Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Eldorado de Laurent Gaudé

Laurent Gaudé
  Le soleil des Scorta
  La mort du roi Tsongor
  Dans la nuit mozambique
  Eldorado
  La porte des enfers
  Cris
  Ouragan
  Caillasses
  Pour seul cortège
  Les oliviers du Négus
  Danser les ombres
  Écoutez nos défaites

Laurent Gaudé est né en 1972.

Après des études de Lettres, il décide de se consacrer entièrement à l'écriture et se fait d'abord connaître comme dramaturge.

Il publie son premier roman "Cris" en 2001, qui sera suivi notamment par "La mort du roi Tsongor" (Prix Goncourt des lycéens 2002) et "Le soleil des Scorta" (Prix Goncourt 2004).


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Eldorado - Laurent Gaudé

Un ailleurs incertain
Note :

   Je crois que Laurent Gaudé n'arrivera jamais à égaler "La mort du roi Tsongor" qui a été un tel enchantement pour moi que ses livres suivants paraissent toujours moins bien pourtant "Eldorado" vaut le détour ne serait ce que parce que Laurent Gaudé est un magnifique conteur, qu'il écrit admirablement bien et que ses livres sont reposants. Même si celui ci ne laisse pas indemne et donne à réfléchir.
   
   Mais de quoi parle "Eldorado" ?! On s'en doute, cet Eldorado c'est notre Europe tant convoitée par des populations qui sont prêtes à risquer leur vie pour y accéder et échapper à leur misère quotidienne.
   
   Ainsi, le commandant Piracci protège les frontières de l'Europe sur les côtes de Sicile. Son rôle consiste à sauver les malheureux abandonnés en pleine mer par des passeurs malveillants. Après les avoir sauvés, il les remet à la police. Il fait son travail consciencieusement, sans trop se poser de questions, jusqu'au jour où une femme l'interpelle et lui demande une faveur. "Elle le voulait. De tout son être. Combien de fois dans ta vie, Salvatore, as tu vraiment demandé quelque chose à quelqu'un ? Nous n'osons plus. Nous espérons. Nous rêvons que ceux qui nous entourent devinent nos désirs, que ce ne soit même pas la peine de les exprimer. Nous nous taisons. Par pudeur. Par crainte. Par habitude."
   
    Parallèlement, nous suivons le frère de Jamal, jeune émigrant soudanais, qui va tenter l'aventure.
   
   A travers le destin de ces hommes, ce roman pose plus de questions qu'il ne donne de réponses. Il nous permet de réfléchir aux drames de ces êtres humains qui sont prêts à tout laisser derrière eux pour un ailleurs incertain. Laurent Gaudé a le mérite de mettre l'accent sur ces destins tragiques sans pour autant s'ériger en censeur.
   "La mère est là. Qui nous attend. Et que nous ne reverrons pas. Elle va mourir ici avant que nous ne puissions la faire venir près de nous. C'est certain et nous le savons tous les deux. Elle sait qu'elle voit ses fils pour la dernière fois et elle ne dit rien parce qu'elle ne veut pas risquer de nous décourager. Elle restera seule, ici, avec l'ombre de notre père. Elle nous offre son silence, avec courage."
    ↓

critique par Clochette




* * *



Sauver et condamner
Note :

     Laurent Gaudé ,prix Goncourt pour "Le soleil des Scorta",signe avec "Eldorado" une jolie fable sur l'immigration. Roman très bien écrit, des phrases presque inoubliables. Je le prends un peu comme une parabole, avec beaucoup de justesse et un tout petit peu d'artifice lors du "voyage à l'envers".
   
   Le personnage d'accroche est un officier de la marine italienne chargé de recueillir mais aussi de traquer,et vice-versa,les boat people du continent africain. Tout le paradoxe est là pour cette étrange métier, sauver et condamner en quelque sorte. On découvre aussi une mère qui veut venger son enfant mort lors d'une traversée de l'enfer pour un eldorado si improbable.
   
    Deux frères quittent leur Soudan,l'espoir au cœur, mais l'avenir est rude à ces damnés de l'existence. Très belles pages sur les esprits qui n'ont de cesse d'accompagner, bons ou mauvais, les voyageurs.   
   
   Curieusement le récit reste dispersé et nous surprend, ce qui est une bonne chose, car les protagonistes ne se rencontrent guère, chacun muré dans sa quête plutôt solitaire finalement malgré la multitude. Honnêtement je craignais le sempiternel pensum bien-pensant et outrageusement moralisateur. Il n'en est rien et le lecteur ressort libre, libre de vagabonder et ce n'est pas un mince compliment. Une petite réserve que j'ai déjà évoquée au début sur le "voyage à l'envers". La partagerez-vous si vous lisez Eldorado?
   ↓

critique par Eeguab




* * *



Welcom in Eldorado... or not
Note :

   Ce livre traite du destin des clandestins, raconte leur long voyage du Soudan jusqu’au Maroc avec comme but la Terre Promise… l’Europe. Jusqu’où le désespoir et l’espoir peuvent se mêler dans la vie d’hommes qui n’ont plus rien et également plus à rien perdre. De l’autre côté d'un océan qui n’est qu'une mer, en face d'une rive trop éloignée et inconnue, un commandant italien pourchassant les réfugiés dans leurs modestes embarcations et, protecteur des côtes européennes, prend conscience de l’ironie de sa vie ; il remet en cause sa mission et fait le cheminement inverse. Il quitte ses fonctions et gagne le continent africain.
   
   Laurent Gaudé écrit toujours d’une belle écriture simple, vivante… un livre poignant et un peu sombre. Un sujet d’actualité… à l’heure d’Eric Besson… et du film "Welcome" avec Vincent Lindon (remarquable).

critique par Laugo2




* * *