Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Samarcande de Amin Maalouf

Amin Maalouf
  Les Echelles du Levant
  Origines
  Le premier siècle après Béatrice
  Samarcande
  Le rocher de Tanios
  Léon l'Africain
  Le périple de Baldassare
  Les Croisades vues par les Arabes
  Les jardins de lumière
  Les Identités meurtrières
  Les désorientés

AUTEUR DU MOIS DE SEPTEMBRE 2005

Né au Liban en 1949, Amin Maalouf fit des études d'économie et de sociologie. Il fut ensuite journaliste et grand reporter. Il s'exila en France à partir de 1975.


Il écrit dans un français extrèmement classique, utilisant une langue de conteur qui charme ses lecteurs et les entraine partout où il veut les mener (assez souvent dans le bassin méditerranéen, assez souvent dans le passé).

Il a été élu à l'Académie française en 2011.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Samarcande - Amin Maalouf

Une tapisserie chatoyante
Note :

   "Samarcande" est sans doute mon préféré parmi les romans d'Amin Maalouf que j'ai lus jusqu'à présent. C'est une tapisserie chatoyante et colorée qui entremêle l'évocation de la vie du poète persan Omar Khayyam et celle du destin du manuscrit de ses quatrains dans la Perse du début du XXème siècle, hésitant entre tradition et modernité. Amin Maalouf y met son écriture sensible et sensuelle au service d'un authentique humanisme.
   
   En un mot: magnifique!
   
   ↓

critique par Fée Carabine




* * *



Au pays des merveilles.
Note :

   C’est avec Samarcande, il y a quelques années déjà, que j’ai découvert Amin Maalouf ; et quel fut mon enchantement ! Après avoir presque tout lu, Samarcande, à l’instar de Fée Carabine, reste mon roman préféré de l’auteur.
   
   Amin Maalouf nous conte avec talent la vie d’Omar Khayyam, ce poète et homme de science oriental du XIe siècle. Poète et philosophe, il aimait les beautés et les plaisirs de la vie dont il entendait jouir pleinement puisqu’elles étaient sur terre pour cela – même si cela était contraire aux enseignements de l’islam -, et les robayats qu’il nous a légués sont les fervents témoignages de son immense soif de vie et de vin.
   
   Ce roman, à double temporalité (le XIe et le XXe siècle), nous emmène sur les traces du précieux manuscrit d’Omar Khayyam, où de péripétie en péripétie l’auteur nous dépeint des paysages prodigieux, des situations et des personnages étonnants qui apportent chacun à l’histoire une saveur toute singulière. Tous ces ingrédients savamment entremêlés font de ce roman un mets subtilement épicé dont on se délecte avec raffinement.
   
   Au delà du fabuleux personnage d’Omar Khayyam, Amin Maalouf nous entraîne dans un voyage au coeur de la Perse du XIe, où, sous sa plume magique, chaque phrase, chaque mot prend les couleurs de l’Orient. Au côté d’Omar, on sent la morsure du soleil sur sa peau, les effluves des villes et les fragrances des oasis, on perçoit les bourdonnements des quartiers marchands grouillants d’activité, on se laisse éblouir par la féerie des lumières que dispense le soleil levant sur le désert et les cités, et on se laisse envelopper par la douceur des nuits étoilées aux parfums envoûtants et mystérieux.
   Je défie quiconque de ne pas tomber sous le charme de cette plume enchanteresse. Le Poète conté par un Poète.
   
   L’auteur a su tresser avec génie le romanesque et l’Histoire, et le résultat est des plus édifiants. Le divertissement et le ravissement sont complets et l’enrichissement historique abondant ; de quoi contenter les lecteurs les plus exigeants.
   
   Si vous êtes amateur d’Histoire, d’Orient et de belles histoires magnifiquement racontées, ce livre est fait pour vous ! vous serez subjugué comme je l’ai été et comme bien d’autres l’ont été avant moi.

critique par Hervé M




* * *