Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tokyo de Mo Hayder

Mo Hayder
  Tokyo
  Birdman
  Pig Island
  Les lames
  Fétiches
  Proies

Mo Hayder est une écrivaine britannique née à Londres en 1962.

Tokyo - Mo Hayder

A déconseiller aux personnes cardiaques!
Note :

   Âmes sensibles, prenez garde, voilà un thriller éprouvant dont on ne sort pas indemne ! Non pas que le sang gicle à chaque page et que la violence soit insoutenable, mais Mo Hayder maîtrise à fond l’art du suspense. Dès les premières pages, on est happé par une histoire qu’on devine sombre et glauque. Au fil des chapitres, l’horreur va crescendo, jusqu’à exploser dans un final cauchemardesque qui met à rude épreuve les nerfs du lecteur.
   
   Le roman alterne deux récits, aussi intenses l’un que l’autre. Le premier, qui se déroule à Nankin en 1937 au moment de l’invasion de la Chine par les Japonais, est celui de Shi Chongming, un professeur d’université. La capitale est sur le point de tomber aux mains de l’armée nippone, et Shi, qui a refusé de fuir avec sa femme enceinte, attend l’arrivée de l’ennemi dans une ville qui se dépeuple à toute allure. Bonjour l’angoisse ! D’autant que Shi ne va pas tarder à comprendre que les Japonais ne sont pas les gens civilisés qu’il imaginait : l’ennemi cède en effet à une frénésie collective de viols, de torture et de meurtres… Le fait que le récit de Shi Chongming soit basé sur des faits historiques réels (mais dont la véracité est encore contestée au Japon à l’heure actuelle) le rend encore plus terrifiant.
   
   Le second récit se déroule en 1990 à Tokyo. Grey, une jeune Anglaise décalée et manifestement pas très nette, harcèle Shi Chongming qui a survécu au massacre, car elle est persuadée que celui-ci possède un film témoignant des atrocités commises. Obsédée par les événements de Nankin, elle cherche des preuves, ce qui va l’amener à côtoyer des yakuzas et une terrifiante nurse difforme, mi-infirmière, mi-tueuse en série.
   
   Les deux histoires se font écho et recèlent chacune leur lot de révélations. Le monde de Tokyo est en effet rempli de mystères : l’héroïne est mystérieuse, la maison qu’elle habite est mystérieuse, les gens qu’elle fréquente sont mystérieux, à commencer par Shi Chongming… Tout le monde cache des secrets inavouables, des secrets liés entre eux dont les connexions sont révélées dans les derniers chapitres, après moult rebondissements et sueurs froides. La ville de Tokyo, traitée comme un personnage à part entière, constitue un décor de choix pour ce thriller haletant.
   
   Une intrigue au cordeau, un contexte historique traumatisant, une héroïne originale, des protagonistes hors normes, un style efficace et parfois poétique… Bref, du grand art. A lire absolument, mais pas avant de dormir !
   ↓

critique par Caroline




* * *



Bien plus qu'un thriller
Note :

   Le roman de Mo Hayder Tokyo est surprenant parce qu'il est présenté comme un thriller, ce qu'il est assurément, mais il est aussi bien autre chose.
   
   Quand Grey, (un surnom qui signifie extra-terrestre en anglais), arrive à Tokyo, c'est une fille qui paraît perdue, bizarre, marginale et dominée par une idée fixe. Etudiante en histoire à l'université de Londres et spécialisée dans la guerre en Chine lors de l'invasion de Nankin par les japonais, elle veut absolument rencontrer le professeur Shi Chongming, chinois qui enseigne à l'université de Tokyo. Celui, croit-elle, détient un film qui montre les atrocités commises par les Japonais à Nankin en 1937, un massacre que la droite japonaise s'efforce encore de cacher. Shi Chongming nie détenir ce film mais il changera d'avis quand il apprend que Grey est devenu hôtesse dans une boîte de nuit fréquentée par des yakuzas. Il lui met alors en main un marché : il lui fera voir ce film mais seulement si elle arrive à percer le secret de la longévité du terrible et dangereux Yakusa, Fuyuki et à le lui dérober. Mais pourquoi Grey est-elle prête à risquer sa vie pour voir ce film? Et pourquoi Shi Chongming ne veut-il pas le montrer?
   
   Le livre présente deux récits parallèles :
    L'un, en 1937, est constitué des notes du journal de Shi Chongming qui raconte la prise de Nankin par les Japonais les meurtres, le sadisme, la cruauté de l'armée japonaise envers la population civile. C'est un pan d'Histoire que nous connaissons mal et qui a été tenu secret, occulté par les autorités japonaises. Le récit est fascinant. Grâce aux notes de Shi Chongming nous pénétrons dans la vie des familles chinoises qui attendent avec anxiété l'arrivée des japonais, nous assistons aux exactions commises par les soldats à l'instigation de leurs officiers, à l'extermination de gens sans défense qui n'opposent aucune résistance. Le style de Mo Hayder est à la hauteur de l'horreur qu'elle nous fait vivre, il est doté d'une puissance visuelle absolument angoissante qui nous plonge dans cet enfer. Nous nous intéressons aussi à côté de l'Histoire collective au destin individuel du jeune Shi Chongming, éminent professeur, marié à une paysanne illettrée et superstitieuse envers qui il éprouve une affection assortie d'un sentiment de supériorité. Pourtant, il découvrira, que c'est elle, ignorante, qui détient la sagesse. La fuite de Shi Chongming avec sa femme enceinte, prête à accoucher, se lit comme un roman d'aventure. Mo Hayder a l'art d'alterner les passages de crainte et d'espoir, de distiller la peur.
   
