Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bouquiner de Annie François

Annie François
  Bouquiner

Bouquiner - Annie François

Lectrice compulsive non anonyme
Note :

   Annie François est une lectrice compulsive. Une lectrice qui choisit dans ce court livre de se raconter, de raconter son rapport aux livres et la lecture.
   
   En une succession de courts chapitres, Annie François retrace ses relations intimes et persistantes avec les amants les plus exigeants. Des amants qui n’admettent guère de concurrence. Des amants qui surchargent les valises. Qui provoquent des dilemmes sans fin. Qui épuisent les banquiers. Qui remplissent les maisons. Qui sont sujets à des listes et des discussions sans fin.
   
   Bref, Annie François nous parle des livres et de son amour profond, maniaque pour les livres.
   Cela donne une succession de chapitres courts qui traitent avec humour des symptômes de la maladie.
   
   Autant vous dire qu’il y a des moyens, foule de moyens de s’y reconnaître. Des pulsions en librairie au remplissage d’un sac de voyage, des piles qui d’effondrent à la mauvais foi la plus totale en matière de lecture et de manière de lire, tout y passe !
   
   Parfois, Annie François agace un peu par ses snobismes et ses manies. En tout cas jusqu’à ce que la LCA* accomplie se souvienne des ses propres snobismes et manies. Toujours, quelque chose dans son récit touche et transporte. On sourit, on opine du chef, on se sent mis en cause. On compatit, parce que soi-même, on n’est jamais parvenu à dépasser la page dix de Voyage au bout de la nuit. On se sent rassuré parce qu’on se dit que malgré un parcours de lectrice impressionnant, Annie François n’a pas tout lu et admet des rejets, des trous des plus conséquents. Qu’elle ne ressent aucun besoin de justifier. Elle se contente de les raconter. Elle a un rapport sensuel au livre, des coups de cœur et des haines qui sont transposables. Elle a, aussi, une tribu d’amis lecteurs qui font beaucoup penser à ce qui, parfois, se passe sur les blogs (j’aimerais bien savoir d’ailleurs, ce qu’elle pense de ce phénomène).
   
   Et puis, rien que pour les coups de cœur, les récits de lectures, les admirations clamées, la lecture vaut le détour. Il m’est venu des pulsions subites de parcourir les rayonnages de la bibliothèque, de courir en librairie ! Et l’envie d’avoir, moi aussi, des planchers qui tanguent !
   Ce texte déborde tellement de l’amour des livres, des textes et des mots qu’il donne envie de persister dans le stupre et le lucre. A bon entendeur…
   
   « Donc aller dans une librairie.[…] Je n’y vais que quand j’ai un titre en tête. Même dans ce cas, j’en ressors avec au moins trois livres. Sinon, comme les boulimiques évitent la devanture des pâtisseries, je me détourne des vitrines des libraires pour éviter les fringales d’entraînement, les achats compulsifs qui ne feraient qu’augmenter l’immense pile d’attente qui vacille près du lit : sûr, les ouvrages se vengeraient en me dégringolant dessus pendant mon sommeil. »
   Toute ressemblance…
   
   
   * Lecteur(trice) Compulsive Anonyme
    ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Ben moi pas
Note :

   Annie François travaille dans une maison d'édition. Sa vie, elle la passe entourée de livres: les professionnels qu'elle lit et corrige au bureau, les personnels qui envahissent son appartement, sans compter ceux de son compagnon dans lesquels elle pioche de temps à temps.
    
   Sous forme d'abécédaire, mais pas dans l'ordre alphabétique, elle raconte son rapport aux livres, parfois compulsif, boulimique, narre des anecdotes sur sa vie avec les bouquins qui ont une place primordiale dans sa vie, surtout dans les périodes où la maladie l'oblige à rester couchée. Elle a un rapport physique avec les romans ou essais qu'elle aime, appréciant de les toucher, les palper et ayant beaucoup de mal à les prêter.
    
   Si j'ai apprécié cette chronique d'une lectrice assidue, je ne me suis pas retrouvé dans son portrait. Déjà, je n'ai pas une attirance matérielle pour les livres. J'aurai du mal à lire sur un écran, mais je ne fétichise pas le livre que je tiens entre mes mains. Qu'il soit neuf ou pas, emprunté ou non, avec des cornes,... m’indiffère totalement. Annie François a par exemple un a priori négatif sur les bibliothèques, lieu qu'elle ne fréquente pas, alors que pour ma part j'aime beaucoup flâner en bibliothèque, car le livre emprunté, même s'il n'est pas ouvert, ne coûte rien. Pour ma part, l'idée de me séparer de livres pour raison de place ne me pose aucun problème, même s'il y en a certains auxquels je tiens un peu, tout de même!
    
   Surtout, j'ai du mal à faire passer la lecture avant tout. Je ne suis pas du genre à lire l'intégrale de l’œuvre d'un auteur dont je viens d'aimer un livre, ou du genre à oublier ce qui se passe autour de moi lorsque je lis. Loin de moi l'idée de dénigrer ceux qui ont ce type de relation à la lecture, mais il est vrai que lire ce témoignage, assez bien écrit par ailleurs, ne m'a pas toujours parlé. En fait, j'aime lire, je passe du temps à cette activité, mais finalement, je lis assez lentement et surtout, je ne pense pas avoir un rapport compulsif aux livres. Bien sûr, j'ai dans ma bibliothèque de quoi tenir un moment, mais c'est uniquement pour avoir le choix en temps voulu!

critique par Yohan




* * *