Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le train de 16h50 de Agatha Christie

Agatha Christie
  Le train de 16h50
  Dix petits nègres
  Le meurtre de Roger Ackroyd
  A.B.C contre Poirot
  La maison biscornue
  Passager pour Francfort
  Le crime de l'Orient-Express
  A l'Hôtel Bertram
  Mort sur le Nil
  Le vallon

Agatha Christie est un écrivain britannique de romans policiers née en 1890 et décédée en 1976.

Biographie de François Rivière.

Le train de 16h50 - Agatha Christie

Un bon cru parmi les enquêtes de miss Marple
Note :

   Elspeth McGillicuddy n'a rien d'une de ces vieilles dames qui, par ennui ou parce qu'elles ont un peu perdu le sens des réalités, se laissent emporter par leur imagination. Et Elspeth McGillicuddy a vu, réellement vu, dans le train qui roulait parallèlement à celui dans lequel elle se trouvait, un homme étrangler une femme. Seulement la police, dûment avertie, n'a pas trouvé la plus petite trace de cadavre. Drôle de début pour une enquête, et les choses en seraient sans doute restées là si Elspeth McGillicuddy ne s'était pas confiée à une amie pleine de ressources, j'ai nommé une certaine miss Jane Marple...
   
   A miss Marple donc de retrouver le cadavre et son assassin au fil d'un roman qui se range parmi les bons crus de la reine du crime à l'anglaise - always so fashionable, my dear! Dans le noeud de vipères qu'est le foyer de la famille Crackenthorpe, l'on rencontrera une galerie de personnages bien typés si pas trop approfondis: le vieux patriarche résolument imbuvable; le fils qui a réussi à la City, quoiqu'à y regarder de plus près ses affaires ne soient peut-être pas si florissantes qu'il n'y paraît; l'autre fils, vilain petit canard de service toujours embarqué dans l'une ou l'autre combine douteuse et la fille dévouée, restée célibataire pour prendre soin de son cher papa dans ses vieux jours. Quant au décor, c'est aussi un grand classique: Rutherford Hall est une de ces grandes maisons de maître/petits manoirs isolé(e)s dans un vaste parc, inconfortable, impossible à chauffer, bref un peu sinistre mais avec beaucoup de caractère et des recoins à n'en plus finir...
   
   En résumé, on retrouvera dans ce "train de 16h50" exactement tous les ingrédients auxquels on peut s'attendre sous la plume de miss Agatha, et en sus une intrigue impeccablement menée, bien rythmée et où assassin et mobile restent soigneusement dissimulés jusque dans la toute dernière ligne droite. Je viens en tout cas de le relire avec plaisir, après avoir revu à la télévision l'excellente adaptation de la BBC où la toute fluette Joan Hickson prête ses traits à miss Marple. Par un dimanche après-midi de pluie battante et de flemme abyssale, le livre comme son adaptation télévisée se sont révélés de fort bonne compagnie: un bon cru sinon mon opus préféré au milieu de l'abondante production d'Agatha Christie.
   
   Et pour ce qui est de mon Agatha Christie préféré, voyez plutôt, non le "Meurtre de Roger Ackroyd" si souvent cité (vous savez bien, c'est celui où l'assassin est justement... mais bon, je ne vais pas vous le dire... sait-on jamais, si vous ne l'avez pas lu...) mais bien "Le crime de l'Orient Express" (vous savez bien, c'est celui où l'assassin, eh bien, en fait,... mais bon je ne vous le dirai pas non plus... sait-on jamais, si vous ne l'avez pas lu... )

critique par Fée Carabine




* * *