   L'autre récit, en 1990, est l'histoire de Grey, personnage complexe, d'une grande érudition mais aussi extrêmement fragile. Il est raconté à la première personne avec des retours en arrière qui nous permettent de comprendre la jeune fille, de savoir ce qui l'a marquée dans son enfance et pourquoi elle mène cette quête désespérée qui, on le pressent, est une question de vie ou de mort pour elle. Le récit nous transporte dans le Japon moderne, dans la ville de Tokyo que nous arpentons avec elle quand elle est sans le sou, et qu'elle couche dans la rue. Là encore, la description de la ville est splendide et a beaucoup de force, Mo hayder opposant le présent et le passé, la cité contemporaine érigée sur décombres d'un monde ancien.
   "Au-dessus de ma tête, à perte de vue, les gratte-ciel de Tokyo étincelaient dans l'azur, et les rayons du soleil étaient renvoyés par un million de fenêtres. Je me penchai en avant pour contempler ce spectacle hallucinant. j'en savais long sur cette cité phénix, resurgie des cendres de la Seconde Guerre mondiale, mais ici , en chair et en os, elle ne me paraissait pas tout à fait réelle. (...) je décidai de considérer cette parade d'acier et de béton armé comme une réincarnation de Tokyo superposée à la ville authentique, au véritable cœur battant du Japon."
   

    Vient s'y ajouter et c'est encore un intérêt supplémentaire, l'introduction des mentalités, coutumes et croyances japonaises. De plus, le mélange entre réalisme et fantastique ajoute à la fascination. La description du monde des boîtes de nuit et des yakusas a une dimension fantastique comme si les personnages au physique hors norme, la nurse, géante, mi-homme mi-femme, par exemple, étaient plutôt des personnages de conte, les sorcières ou les ogres d'un autre monde. Fantastique, aussi, cette maison extraordinaire qui semble un monde en décomposition prête à absorber ses habitants, à les entraîner dans sa ruine.
   
   Enfin, allez-vous me dire où est le thriller? Eh bien dans les investigations menées par la jeune fille qui joue un jeu dangereux face à des hommes qui n'ont plus rien d'humain. Lorsque l'objet de la recherche de Grey sera volé, l'enfer va se déchaîner sur sa tête, une violence terrible secouera le monde qui l'entoure. Et le suspense fonctionne très bien! Oui, j'ai eu peur, poursuivie par la nurse, obligée de me cacher dans des lieux abominables au péril de ma vie, le cœur serré par l'angoisse. Mais ce que j'ai aimé surtout dans ce roman c'est la dimension historique et psychologique servie par un style efficace et très évocateur. Un bon roman et un sujet original, très bien traité.
    ↓

critique par Claudialucia




* * *



Devoir de mémoire
Note :

    Après une enfance particulièrement protégée Grey, une jeune anglaise se trouve confrontée à l'âge de 9 ans à un choc profond à la lecture d'un petit livre à la couverture orange.
    Celui-ci raconte un événement historique réel, pendant la guerre sino-japonaise : le sac de Nankin en 1937. Un épisode d'une barbarie inimaginable où les japonais ont fait preuve d'une cruauté sans limite pour massacrer de façon méthodique les habitants de la ville.
    A la lecture du livre, Grey apprend qu'un film de ce massacre existe.
    Retrouver ce film, devient pour elle une quête forcenée qui la conduira au bord de tous les abîmes, avec au départ un séjour en psychiatrie.
   
    Elle débarque sans un sou à Tokyo, sur les traces d'un vieux professeur chinois qui possède un film du carnage de Nankin.
    Après avoir conclu un accord avec le vieil homme pour pouvoir regarder le film, elle sera confrontés à des personnages tous plus énigmatiques et troublants les uns que les autres et surtout à un terrible secret.
   
    C'est la découverte du Japon actuel, mélange de traditions ancestrales respectueuses et de cruauté avec une société où les Yakusas des temps modernes appliquent leur loi.
    L'auteur, qui a elle-même vécu au Japon, raconte ici plusieurs histoires qui se télescopent, parfois brutalement et dont la révélation finale fait plus que frémir.
   
    C'est bien mené, même si le début est pénalisé par une certaine lenteur.
    L'histoire du Japon actuel est très vite captivante, l'intrigue est pesante et distillée jusqu'à la fin.
    Grey est une jeune femme complexe aux cicatrices profondes, tant physiques que morales. Le monde qu'elle fréquente est troublant, elle touche les profondeurs du mal et côtoie la folie et les superstitions.
    Les passages sur le sac de Nankin sont très intéressants. Racontés comme un journal, celui du vieux professeur chinois, ils permettent de faire le lien entre passé et présent.
    C'est aussi une profonde interrogation sur le devoir de mémoire, quand on sait que cet épisode de la guerre a longtemps été rayé des ouvrages scolaires au Japon.

critique par Marie de La page déchirée




* * *