Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: Retour au collège de Riad Sattouf

Riad Sattouf
  S comme: Retour au collège
  S comme: L'arabe du futur
  S comme: Les cahiers d'Esther
  S comme: L'Arabe du futur tome 2

S comme: Retour au collège - Riad Sattouf

En rang par deux et en silence
Note :

    «Docu-BD»
   
    « Retour au collège retrace les quinze jours que Riad Sattouf est allé passer dans un collège huppé d’un arrondissement parisien non moins privilégié.
   
   Traumatisé par sa propre expérience du collège, à l’approche de la trentaine lui vient l’envie de vérifier comment ça se passe de nos jours, chez «les riches».
   En gros, comme avant et comme partout.
   
   Le style est agréable, les dessins sympathiques, les anecdotes bien croquées, mais je regrette le manque de perspective ou plutôt, l’absence d’angle de vision. Certainement par souci de neutralité, comme une forme journalistique, les vignettes s’enchaînent les unes aux autres, et il m’a manqué une construction, un regard.
   Pas séduite, donc.
   
   Ca, c’était mon ressenti immédiat après lecture. Puis quelques jours ont passé et je m’aperçois qu’il m’en reste beaucoup plus.
   Quand même, certains trucs m’ont surprise.
   
   Le fait, par exemple, que la prof de sport souligne des retards psychomoteurs pour une majorité d’élèves, un manque d’équilibre général sur la poutre. Pas assez d’exercice pendant la petite enfance, diagnostique-t-elle. C’est pourtant vrai que les enfants citadins d’aujourd’hui n’ont plus la liberté qui était la nôtre, c’est impossible de les laisser jouer dehors après l’école, en dehors de l’encadrement d’un adulte. Du coup, quelles que soient les activités auxquelles on les inscrit, il leur manque ces heures à pédaler à travers le quartier, ses courses et autres cache-cache qui nous faisaient nous écrouler de fatigue à la nuit tombée…
   
   La détresse des «exclus», les quelques têtes de turcs sur lesquelles on tape gentiment, et qui s’en défendent, assurent que «tout le monde s’entend bien».
   
   Le côté pitoyable de celui qu’on reconnaît comme leader "subversif"…
   
   Bref, je modère mon propos, je m’attendais à une approche plus humoristique, mais le coup d’œil de Riad Sattouf est bien subjectif, même si j’ai eu besoin d’un peu de temps pour l’intégrer…

critique par Cuné




* * *