Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La longue promenade avec un cheval mort de Francis Dannemark

Francis Dannemark
  L'homme de septembre
  La longue promenade avec un cheval mort
  Choses qu'on dit la nuit entre deux villes
  Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver
  Les petites voix
  La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis
  Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un)
  Aux Anges
  Soren disparu

Francis Dannemark est un écrivain belge francophone né en 1955.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La longue promenade avec un cheval mort - Francis Dannemark

A la grâce d'une parenthèse
Note :

   C'est un bref roman touché par la grâce. Une histoire entre parenthèses, un de ces récits dont Francis Dannemark a le secret: doux, mélancolique, lumière voilée d'un ciel de grisaille sur les berges de la Lys et des canaux du nord.
   
   David a pris la route, a tout quitté en fait, tout ce qu'il aimait. Un enchaînement d'événements malencontreux a fait déraper son existence, l'a engouffrée dans un étrange no man's land, une fuite, une parenthèse qui semble ne plus pouvoir se refermer. Avec pour seule compagnie: Hope solidement sanglé dans son camion-frigo - le cheval du titre, c'est lui, "Hope, comme Bob Hope, comme Elmo Hope, le pianiste de jazz méconnu, Hope comme l'espoir, mais quel espoir?" (p. 5). Hope que David doit ramener à son propriétaire, par ce chemin sans hâte qu'on dit des écoliers. Bref, David est doucement, tranquillement, profondément désespéré...
   
   Mais au hasard de la route, il est des dérapages qui se muent en rencontres. Et le chemin de David de croiser celui d'Antoine et de Rosa. Quelques tout petits miracles, pas des grands miracles de superproductions hollywoodiennes, non, des tout petits de rien du tout, de ceux qui parfois se produisent réellement. Et quelques discrètes étincelles de cette poésie qui fait tout le charme des livres de Francis Dannemark, métamorphose de l'ordinaire: insolite, impertinente et tendre.
   
   "La longue promenade avec un cheval mort", c'est tout cela: un tout petit miracle qui passerait presque inaperçu. Un livre triste et lumineux. Un livre drôle sur un fond d'amertume. Peut-être le plus mélancolique - mais aussi un des plus beaux - de son auteur.
   
   Extrait:
   
   "David dort dans la chambre d'amis. Dans la cheminée s'éteint lentement le feu de la soirée passée à parler, à écouter de la musique. Rosa sommeille, il faudra que je la réveille avant qu'il fasse froid mais c'est toujours ainsi, je la regarde et tout est si tranquille en moi que je ne bouge pas. Parfois, je m'allonge à ses côtés sur le divan et nous dormons là. Elle m'a demandé de lui raconter David et c'est peu de chose, ce que je sais de lui. Elle, qui l'a interrogé à sa manière, avec ses silences, pendant que j'étais absent, m'a dit ceci: «C'est sans doute rare de rencontrer un homme qui se promène avec un cheval de glace, mais c'est plus rare encore de rencontrer un cheval de glace qui tient compagnie à un homme et le protège.» " (p. 47)

critique par Fée Carabine




* * *