness et Toby, abandonnés, sur le pas de la porte d'une tante qu'ils ne connaissent guère, par leur grand-mère. Cette dernière part en Jamaïque rejoindre son compagnon, expulsé du Royaume Uni. Elle part sans un regard pour les trois enfants, elle part sans se soucier de l'après.
   
   Commence alors pour Joel, Ness et Toby mais aussi pour leur tante Kendra une spirale infernale d'incompréhension, de non-dits, de maladresses et de désespoir. La rue, en banlieue, n'est pas très sûre pour le nouveau qui débarque dans un territoire inconnu: les bandes sont constituées et acceptent difficilement celui qui vient d'arriver. Les caïds roulent des mécaniques et exigent le respect au nouvel arrivant quitte à lui en faire voir de toutes les couleurs si le courant ne passe pas. La différence est signe de faiblesse... c'est ce que Toby, bambin de 7 ans, va subir malgré les soins attentifs de son frère Joel. Joel qui se tait, Joel qui fait le gros dos, Joel qui tente de passer inaperçu, Joel qui souffre de voir la déchéance de sa soeur et son impuissance face à elle, Joel qui, parce qu'il n'a que 12 ans, devient une bombe à retardement, une arme du chaos.
   
   La force romanesque du récit est d'une efficacité redoutable par l'originalité du point de vue de l'auteure: Elizabeth George explore, scrute l'amont d'un drame. Elle se focalise sur l'avant d'un acte violent et passe au scanner les multiples faits qui amèneront Joel à se transformer en arme fatale. Elle démonte le système des bandes organisées qui vont du simple regroupement de petits voyous à l'association de malfaiteurs dirigée par un caïd (caïd qui est utile à la police et qui peut aider un suspect et le sortir d'un mauvais pas). Elizabeth George construit son roman en une accumulation de ressentis, de désespoirs, de sordides atmosphères, de souffrances tant physiques que psychologiques et en même temps augmente, en un parfait crescendo, l'angoisse du lecteur qui sent la noirceur finale arriver. Lentement, sûrement, elle montre combien il est difficile pour un enfant de sortir du contexte de violence dans lequel il a grandi et cela malgré la volonté farouche se sortir du cercle infernal de la fatalité. Sa brillante trouvaille romanesque: le crime n'est pas le sujet principal du récit, il est presque anecdotique, mais les méandres politique, sociologiques, culturels et psychologiques qui construisent une individualité. Le dénouement est le summum de la noirceur: le lecteur en est retourné au plus haut point, il en frissonne et y pense longtemps après avoir fermé le roman. Le plus épouvantable dans le ressenti de lecture est de se demander jusqu'à quel point le jeune héros a été manipulé par La Lame, lui-même sous-fifre de quelqu'un ou d'une organisation criminelle!
   
   "Anatomie d'un crime" est un roman d'une grande noirceur écrit avec une virtuosité rarement égalée! Une lecture qui ne laisse ni indifférent ni indemne, au suspense intense... à lire sans modération.

critique par Chatperlipopette




* * *