Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

T comme: Adèle Blanc-sec t9 : Le labyrinthe infernal de . Tardi

. Tardi
  T comme: Le démon des glaces
  T comme: Adèle Blanc-sec t9 : Le labyrinthe infernal
  T comme: Adèle Blanc-sec t 1 : Adèle et la bête
  T comme: Putain de guerre 1914-1915-1916
  T comme: Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B

Tardi a aussi dessiné la BD "Le serrurier volant" de Tonino Benacquista.

T comme: Adèle Blanc-sec t9 : Le labyrinthe infernal - . Tardi

Déçue, déçue…
Note :

   J’adorais Adèle Blanc-sec à ses débuts. C’était vif, libre, original et gai derrière les pires figures de cauchemars.
   Tardi y allait de bon cœur, et son lecteur aussi. Il faut que je retrouve quelques vieux Adèle Blanc-sec pour vous mettre les fiches ici, avec davantage d’étoiles.
   C’est portée par ces souvenirs que je me suis lancée dans ce dernier épisode en date (fin 2007) : “Le labyrinthe infernal”. Eh bien, je n’aurai qu’un mot : Bof…
   
   L’aventure ( ?) oui, disons l’aventure, est incroyablement confuse. Il y aurait donc un savant fou qui serait en train de soumettre sournoisement le monde entier à des mutations génétiques extravagantes sans que personne ne se doute de rien. Nous apprenons cela au milieu de références constantes à des tomes précédents, toutes accompagnées de la petite note de bas de page donnant le titre (et tout juste pas le prix). C’est un défilé d’anciennes connaissances. Bref, ça a un côté catalogue qui disperse l’attention et ne favorise pas l’attachement au récit. Ces nombreuses réminiscences sur une trame déjà un peu faible ajoutent à l’impression de grande confusion.
   
   Pour les personnages, Brindavoine caricature Brindavoine, Adèle caricature Adèle et Tardi… ben peut-être bien aussi. Des déclarations à l’emporte pièce, parfois une intention assez puérile de choquer le bigot mais des bigots, y en a plus beaucoup mon pauv’ monsieur. Y a plus rien par là. L’ennemi n’est sans doute plus de ce côté, même si ces gens-là sont toujours alliés.
   
   Ca, c’est pour les -. Je décerne pourtant des + :
   Un + pour le découpage de l’histoire en scènes qui appellent constamment la lecture de la suite par leur interruption rapide au bon moment. Un vraiment bon découpage du scénario, et efficace avec ça. On reste quand même un peu collés à une mauvaise histoire. Et un autre + pour le dessin qui reste égal à lui-même et qui me plaît toujours autant.
   
   Avec tout cela, quand on arrive à la fin du livre en se disant que somme toute, il ne s’est rien passé et qu’on n’a pas beaucoup avancé, l’auteur nous le confirme en nous donnant rendez-vous dans un tome suivant à paraître si nous voulons savoir comment tout cela va évoluer… Eh ben franchement… on verra.

critique par Sibylline




* * *